Collectif national d’Ensemble !, des 27 et 28 septembre

Le Collectif national d’Ensemble ! a réuni plus de 120 personnes, dont une centaine de délégué.es des collectifs.

Les présent.es n’ont pas chômé, tant il y avait à faire. Il y avait d’abord à discuter de la situation nationale, de celle du Front de gauche et des perspectives défendues par Ensemble !. Certains aspects de la discussion relèvent évidemment du pronostic, s’agissant notamment de la situation économique européenne, mais aussi de l’issue des hésitations de Manuel Valls : fera-t-il le choix d’accentuer encore sa politique austéritaire et libérale, comme les attaques sur le budget de la Sécurité sociale le laissent entendre, ou se contentera-t-il , fort de l’indulgence de l’Allemagne, de poursuivre avec un tantinet de modération, pour préserver un minimum de base sociale ?

Sur un autre terrain, quelle sera l’issue de la crise de l’UMP ? Quel sera le degré de rupture des « frondeurs » du PS, dans toute leur hétérogénéité ? Se contenteront-ils d’une révolution de palais, d’un ripolinage de façade, ou faut-il s’attendre à des ruptures plus profondes ? Doit-on anticiper des explosions sociales à court ou moyen terme ? Dans quelle mesure traduiront-elles les défaites idéologiques accumulées ? Quel sera en leur sein le poids du Front National ? Mais si l’on ignore comment les coordonnées de la situation se combineront et ce qu’elles produiront, cela n’empêche pas de tenter de comprendre la situation, la dégradation du rapport de forces mais aussi les possibilités qui demeurent, les perspectives de mobilisation, par exemple sur le terrain du climat …

A propos du Front de gauche, la satisfaction est générale du fait qu’il a finalement passé l’été, mais, s’il paraît probable qu’il se maintienne, ce sera plutôt comme cartel, doté d’une force propulsive très diminuée. Sa crise et sa paralysie partielle augmentent encore nos responsabilités politiques, celle de proposer une orientation pour le Front de gauche et au-delà, celle, aussi, d’affirmer notre propre politique. Ainsi, les délégué.es ont réaffirmé la nécessité d’un profil à la fois rassembleur et clairement anti-gouvernemental dans les échéances électorales de 2015.

Ils ont discuté des propositions portées par le PG, à commencer par le Mouvement pour une 6e République, sur laquelle Ensemble ! a désormais pris position en faveur d’un investissement limité, en dépit de réserves, sur le fond et la forme, que nous n’avons pas cachées.

Deuxième proposition, celle d’une manifestation qui pourrait avoir lieu mi-novembre, à l’occasion du budget, contre la politique gouvernementale. Ensemble ! soutient cette proposition, qui sera faite au collectif « AAA » (ex « 12 avril »), dont  il faut  partout où c’est possible susciter des déclinaisons locales.

Mais les présent.es se sont également attelés à affiner la proposition d’Ensemble !, formulée à son université d’été, celle d’ « Assises » de la transformation sociale et écologique. Ces « assises » (qui auront sans doute un autre nom, nous en sommes au « prototype …) correspondraient à un processus long, co-organisé avec des partenaires divers, bien au-delà des courants politiques eux-mêmes, de regroupement des forces de gauche opposées à la politique gouvernementale, non simplement pour trouver ce qui d’ores et déjà fait convergence, mais aussi pour remettre sur l’établi la discussion sur l’alternative, son contenu, sa radicalité …

La situation internationale somme toute assez sombre réclamait également un échange. Il s’est essentiellement centré sur la question de la Syrie, de l’Irak, de l’EI et de l’intervention franco-américano-britannique. Il a débouché sur une prise de position qui a fait l’accord de toutes et tous. Ensemble ! dénonce les puissances impérialistes comme premières responsables de la situation, et leur intervention qui ne peut que l’aggraver encore, tout en soutenant les populations, aujourd’hui menacées par l’EI, qui doivent avoir les moyens de se défendre.

La réunion de la commission internationale avait donc une importance particulière lors de ce CN. Les autres commissions thématiques déjà constituées ont eu également eu l’occasion de se réunir, et diffuseront des comptes rendus écrits de leurs discussions.

Enfin, ce Collectif national fut l’occasion de faire un pas en avant supplémentaire dans la mise en place d’une circulation de l’information plus opératoire, notamment via le site, et en particulier en direction des adhérent.es. Sur les questions de trésorerie, le processus est aujourd’hui trop lent et demande une implication collective, afin qu’Ensemble ! ait les moyens de son déploiement politique.

Le prochain Collectif national est prévu le 22-23 novembre. Ce sera le dernier avant un événement majeur de la construction et de l’affirmation de notre mouvement, l’assemblée prévue les 31 janvier-1er février, à laquelle il s’agit de donner un écho maximal.

Ingrid Hayes

Article