Communiqué de Ensemble. Non à l'impunité, unité contre l'homophobie et la transphobie.

« Ensemble, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire » dénonce les agissements homophobes qui se sont déroulés à Nancy le samedi 31 mai à l'issu de la Marche des Fiertés.
Des individus cagoulés et casqués ont déployé à l'adresse des participants une banderole ornée de croix celtique portant l'inscription "Allez bruler en enfer".
Le lendemain, des autocollants homophobes ont été apposés sur les vitres du local du centre LGBT de Nancy, également siège de l'association LGBT « Equinoxe ». D'autres portaient les signatures de "l'œuvre française" et de "Lorraine nationaliste".
Ces actes ne sont pas isolés : déjà l'an dernier, des groupes fascistes avaient agressé des participants à la marche, le centre LGBT de Nancy a déjà été la cible d'inscriptions homophobes ("homo anormo") et reçoit depuis son ouverture en novembre 2012 des courriers d'injures.
« Ensemble » se joint à son collectif 54, qui participait à la Marche des fiertés, pour dénoncer ces agissements et soutient l'association nancéenne LGBT Equinoxe qui a porté plainte pour "menaces de mort en raison de l'orientation sexuelle". L'impunité en la matière n'est pas acceptable.
Le combat contre toutes les discriminations est un élément essentiel de la lutte contre la droite et l'extrême-droite, plus que jamais d'actualité. Les mobilisations de masse organisées contre le mariage pour tou-te-s, les refus et campagnes de calomnies sous prétexte de débats autour de l’enseignement des questions de genre et de sexualité, ont puissamment contribué à maintenir un climat favorable aux discriminations et aux préjugés réactionnaires.
Notre monde est en attente de libertés, de fin des discrimination et d’égalité réelle. Cela fait peur aux « restaurationnistes de toutes « obédiences », qui multiplient les initiatives pour gonfler leur importance . Contre cela, il importe de dresser un front uni.
Le 9 juin 2014.

Article