25 novembre, journée contre les violences faites aux femmes

 

Une journée symbolique chaque année pour rappeler, toujours et partout, que les femmes sont constamment victimes de violences. Outre la violence de ce monde capitaliste, sans frontière et multiforme, ce jour interroge aussi nos représentations individuelles et collectives des femmes dans un monde patriarcal.

Les Espagnol.es ont très récemment montré une mobilisation incroyable contre ces violences, et particulièrement contre les féminicides (voir l'article de Marjolaine Christien-Charrière sur ce site).

Mais pour nous cette année, ce jour est marqué en France par les attentats meurtriers du 13 : la manifestation parisienne, prévue le 21, n'a pas eu lieu, non plus qu'une réunion publique le 19 appelée par toutes les associations féministes de lutte contre les violences qui ont cette année travaillé ensemble et devaient à cette occasion présenter le fruit de leur travail commun.

Ce n'est que partie remise, et on ne peut que se féliciter de ce travail unitaire qui fera date.

En France, 216 000 femmes sont chaque année victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint, 86 000 femmes sont violées ou subissent une tentative de viol, 134 femmes sont mortes en 2014 sous les coups de leur compagnon1

85 % des personnes prostituées sont des femmes et 93 % d'entre elles sont étrangères ( Roumanie, Bulgarie, Afrique de l'ouest, Chine). 51 % des personnes prostituées ont subi des violences physiques dans le cadre de la prostitution, 38 % ont subi un viol2

Les femmes constituent la moitié des migrants bravant les routes, les mers et les frontières pour trouver ailleurs un autre destin que celui de la misère et/ou de l'oppression et/ou des guerres3, bravant la difficulté d'être une femme seule sans protection d'aucune sorte…

Nous ne parlerons pas ici de toutes les violences symboliques (salaires, carrières, retraites, assignation à certains métiers, assignation à résidence…) qui ne sont pourtant pas sans lien avec cette idée que les femmes sont une très seconde part de notre humanité qui justifie tous les comportements.

Le chemin est encore long pour faire reculer le patriarcat et les représentations rétrogrades des femmes dans nos sociétés, dans nos groupes, dans nos familles. Un service public renouvelé, renforcé et élargi à tous les niveaux devrait travailler cet avenir commun du plus jeune âge jusqu'au grand âge, car il n'est pas un seul moment où cette conscience doive nous échapper.

Cécile Silhouette

1Site du Ministère des Affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

2La Lettre de l'observatoire national des violences faites aux femmes, Novembre 2015

3CIMADE « Causes communes » N°78, Octobre 2013

Appel à la manifestation du 21 novembre, annulée...

Nous toutes injuriées, maltraitées, harcelées, discriminées pour notre genre ou nos orientations sexuelles, violentées, mariées de force, excisées, prostituées, violées, 

Nous toutes contraintes à l’exil 
Nous dénonçons la violence de tous ces maux, de tous ces mots, l’implacable réalité d’un monde hétéro patriarcal, exploiteur, oppresseur et faiseur de guerres

Nous, Femmes que les guerres et la faim, la sécheresse, les inondations ont jeté sur les mers et les routes au péril de nos vies
Nous dont les corps sont bafoués par les viols de guerre
Nous qui affrontons l’exil la peur au ventre tant les violences sont multiformes 
Nous qui ne savons vraiment pas où nous allons et de quoi demain sera fait
Nous qui devons quémander l’asile du riche pays d’accueil et devons raconter encore et encore l’irracontable horreur...

Nous, Femmes contraintes de vendre notre corps pour survivre, ployées par la précarité et les difficultés
Nous enlevées, trafiquées, « dressées », pour satisfaire les envies des messieurs de nos villes ou campagnes et enrichir nos exploiteurs
Nous sur lesquelles les clients défilent mais ne seraient pas responsables
Nous livrées à toutes les violences d’un monde sans avenir.

Nous, Femmes qui supportons partout les sous-entendus, les injures, les attouchements, 
Nous, qui subissons le harcèlement de nos collègues, de nos patrons, de nos maris ou de nos frères,
Nous, lesbiennes, bisexuelles ou trans, violentées moralement, physiquement violées en « correction » de notre genre et de nos orientations sexuelles,
Nous excisées, mariées de force,
Nous, frappées à mort par nos conjoints, concubins ou compagnons
Nous violées sans vergogne par nos proches ou des inconnus prédateurs….

La violence envers une seule d’entre nous est une violence envers toutes les femmes

Toutes et Tous ensemble contre les violences masculines !
Toutes et Tous ensemble contre cette domination !
Vous ne nous soumettrez jamais ! Nous ne nous soumettrons jamais !

Nous exigeons : 
pour toutes, et particulièrement pour les exilées, le droit à l’asile et à la sécurité, l’accès à la langue, le logement, le travail, l’accès aux droits à la santé et aux soins

le vote de la loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel telle qu’adoptée par l’Assemblée Nationale le 4/12/13, qui devra être améliorée quant à l’accueil des victimes de la traite

la satisfaction des exigences portées par les associations féministes de lutte contre les violences, toutes unies : notamment en transposant obligatoirement dans le droit français les mesures de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique dite Convention d’Istanbul ratifiée par la France en juillet 2014

Nous toutes, avec nos associations, syndicats ou partis, proclamons notre unité et notre détermination pour nous dresser, toujours et partout, contre les violences faites aux femmes.

NOUS MANIFESTERONS LE 21 NOVEMBRE, 14H30, DE RÉPUBLIQUE AU MINISTÈRE DE LA JUSTICE, PLACE VENDÔME.

Premiers signataires : CNDF, Alternative libertaire, Amicale du Nid, APEL-Égalité, ASFAD, CADAC, les Chiennes de garde, CGT, Collectif féministe contre le viol-Viols Femmes Informations, Coordination Lesbienne en France, DIDF-Fédération des associations des travailleurs et des jeunes, les effrontées, Encore Féministes, Ensemble !, Fédération IFAFE, Fédération Nationale Solidarité Femmes, Féminisme Enjeux-Théâtre de l’Opprimé, Femmes Égalité, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir, Femmes Migrantes Debout, Femmes solidaires, FFA & AFA-Congo - Fondation pour les Femmes Africaines, FIT-une femme un toit, GAMS, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie, Maison des Femmes de Montreuil, Maison des Femmes de Paris, Mémoire traumatique et victimologie, Mouvement de la Jeunesse Communiste de France, Mouvement du Nid, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Rajfire, Représentation internationale du mouvement des femmes kurdes, Réseau féministe « Ruptures », SKB Union des femmes socialistes Turquie , SNPES-Pjj FSU Ile de France, SNPES-Pjj FSU, SNUEP-FSU, Union Syndicale Solidaires, ZIN association de femmes kurdes.

 

Article