Bezons impose de débattre de l’emploi dans l’élection francielienne

84 boulevard Salvador Allende à Bezons, les salarié.e.s du Joint Français s’opposent au démarrage des restructurations capitalistiques dans l’aéronautique

Personne ne peut ignorer le combat en cours à la Chapelle Darblay où un collectif de salarié.e.s disposant d’outils et de savoir-faire très pointus mettent en échec la fermeture d’une usine performante. L’expérience fait-elle école ? A Bezons, depuis la semaine du 1er mai, une moitié de l’effectif de 200 techniciens et opérateurs contrôle les accès de leur usine chimique vieille de 115 ans et où ils produisent des joints aux normes exigeantes d’Airbus et Dassault. L’union locale CGT organisait à la veille du week-end de trois jours un soutien à l’échelle du bassin d’emploi.
Le foncier appartient à l’alliance Total et Hutchinson mais depuis cinq ans murs et lignes de production sont gérées par PPG, autre multinationale américaine avec qui traite le consortium européen Airbus. PPG, sous la gestion duquel l’effectif intérimaire a atteint 120 salarié.e.s portant le total des opérateurs à plus de 300 personnes, affirme devoir être dans l’obligation de réduire ses volumes de production. En première étape, PPG n’a repris aucun contrat d’intérim au sortir du confinement en mai 2020. Seconde marche avec l’annonce de la concentration des activités et d’une réduction des sites d’exploitation en Europe : les volumes produits à Bezons le seraient sur d’autres sites de PPG à compter du deuxième trimestre 2021. C’est cette deuxième étape du plan d’Airbus et de ses fournisseurs que vient de percuter l’action des salarié.e.s du Joint français avec l’appui de l’Union locale CGT.
Dans le Val d’Oise, les Hauts de Seine et l’ouest de la Seine Saint Denis, la filière aéronautique concentre de très essentielles filières de qualification et de parcours professionnels. Il appartient, dans cette élection régionale, aux équipes emmenées par Clémentine Autain d’engager un dialogue public avec les actrices et les acteurs de ces dispositifs productifs. En commençant par aller faire agora au 84 boulevard Salvador Allende à Bezons.

Blog
Auteur: 
Eugène Bégoc