"Contre la peur", Marisa Matias candidate du Bloc de gauche à l'élection présidentielle portugaise

Nos camarades portugais du Bloc de gauche viennent de désigner Marisa Matias, députée européenne, comme candidate à la présidentielle de janvier prochain. Le 9 septembre dernier, en annonçant publiquement sa candidature, Marisa Matias en a précisé le sens. Nous publions de larges extraits de son discours :

« Le pays entend tous les jours parler de la pandémie et de la peur que nous avons vue. Mais on parle de moins en moins de celles et ceux qui se battent tous les jours dans les foyers et les centres de santé, pour le dépistage et la prévention, pour sauver des vies, pour permettre l'ouverture des écoles, pour protéger les personnes âgées chez elles. Le pays sait qui ils sont car, ces derniers mois, il a compté sur eux chaque jour.

Le pays comptait sur des gens qui regardaient la peur dans les yeux et allaient au combat. Des agents de nettoyage, comme Isabel Alcobia, qui étaient là tous les jours, dans les hô-pitaux et les centres de santé ainsi que dans les différents services, pour faire le ménage, tant de fois que le pays ne s'est pas encore réveillé. Les travailleurs des transports, comme Sérgio Sousa, qui étaient là tous les jours pour assurer le mouvement au réveil du pays. Les éboueurs, comme Paulo Rodrigues, qui étaient là tous les jours quand le pays se couchait. Des gens de courage, ils sont en première ligne.

Le pays comptait sur des personnes d'un dévouement extraordinaire. Des scientifiques, comme Inês Milagre, qui manquent si souvent de lien mais n'ont jamais manqué de livrai-son, à un moment où nous avons vraiment besoin des connaissances scientifiques pour surmonter la pandémie. Mais aussi les enseignants, comme Cecilia Costa, et toute la communauté scolaire, qui du jour au lendemain ont été obligés de réinventer l'école pour qu'aucun enfant ne soit laissé pour compte.

Des éléments des forces de sécurité ou de justice comme Sofia Figueiredo, ainsi que des pompiers, comme João Almeida, sont indispensables au fonctionnement de l'État et des services publics.

Des facteurs, comme Roberto Tavares, qui ont fourni un service essentiel et n'ont jamais cessé de travailler pour assurer les livraisons pendant l'enfermement. Et aussi les travail-leurs de l'industrie, comme Luís Silva, qui garantissaient la production des biens néces-saires. Des gens qui n'ont jamais abandonné, en première ligne.

Le pays a pu compter sur des gens qui n'ont jamais abandonné quand tout semblait s'ef-fondrer. Les travailleurs qui avaient perdu leurs revenus et les micro-entrepreneurs, comme Afrozur Rahman, et tant d'autres pour lesquels l'aide a tardé à arriver et, quand elle est arrivée, était diminuée de moitié. Des travailleurs de la culture et des arts, comme Catarina Côdea, et tant d'autres à qui le soutien n'est jamais parvenu et qui, par solidari-té, se sont organisés en réseaux de soutien alimentaire.

Des étudiants, comme Andreia Galvão, et des jeunes précaires, toute une génération qui traverse la deuxième crise de sa vie et à qui on a dit qu'elle devait vivre entre chômage et précarité. Les personnes qui ont la tête haute sont également en première ligne.

Et le pays comptait aussi des gens d'une immense solidarité. Les soignants informels, comme Rosália Ferreira….  Ou des bénévoles, comme Beatriz Farelo, qui ont été avec les sans-abris et ont fait de leur mieux pour renforcer une réponse publique qui ne laisse personne derrière elle.

Et le pays comptait, bien sûr, sur les professionnels du Service national de santé, pilier de la démocratie. Des médecins comme Afonso Moreira, des techniques diagnostiques et thérapeutiques comme Marta Mesquita, des infirmières comme Mário Macedo. Tous ceux qui viennent d'entendre les applaudissements de tout un peuple qui reconnaît le dé-vouement qui sauve des vies, mais à qui l'État tarde à assurer la justice et les conditions de vie. Les professionnels de la santé, les soignants, sont en première ligne.

