Allemagne: le jour d'après à Brême...

Hier, à Brême, environ 10% des votants ont choisi le parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD).

Aujourd’hui, à Brême, 1700 personnes ont défilé contre le populisme de droite et le racisme, pour la solidarité et la justice sociale. J’ai lu après coup que le rassemblement avait été organisé par un « Bündnis gegen Rassismus und Rechtspopulismus » (alliance contre le racisme et le populisme de droite). Je ne sais pas qui le compose. Des manifestations comparables ont eu lieu dans beaucoup de villes allemandes. Voici comment ça s’est passé chez moi.

L’information a circulé sur Facebook toute la journée et sans doute aussi parmi les réseaux de militants. On s’est retrouvé à un grand carrefour de la ville vers 18h. Il y avait beaucoup de jeunes, pas mal de vieux, quelques enfants. Des punks avec des crêtes, des étudiants hipsters, des lycéennes avec de longs ongles manucurés, des retraités bobo, des SDF, et j’y étais. On a remonté une rue commerçante, on est passé par la place du marché où un autre rassemblement avait lieu. La communauté kurde de Brême manifestait son soutien au projet de référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien. Au pied de la Bürgerschaft, le parlement du Land de Brême, les gens dansaient sur de la musique traditionnelle et agitaient des drapeaux. Quand nous sommes passés à leur niveau, ils ont tendu leurs doigts en V, on a répondu pareil et quelqu’un, je ne sais pas de quel côté, a commencé à applaudir. Pendant une petite minute, les deux manifestations se sont applaudies mutuellement.

On criait « Ganz Bremen hasst die AfD » (tout Brême déteste l’AfD), « Nazis raus » (les nazis dehors), « Nationalismus aus den Köpfen » (pas de nationalisme dans les têtes), « Hoch die internationale Solidarität » (vive la solidarité internationale), « AfD Rassistenpack, wir haben euch zum Kotzen satt » (Afd, racaille raciste, on vous vomit). Il y avait un drapeau de Die Linke, un drapeau des verts et plusieurs drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel. On était pas très bien préparés. Les pancartes étaient plus ou moins élaborées : « L’AfD pue », « La haîne et l’exclusion ne sont pas des alternatives, pas de mais », « les bruns à la poubelle, pas au parlement ». Des manifestants collaient des stickers « FCKNZS » (Fuck Nazis) et j’ai vu un T-shirt « Liberté, égalité, Fckafdé ».

On a marché comme ça pendant 1h30, jusqu’au bureau de l’AfD, pas loin de la gare – ironie du sort, il est situé dans un quartier très populaire, juste à côté d’un « Afro und Asia Shop ». Le local était gardé par une dizaine de policiers casqués et la vitre venait d’être remplacée après avoir été (plusieurs fois) caillassée d’après ce que disent mes amis. Le candidat local de Die Linke à l’élection a pris la parole brièvement, puis une militante d’une soixantaine d’année l’a relayé au micro. Elle était très touchée de voir les jeunes aussi nombreux et a brandi une affiche portant le slogan « Bund gegen Rechts » (Des couleurs/de la diversité contre la droite). Pour lui donner raison, c’est un jeune d’une association pour les droits des personnes transgenres qui lui a succédé à la tribune. Tous les orateurs se retrouvaient sur un mot d’ordre : « Widerstand leisten » (résister), pas seulement aujourd’hui mais dans les mois et années à venir puisque les 94 députés de l’AfD sont élus jusqu’en 2021.

Hier à Brême, l’AfD a donc remporté 10 % des voix. Les médias disent que ce n’est pas un vote d’adhésion mais de protestation. Brême est la 10ème ville d’Allemagne avec  550 000 habitants. En décembre 2015, le Land de Brême avait déjà accueilli environ 12 000 réfugiés selon les autorités. D’après le journal Die Zeit, le plus petit Bundesland allemand  partage avec Hambourg et Berlin le plus haut taux d’accueil avec 3,75 réfugiés pour 1.000 habitants. Historiquement, la ville de Brême est marquée à gauche. Elle est dirigée sans interruption par le parti socialiste (SPD) depuis 1945. 10 % des voix pour l’AfD, c’est toujours « moins pire » que les 12,6 % au niveau national, mais c’est quand même un choc.

Malou BVDR

Article