Communiqué d'Ensemble! 31

La décision de Jean Luc Moudenc d'interdire la tenue d'une réunion à l'appel du NPA est proprement scandaleuse et inacceptable à plus d'un titre. "Exercer son pouvoir de police administrative générale" ne légitime en rien cette interdiction qui en dit long sur l'idée que Monsieur le Maire se fait de la liberté d'expression et de réunion! En effet comment accepter qu'une réunion soit interdite par anticipation, en accusant les organisateurs à l'avance de pouvoir tenir des propos discriminatoires ! 

Ce sont les propos du maire qui sont non seulement diffamatoires mais en plus  très inquiétants de la part du premier magistrat de la ville : ils entretiennent volontairement un amalgame entre ceux et celles qui se battent contre la politique colonialiste du gouvernement Israélien et les antisémites. La campagne Boycott Désinvestissement Sanctions a  pour objectif de rappeler à la population en France et au delà que le pouvoir israélien bafoue depuis des années les résolutions de l'ONU, continue à construire des colonies illégales dans lesquelles de nombreux produits israéliens sont fabriqués, produits que l'on retrouve dans nos supermarchés. Ce sont les droits élémentaires des Palestiniens qui sont niés depuis des décennies. 

Monsieur Moudenc devrait commencer à balayer devant sa porte lui qui fréquente des gens peu fréquentables de "la manif pour tous" dont les positions réactionnaires et homophobes ne sont plus à démontrer. Monsieur Moudenc appartient à un parti politique, l'UMP qui n'a eu de cesse (et qui continue) de mettre de l'huile sur le feu en stigmatisant qui nos concitoyens de confession musulmane, qui les Roms, faisant le jeu du Front National. Je rappelle que dans les rangs de l'UMP on s'est distingué encore récemment par des propos racistes vis à vis de Mme Taubira. On se rappelle aussi ceux de Mr Hortefeux, membre éminent de l'UMP et ancien ministre de l'intérieur.

Nous demandons à ce que cette interdiction de réunion soit levée. Nous apportons notre soutien plein et entier aux organisateurs. Nous appelons les organisations politiques et syndicales, progressistes du département à condamner cette décision.

Pour Ensemble (Front de Gauche), Myriam Martin, porte parole nationale.

Article