Communiqué de Ensemble! Le 29 mai, pour le maintien des emplois chez Tati.

Le 4 mai dernier, les salarié-e-s de Tati étaient en grève contre la vente à la découpe voulue par Eram, propriétaire de Agora distribution mis en redressement judiciaire.
Ils/elles se mobilisent à nouveau le 29 mai et appellent à un rassemblement devant le tribunal de commerce de Bobigny, à partir de 9h30, qui doit examiner les propositions des repreneurs.
Clémentine Autain, porte-parole de « Ensemble! » sera présente pour soutenir les salarié-e-s en lutte.
Solidarité indispensable tant la loi Macron, adoptée en 2015, permet, sans aucune transparence, au patron vendeur de s'entendre avec le ou les repreneurs. Loi Macron qui, selon les juristes de la Cour de cassation, autoriserait les groupes à se débarrasser de filiales sans aucune obligation du groupe.
Du côté du gouvernement, la nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ne prend aucun initiative pour sauvegarder les emplois.
Depuis très longtemps, les salarié-e-s et leurs représentant-e-s sont tenu-e-s à l'écart des tractations du groupe Eram et des repreneurs.
Solidaire de cette mobilisation, « Ensemble! » exige le maintien de tous les emplois, une sécurité sociale professionnelle permettant la continuité des droits, incluant la garantie du versement des salaires pour les salarié-e-s dont l'emploi serait supprimé.
Tati c'est une des luttes en cours, avec GM§S par exemple, pour le maintien des emplois, contre la fermeture d'entreprises liquidées par des actionnaires à la recherche de toujours plus de profits.
C'est à la convergence des luttes qu'il faut travailler afin de mettre en échec la nouvelle régression du droit du travail que prépare E. Macron et d’imposer des droits nouveaux qui protègent les salarié-e-s.
Le 28 mai 2017.

Article