À l'époque de la peur, il y a des gens qui prennent soin de tout le monde. Comme vous, comme tant d'autres. Dans l'histoire de ce peuple, l'histoire de la pandémie ne s'arrête pas. Mais ces gens sont les meilleurs que notre pays possède.

Merci d'être ici aujourd'hui.

C'est la deuxième fois que je me présente à la présidence de la République et je vais faire toute la campagne comme ça, en écoutant, en donnant une voix aux gens sans peur, en soutenant le cœur de ceux qui prennent soin des autres. Le Portugal a besoin de savoir qui ils sont et d'écouter ceux qui font la victoire sur la peur.Je suis candidate pour mener cette campagne contre la peur.

Vous savez déjà qui je suis, mais je tiens à vous dire pourquoi je vais mener une camapagne présidentielle pour la deuxième fois de ma vie. Je suis socialiste, laïque et républi-caine et je me bats pour mes idées…..

Le Portugal a besoin d'une politique socialiste c’est-à-dire le plein emploi, la fin des em-plois précaires et le respect des salaires et des pensions.  Cette politique doit nous guider dans les mois les plus difficiles de notre siècle, le temps d'une crise qui va s'aggraver et qui, le jour des élections, fera encore des victimes.

Le Portugal a besoin de la laïcité de l'État et de l'éducation, d'une école qui traite tout le monde avec le même respect et qui défende les enfants et leur droit d'apprendre et de grandir dans les meilleures conditions.

Et le Portugal a besoin de la République, de la liberté et de l'égalité qui nous rendent tous responsables de notre peuple. La République est la terre des femmes et des hommes, des enfants et des adultes, des blancs et des noirs, des immigrés et des émigrants, sans dis-crimination, sans intolérance, sans persévérance.
La liberté et l'égalité sont mes drapeaux.

Ma place est d'affirmer le respect et la solidarité avec celles et ceux qui sont frappés par la crise. Je viens à cette campagne, comme je vous l'ai dit, pour montrer qu'il ne faut pas avoir peur. La peur est ce qui nous détruit, c'est ce qui fait qu'un pays est petit et soumis, c'est ce qui provoque des divisions, du racisme, de la haine, de la persécution. La peur divise, la République unit. Et c'est pourquoi je suis républicaine, je me bats aux côtés de celles et ceux qui se rebellent contre l'injustice, de celles et ceux qui, comme vous, ne se laissent pas abattre par le pays, de celles et ceux qui se battent pour les valeurs d'une gauche qui ne se plie pas aux ordres du marché, de Berlin ou de Washington, de Pékin ou de Bruxelles.

Je suis donc candidate contre Marcelo Rebelo de Sousa,…. le président en exercice….. Nous sommes en désaccord sur des questions essentielles et je demande un vote sur ces différences : Marcelo veut un régime politique basé sur le toujours plus, moi je veux un régime qui mette fin aux privilèges, … je veux une banque publique ; il veut un système de santé partiellement articulé aux hôpitaux privés, je veux un Service national de santé de qualité pour toutes et tous ….

Je n'accepte pas l'inégalité et j'y fais face. Je n'aurai pas le vote des gens riches, mais je serai avec les jeunes travailleurs qui n'accepteront pas l'appauvrissement dans cette deuxième grande crise de leur vie.
C'est pour cela que je suis candidate. Je ne suis pas une candidate pour les jeux de partis, pour les règlements de comptes, pour les besoins de la scène. J'aime ce que je fais : je remplis le mandat pour lequel j'ai été élue, je suis heureuse d'apporter ma contribution et, si je viens à cette campagne, c'est avec enthousiasme et confiance dans votre parole, dans votre expérience, dans votre vie, dans la force que nous pouvons donner au Portugal.

Sans peur. 

Un abrazo »

Traduit du site www.esquerda.net avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite). La photo de Marisa est de Paula Nunez, esquerda.net

 

Blog
Auteur: 
frpreneau@orange.fr