Communiqué de Ensemble! Soutien total à la lutte des salarié-e-s de Tati.

Après Vivarte et Mim, c'est chez Tati que l'emploi des salarié-e-s est gravement menacé.
Propriétaire des magasins Tati depuis 2007, Eram, prétextant une dette de 5,7 millions d'euros inexistante jusqu'alors, entend maintenant se débarrasser des 145 magasins.
C'est à une véritable procédure en accéléré à laquelle les 1700 salarié-e-s concerné-e-s doivent faire face.
En cessation de paiement le 30 avril, Tati doit être mis en redressement judiciaire aujourd'hui 4 mai. Et le tribunal de commerce devra se prononcer le 29 mai sur les repreneurs qui ont déposé des dossiers.
C'est une véritable vente à la découpe qui se prépare.
Seule une partie des magasins et des salarié-e-s seraient repris notamment par l'enseigne Gifi. L'emploi de 700 salarié-e-s sur les 1700 en activité est en péril.
Les salaires d'avril ne sont pas assurés.
Les repreneurs exerce un véritable chantage pour reprendre les magasins au plus bas prix possible.
Les salarié-e-s de Tati ont besoin de notre soutien.
Ils sont en grève aujourd'hui 4 mai, à l'initiative de l'intersyndicale, avec rassemblement devant les magasins à Barbès.
« Ensemble! » est totalement solidaire de la lutte et des exigences des salarié-e-s : paiement des salaires pour le mois d'avril, aucune suppression d'emploi, notamment.
Le 4 mai 2017.

Article