Communiqué de Ensemble! La droite reprend la majorité au Sénat.

A l'occasion du renouvellement de la moitié du Sénat, la droite - UMP et UDI - dispose d'une majorité absolue de treize sièges.

Une parenthèse de trois ans s'est refermée.

Le Front national fait son entrée avec l'élection de deux sénateurs qui ont recueilli un nombre de voix quatre fois supérieur par rapport à celles qui leur étaient acquises. Signe d'une porosité toujours plus forte entre droite et extrême-droite et qui installe toujours plus le Front national dans le paysage politique.

C'est le troisième défaite majeure du parti socialiste après les municipales et les européennes. Défaite et y compris déroute dans certains départements, comme les Bouches-du-Rhône.

La réduction des dépenses publiques qui impacte fortement les moyens financiers des collectivités locales imposée par le pacte de responsabilité, la réforme territoriale à marche forcée expliquent sans doute ce résultat, qui est aussi le prolongement des municipales.

La remontée des idées réactionnaires s'est fait sentir puisque le rapporteur du PACS et de l'ouverture du mariage à toutes et tous a été battu.

Une fois de plus, le droit de vote des étrangers est enterré. Avec un Sénat repassé à droite, impossible d'obtenir la majorité des trois cinquièmes pour modifier la constitution. La responsabilité de F. Hollande est écrasante, lui qui n'a cessé de renvoyer à plus tard cette promesse de la campagne électorale.

F. Hollande, M. Valls : une politique qui ouvre un boulevard à la droite et au Front national.

La construction d'une alternative sociale, démocratique et écologique n'en est que plus urgente.

Cela passe par la mobilisation des salariéEs, précaires, chômeurs, retraitéEs en défense de leurs droits et revendications et par la tenue d'assises de toutes les forces politiques et sociales qui affirment leur opposition à la politique d'austérité.

Le 29 septembre 2014.

 

 

Article