Anne Hidalgo in the City…

Le pèlerinage outre-manche semble devenir une tradition des dirigeants socialistes en campagne électorale. François Hollande après son discours du Bourget avait multiplié les déclarations à ce temple de la finance qu’est la City londonienne en assurant que « La gauche a gouverné pendant 15 ans, pendant lesquels elle a libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n'y a pas de crainte à avoir » En effet, on a vu la suite. Il n’y avait vraiment aucune crainte à avoir…

La candidate socialiste à la Mairie de Paris, Anne Hidalgo, elle, n’a pas cru nécessaire devoir tenir un discours « de gauche », à l’image de celui du Bourget, et sera directement passé à l’étape de l’éloge du libéralisme et de la compétition entre les territoires. Dans une tribune publiée dans le quotidien britannique The Guardian (à lire sur le lien http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jan/23/london-paris-soon-same-conurbation), elle y défend une vision commune du développement entre Londres et Paris qui seraient amenés à former un pôle commun pour faire face à la concurrence des autres « villes-mondes » d’Asie, d’Amérique Latine et d’Afrique…

Il fallait y penser ! L’Eurostar comme solution miracle pour gagner sa place dans la compétition mondiale ! La socialiste n’y va pas avec le dos de la cuillère : « Dans un monde globalisé, les gagnants seront ceux qui auront construits des réseaux. » qui doivent passer au-delà des « frontières nationales ». Elle multiplie les éloges de la compétition capitaliste entre les deux places financières que sont Paris et Londres pour indiquer que cela n’empêche pas la coopération pour faire face aux autres adversaires que sont Shanghai, Rio, Lagos… Le projet de métropole parisienne n’est qu’une étape dans une réorganisation plus globale des territoires dans le cadre d’un capitalisme mondialisé déployé à une échelle nouvelle et qui développe des inégalités sans précédent entre les territoires.

Sa tribune est même adressée au maire de Londres, Boris Johnson, le conservateur héritier de Thatcher qui s’est illustré en novembre denier en affirmant que la lutte contre les inégalités était une obsession illusoire (1). Londres est en effet une des villes où l’écart entre riches et pauvres, avec toutes les violences que cela entraîne, est extrêmement fort. Magnifique modèle pour l’avenir de Paris !  Dans cette tribune Anne Hidalgo va ainsi plus loin que les propos que François Hollande avait tenu au Guardian. Elle a bien fait d’éviter de se lancer dans une diatribe sur « mon-ennemi-la-finance-sans-visage-qui-gouverne »…

François Calaret

  1. « Je ne crois pas que l'égalitarisme économique soit possible. Il est à mon avis certain qu'une dose d'inégalité est essentielle pour entretenir une certaine envie qui est, tout comme l'avarice, une impulsion vertueuse pour l'activité économique » (sur le site www.atlantico.fr
Article