Crise de la modernité : les fondamentalismes contre l’universel. Avec Sophie Bessis.

Mardi 28 avril à 19h00 au Lieu-dit, 6 rue Sorbier, Paris XX°.

Le temps des révolutions est-il revenu ?

Ce sont, bien sûr, les révolutions arabes qui amènent Sophie Bessis à poser cette question, en se gardant d’esquiver les contradictions qui conditionnent leur devenir.

Vue des pays occidentaux, la trajectoire que décrivent ces sociétés  paraît confirmer l’idée qu’elles seraient condamnées à ce seul choix déprimant : soit la dictature militaire, soit l’islamisme politique ; autrement dit : la voie d’une pseudo-modernité mystificatrice ou celle de la fidélité à un passé fantasmé…

C’est à une réflexion qui déjoue ce piège, et d’une tout autre ampleur, qu’engage Sophie Bessis dans son livre La Double impasse. L’universel à l’épreuve des fondamentalismes religieux et marchand.

Car c’est l’humanité entière qu’elle voit confrontée à ces deux fondamentalismes,complémentaires, voire complices, plutôt qu’antagoniques : d’un côté, le règne absolu de la marchandise ; de l’autre, le pouvoir au nom du religieux. Ce sont là deux versants de l’anomie du monde contemporain.

Sous l’angle de la crise de l’universel, voici abordées les questions brûlantes et épineuses du religieux, du djihadisme, de la mondialisation marchande, du voile dit islamique… Cela posé, Sophie Bessis scrute la possibilité de « la naissance incertaine, mais visible, de nouveaux universaux », sans se préoccuper des idées reçues, sans se soucier des modes.

C’est dire combien son livre est précieux, par la réflexion de haut vol qu’il nous offre.

Agrégée d’histoire et ancienne rédactrice en chef de l’hebdomadaire Jeune Afrique et duCourrier de l’UnescoSophie Bessis est actuellement directrice de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) de Paris et secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH).

Article