Communiqué de Ensemble! Soutien aux luttes populaires en Iran.

Depuis le jeudi 28 décembre, l’Iran est secoué par une vague de contestation sociale inédite depuis le mouvement de 2009 contre la réélection d’Ahmadinejad. Les manifestations actuelles ont éclaté à Mashhad, deuxième ville du pays située à l’Est, avant de s’étendre à de nombreuses villes et régions iraniennes.

Depuis jeudi dernier, les manifestations sont quotidiennes, elles s’amplifient et touchent désormais plus d’une quarantaine de villes petites, moyennes et grandes et ont gagné Téhéran.

Contrairement aux mobilisations antérieures qui portaient essentiellement sur les questions démocratiques, ce sont les questions sociales qui sont au centre de la vague actuelle. L’inflation galopante, les pénuries, le chômage de masse, la misère et l’absence d’espoir frappent les classes populaires et moyennes, y compris une partie de la base sociale du régime théocratique. Quelle que soit par ailleurs la responsabilité de la persistance de l’embargo international qui dure depuis 2006 dans cette situation, le régime en porte une large part. De sociales ces manifestations sont donc vite devenues politiques et critiquent la corruption du régime et de ses dignitaires.

Face à la machine répressive de la République des mollahs et aux Gardiens de la révolution, la mobilisation s’est radicalisée et touche désormais les institutions et les symboles de la République Islamique. En témoigne par exemple le slogan « Mag barg dictator » (mort au dictateur) qui vise aussi bien le Président de la République Rohani que le guide suprême, Khamenei. Enfin fait important dans un système politique théocratique, des revendications féministes apparaissent dont emblématiquement le droit de ne pas porter le voile.

Le pouvoir tente d’éteindre l’incendie en réprimant massivement les manifestations et en bridant les réseaux sociaux qui jouent un rôle important dans la propagation de la contestation. Les forces de sécurité et notamment les Gardiens de la révolution multiplient les provocations et infiltrent les manifestants afin de faciliter la répression. Déjà de nombreux morts sont à déplorer et les arrestations se multiplient à Téhéran et en province.

Les manœuvres de Trump, dont la politique de maintien de l’embargo porte une responsabilité certaine dans l’appauvrissement de la population, comme de nombreux experts économiques internationaux l’ont dénoncé, et qui essaie à présent hypocritement de profiter de la situation et n’a de cesse que de rechercher un prétexte guerrier en faveur de la sainte alliance USA Israël Arabie Saoudite sont évidemment à dénoncer. Elles ne tromperont personne, et certes pas les masses iraniennes. 
La jeunesse iranienne, les femmes, les travailleurs qui sont soumis à un régime théocratique réactionnaire qui réprime, torture et élimine physiquement et systématiquement ses opposants ont osé prendre la rue. Il faut amplifier la solidarité pour faire reculer la mollarchie et soutenir celles et ceux qui luttent en Iran pour la satisfaction des revendications sociales et démocratiques contre ce régime.

Le 5 janvier 2017.

Article