Communiqué de Ensemble après le premier tour

Les résultats du premier tour des élections municipales sanctionnent la politique du gouvernement. Au second tour, il faut se rassembler à gauche pour battre la droite et l’extrême-droite.

 

Le premier tour des élections municipales a été marqué par une mobilisation de l’électorat à droite et à l’extrême-droite, un recul majeur du Parti socialiste (PS) et une forte abstention dans les milieux populaires votant traditionnellement à gauche. Il s’agit d’une sanction de la politique d’austérité menée par le gouvernement qui aggrave considérablement les conditions de vie et de travail de l’énorme majorité de la population.

 

Dans cette situation, la montée importante du Front national (FN) traduit l'approfondissement de la crise sociale et démocratique. Il apparaît de plus en plus en capacité de capter la désespérance de franges importantes de la population, et, se présentant comme extérieur au système des partis de gouvernement, d'imposer ses thèmes racistes et réactionnaires sous un habillage de discours faussement social.

 

Le Front de gauche, quand il était uni et rassemblait autour de lui, a obtenu de bons résultats lui permettant de conserver ou de conquérir des points d’appuis dans les municipalités pour défendre une alternative à gauche. Il parvient à élargir le champ d’alliances dans certaines localités, avec d’autres forces politiques comme Europe Ecologie, le NPA ou des collectifs citoyens. 

 

Alors que se déroulent les discussions pour le second tour, il faut créer les conditions d’un large rassemblement pour battre la droite et l’extrême droite dimanche 30 mars. 

Pour le mouvement «Ensemble!», les électrices et électeurs du Front de gauche doivent pouvoir être représentés au second tour et dans les conseils municipaux pour résister à l’austérité et aux dégâts du libéralisme. Des listes d’union seront possibles dès lors que sont représentés les choix entre les différentes orientations exprimées au premier tour par les électeurs, et que le Front de gauche et ses électeurs sont respectés. Dans ce cadre, les rassemblements et fusions des listes de gauche contre la droite et l’extrême-droite doivent se faire, en respectant les votes au 1° tour, en refusant toute alliance avec des forces de droite. Ces accords devront respecter la diversité des composantes des listes du Front de Gauche et le choix de chaque composante quant à la participation, ou non, aux exécutifs et aux votes des budgets. 

 

Le 24 mars.

Article