C'est le peuple de 1789 qui était dans la rue !

Après l'horreur de la semaine dernière, avec les manipulations politiciennes, on pouvait avoir des craintes pour les journées de manifestation de ce week-end. Certains se sont d'ailleurs abstenus : ils ont eu tort. En effet, le peuple a pris la rue, mais pas n'importe lequel : celui qui, depuis 1789, est attaché à la liberté, attaché au vivre ensemble, et sait le montrer. Ces dernières années, on avait l'impression que la population allait tout droit dans les bras du FN, sur le chemin de la haine. Depuis mercredi dernier, on a retrouvé le peuple qui se souvient quelque part (même si on a pu en douter parfois) qu'il a su faire des barricades quand la liberté était en danger.

Les millions qui étaient dans la rue hier, c'est le contraire de ce que véhicule le FN. Le FN, lui, véhicule la mentalité des fascistes qui se sont attaqués à des mosquées, même si le FN n'en est sans doute pas l'instigateur. Ces gens - là sont restés dans les égoûts pendant que nous prenions la rue.

Il reste maintenant à construire la suite. On a déjà connu des mobilisations fortes : avec SOS racisme et ses concerts-manifs dans les années 1980, contre Le Pen en 2002. Et la suite n'a pas été à la hauteur des espérances.

Alors il nous reste à ne pas recommencer les erreurs. Au-delà du nécessaire mouvement social pour vivre mieux qu'on ne peut pas décréter, il nous faut construire un vaste mouvement antiraciste unitaire, un mouvement pour le vivre ensemble. Il nous faut réussir ce qui fut raté dans les années 1980 - 1990 : protéger vraiment les minorités discriminées et leur permettre d'occuper toute leur place dans les combats de la gauche.

Ce mouvement pour le vivre ensemble doit s'attaquer à tous les racismes, sans exception. Ceux qui sont utilisés par nos gouvernants, comme la discrimination des Roms en premier lieu. La haine des Musulmans, agitée aussi par les puissants, une haine qui risque de s'amplifier ; des Musulmans qu'il nous faut protéger, les millions qui étaient dans la rue en étaient conscients. Combattre tous les racismes, c'est lutter aussi contre l'antisémitisme, non utilisé lui aujourd'hui comme il le fut par le passé, certes. Mais un antisémitisme qui tue à nouveau depuis quelques années et qu'on n'a pas combattu comme il l'aurait fallu.

Ne tardons pas à construire ces solidarités, cette unité. L'élan solidaire de ces derniers jours ne doit pas être gaspillé, l'élan de celles et ceux qui se sont dresséEs pour dire : "nous sommes Charlie, nous sommes Musulmans, nous sommes Juifs...". C'est-à-dire le peuple qui prend les Bastilles et sait ensuite les défendre.

 

 

Blog
Auteur: 
Robert HIRSCH