Au Yémen, un enchevêtrement de conflits et d’ambitions géopolitiques

La population yéménite subit aujourd'hui les bombes des Saoudiens après avoir été un terrain d'expérimentation pour les drones utilisés par les Américains contre Al Qaïda avec le succès qu'on connait. La situation réclame un peu plus d'attention. Nous reproduissons ici l'article d'Alain Gresh paru sur le site Orient XXI.

L’Arabie saoudite et l’Iran face à face

Le sommet arabe du Caire a décidé la création d’une force commune destinée, même si cela n’est pas clairement affirmé, à faire face à la montée en puissance de l’Iran – plus qu’à celle de l’Organisation de l’Etat islamique. L’intervention de l’Arabie saoudite et de ses alliés au Yémen répond à la même préoccupation, alors même que Téhéran négocie sur son programme nucléaire et que l’issue de ces pourparlers aura des conséquences majeures sur les relations régionales.

Dans la nuit du 25 au 26 mars, l’Arabie saoudite a lancé l’opération «  Tempête décisive  » au Yémen et entamé le bombardement des positions des milices houthistes qui s’étaient emparées de la capitale Sanaa, avaient renversé le président Abd Rabbo Mansour Hadi et progressaient vers le sud et le grand port d’Aden. Dix pays participent, plus ou moins intensément et plus ou moins directement à la coalition qui s’est mise en place sous l’égide de Riyad : cinq des six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) (en plus de l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Qatar et à l’exception d’Oman), auxquels il faut ajouter l’Égypte, le Maroc, la Jordanie, le Soudan et le Pakistan.

Cette coalition a obtenu le soutien des États-Unis  ; la porte-parole du Conseil national de sécurité a déclaré que le président Barack Obama «  avait autorisé la fourniture de soutien logistique et de renseignement pour appuyer les opérations militaires du CCG  »1. Une cellule commune de planification avec l’Arabie saoudite a été mise en place. Pourtant, si l’on en croit Jamal Khashogji, un journaliste saoudien très introduit dans les cercles dirigeants de son pays, selon un article intitulé «  The Salman principle  » (La doctrine Salman), Riyad aurait mis Washington devant un fait accompli : «  Nous avons décidé d’intervenir au Yémen, auraient dit les responsables saoudiens en substance. Etes-vous avec nous ou non  ?  ». Si cela était confirmé, ce serait un changement important dans la politique saoudienne qui reste pourtant toujours très dépendante des États-Unis, y compris en termes militaires.

Le Pakistan, tout en assurant sa détermination à assurer la sécurité et l’intégrité territoriale du royaume wahhabite a exprimé quelques réserves. Intervenant devant le Parlement, le ministre de la défense Khawaja Asif a déclaré : «  Nous ne participerons à aucun conflit qui provoquerait des différences entre pays musulmans, aggravant les lignes de fracture qui sont aussi présentes chez nous et dont nous devrons supporter les conséquences  », faisant ainsi allusion aux tensions persistantes entre la minorité chiite et la majorité sunnite.

Chiites contre sunnites  ?

Cette référence aux divisions confessionnelles conforte tous ceux qui lisent l’affrontement actuel à travers le prisme d’un choc entre sunnisme et chiisme, dont l’antagonisme remonterait aux origines même de l’islam, aux guerres de succession après la mort du prophète Mohammed en 632. C’est cette vision qu’illustre une carte du Monde publiée le 27 mars. Tous les clichés abstraits et a-historiques ressortent dans nombre de commentaires — affrontement millénaire, haines inextinguibles, querelles théologiques — pour expliquer les événements, au détriment des analyses politiques et géopolitiques.

Toute la difficulté de dépasser la lecture confessionnelle et de déceler les enjeux de pouvoir qui structurent réellement les conflits de la région provient du fait que les acteurs engagés sur le terrain donnent eux-mêmes du crédit à l’opposition sunnite-chiiteet agissent en conséquence. La lecture confessionnelle conduit à une simplification objective de la confrontation et écrase la complexité dans l’esprit des analystes que nous sommes comme dans celui des combattants.

Les houthistes, nous explique-t-on, sont des chiites et leur progression indisposerait le puissant voisin saoudien. Pourtant, en septembre 1962, quand un coup d’État républicain mit fin à l’imamat millénaire zaydite installé à Sanaa, une longue guerre civile s’ensuivit. Et Riyad appuya, finança, arma les tribus zaydites que l’on qualifie aujourd’hui de «  chiites  ». Les zaydites sont une branche de l’islam rattachée au chiisme  ; contrairement aux chiites iraniens, ils ne reconnaissent que cinq imams et non douze. Longtemps considérés comme «  modérés  » — dans leurs mosquées, ils prient fréquemment aux côtés des sunnites —, ils ont subi ces dernières années l’influence de Téhéran. Mais, comme le reconnaît Simon Henderson, un analyste appartenant à un think tank américain dépendant du puissant lobby pro-israélien, et peu susceptible de sympathie envers les mollahs :«  Nous ne connaissons pas l’ampleur du soutien de l’Iran aux houthistes — et nous ne savons pas si les Iraniens considèrent leur prise de pouvoir comme un objectif stratégique majeur ou une conséquence d’événements fortuits.  » Et la déclaration d’un député iranien l’an dernier affirmant que trois capitales arabes — Damas, Bagdad et Beyrouth — étaient déjà sous contrôle de Téhéran n’a pas suffi pour y voir un grand dessein iranien3. D’ailleurs, dans les années 2000, durant les présidences de Hachemi Rafsandjani (1989-1997) et Mohammad Khatami, (1997-2005), un rapprochement s’était produit entre Téhéran et Riyad.

 

Lire la suite sur Orient XXI

Article