Communiqué de Ensemble ! Voter contre la confiance à M. Valls.

Le 16 septembre, pour la deuxième fois en quelques mois, M. Valls va demander la confiance aux députés.

Il veut ainsi faire confirmer sa politique de cadeaux au patronat et de casse sociale.

Cette politique symbolisée par « J'aime l'entreprise » lancé par le premier ministre à l'université d'été du Medef mène droit à une impasse et à une catastrophe sociale.

Sans cesse, le Medef en demande toujours plus. Hier pour créer 1 million d'emplois, il fallait que le gouvernement baisse les charges à hauteur de 100 milliards d'euros. Aujourd'hui, toujours pour créer 1 million d'emplois, il faut supprimer deux jours fériés, supprimer le SMIC, les 35h, autoriser le travail dimanche, notamment. En plus des seuils sociaux que le gouvernement s'apprête à remettre en cause.

La politique d'austérité est un échec. Elle augmente la crise économique et sociale. Faute de résultats, le ministre du travail fait la chasse aux chômeurs en les rendant responsables du chômage, qui ne cesse de croitre, comme l'ont fait tous les gouvernements de droite.

Chaque jour apporte son lot de scandales, d'affaires, de coups portés aux droits sociaux.

On ne doit pas accorder la confiance à un tel gouvernement aux ordres du Medef et si insensible aux besoins de la population en terme d'emplois, de logement sociaux de bonne qualité, de pouvoir d'achat et qui casse le droit du travail.

La politique de M. Valls ne peut que susciter écoeurement et révolte.

« Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire », soutient totalement la Déclaration adoptée le 6 septembre à l’Assemblée de rentrée du Front de gauche : « Aucun parlementaire de gauche ne peut voter la confiance à ce gouvernement. Comme le feront ceux du Front de gauche, ils doivent dire non au gouvernement Manuel Valls 2. »

Autrement dit passer de la parole aux actes.

Le 15 septembre 2014.

 

 

 

Article