Communiqué de Ensemble! Solidarité avec les postiers en grève.

8 décembre, jour de grève nationale pour les postiers à l'appel de trois organisations syndicales qui veulent la suspension de la négociation de dupes que la direction a entamé.

Depuis plusieurs années, des grèves de longue durée contre les suppressions de postes, contre la précarité permanente, les réorganisation impitoyables du service ont eu lieu dans plusieurs départements. Dernièrement, dans le nord, une factrice en CDD s'était vu intimer l'ordre de venir travailler bien que victime d'un malaise précurseur d'un AVC.

La Poste, service public mais aussi société anonyme, fait des bénéfices – 550 millions en 2015 – et perçoit le CICE, 1 milliard sur trois ans.

C'est aussi une entreprise qui supprime des dizaines de milliers de postes depuis de nombreuses années – 7000 en moins ces deux dernières années –, et qui prévoit de continuer dans cette direction.

Se voulant le premier opérateur du service à la personne, la Poste réorganise, restructure à un rythme intenable pour les salariéEs.

Le résultat c'est de nouveau services à assurer, une charge de travail qui ne cesse de croitre, une souffrance au travail en constante augmentation, des suicides qui malheureusement se développent, le recours massif aux intérimaires ou sociétés extérieures.

« Ensemble! » est totalement solidaire des postiers en grève et de leurs exigences.

Nous voulons que la Poste reste un service public, que cesse les fermetures de bureaux de poste qui sont actuellement transformés en points poste.

Nous voulons que la Poste cesse de supprimer des emplois, recrute pour répartir la charge de travail.

Assez de souffrance au travail, de burn out.

Ce sont des dizaines de milliers d'emplois qu'il faut créer.

Dans les villages, les zones rurales, les quartiers, nous avons besoin de la Poste, de services publics

Le 8 décembre 2016.

 

 

Article