Communiqué de Ensemble! Vérité et justice pour les victimes du 17 octobre 1961.

Le 17 octobre 1961, la police française a réprimé dans le sang en plein Paris une manifestation de dizaines de milliers d’algériens qui réclamaient la fin du couvre-feu et le droit à l’indépendance pour l’Algérie. Plusieurs milliers d’arrestations ce jour là et les jours suivants, plusieurs dizaines de mort, des manifestants torturés, expulsés vers l'Algérie...Tout cela, à l’époque dans l'indifférence générale et sans quasiment une ligne dans la presse.

Il a fallu attendre le 17 octobre 2012 pour un début de reconnaissance par l’Etat français de ce qui s'était passé à l'époque.  Mais François Hollande, président de la république, s’en tient alors à déclarer que « des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression ». Il rajoutait timidement que « la République reconnaît avec lucidité les faits. »

Mais l’Etat Français refuse toujours, 53 ans après, de reconnaître explicitement sa responsabilité dans ce crime d’état.

Le gouvernement socialiste s’il veut réellement lutter contre la montée du racisme et de l’islamophobie que subissent de plein fouet les enfants et petits-enfants des manifestants d’hier, doit officiellement condamner ce crime d’Etat et mettre en place un certain nombre de mesures (ouverture pleine et entière des archives, création d’un lieu de mémoire…) pour que cette reconnaissance ne soit pas que symbolique.

« Ensemble ! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire » appelle au rassemblement unitaire du 17 octobre 2014 qui se tiendra à 17h30 au pont Saint-Michel et se joint à l’appel unitaire qui demande vérité et justice pour les victimes du 17 octobre 1961.

Le 15 octobre 2014.

 

Article