Algérie : un référendum constitutionnel pour effacer le Hirak

 

Le pouvoir algérien continue, immuable, droit dans ses bottes (militaires), comme s’il n’y avait pas eu les 56 semaines de manifestations du Hirak.  Comme ses prédécesseurs, Tebboune (le Président le plus mal élu depuis l’indépendance) veut sa révision constitutionnelle qui, au-delà de quelques cataplasmes homéopathiques, ne fait que confirmer l’hyper-présidentialisation du régime et sa soumission à l’armée. De plus, ce nouveau texte ose faire référence au Hirak dont il bafoue complètement les valeurs et les demandes. Et suprême détournement de l’histoire, la ratification de ce texte infame est organisée le premier novembre 2020, jour du 66e anniversaire du début du soulèvement du peuple algérien contre le colonialisme français. Et pendant ce temps, la répression continue : journalistes, militant.es et parfois citoyen.nes pris au hasard sont embastillés dans les geôles du régime militaire algérien qui a bien su utiliser l’opportunité de la crise sanitaire. Plus que jamais, les militant.es du changement en Algérie ont besoin d’un soutien international pour que continue à vivre le Hirak.

 

Article