Débat à la fête de l'Huma : une politique de la race

Pour défendre les intérêts de la classe capitaliste, les gouvernant-e-s utilisent de plus en plus la race et le racisme d'Etat. En témoigne particulièrement les violences faites aux familles Rroms obligées de former des bidonvilles pour avoir un toit au-dessus de leurs têtes, quand elles ne sont pas chassées des coins de rue où elles trouvent "refuge".

Après l’esclavagisme, le colonialisme, le nazisme, l'apartheid et la Palestine, comment et pourquoi nous en sommes toujours là et dans l'incapacité de construire un front de ceux qui devraient être unis pour en finir avec le racisme et le capitalisme.

Il nous a semblé qu'il fallait saisir l'occasion de la formidable tribune que représente la Fête de l'Humanité, pour faire grandir l'attention de toutes les forces progressistes sur cet obstacle majeur que peut être la politique de la race, sur le chemin de l'Humanité.

Nous vous invitons à en débattre au stand d'Ensemble !
le samedi 13 septembre à 16 h.

Nous prendrons appui sur une présentation du livre « Roms et riverains, une politique municipale de la race » avec la présence des auteurs : Eric Fassin et Serge Guichard. Ainsi que Saïd Bouamama, Saimir Mile et d'autres invité-e-s, des Rroms vivant en bidonville, des militant-e-s antiracistes, animateurs/animatrices dans des collectifs ou associations de solidarité en région parisienne.

L'intention est, premièrement :

-       de questionner, de mettre des mots sur ce dont sont victimes les Rroms, sur ce à quoi c'est destiné, et ainsi sur ce que peut/doit être une réponse rebelle et de portée émancipatrice à leurs oppresseurs ;

-       et de prendre une plus juste mesure du défi que représente la bonne prise en compte des discriminations structurelles et du racisme d'État dans la société.

Elle est deuxièmement de prendre appui sur la sensibilité et l’expérience militante des collectifs/associations, citoyen-e-s pour penser ensemble la question de la perspective politique.

Celle-ci est encore largement entravée par deux verrous de la pensée de gauche : 1) la hiérarchisation des luttes conduisant à considérer le combat antiraciste comme subalterne (patience camarades, la fin du racisme sera assuré par la fin de l’exploitation capitaliste) ; 2) le refus de prendre en compte la question raciale comme étant un mode de gestion du rapport de classes par la classe dominante.

Ces deux verrous segmentent les classes populaires. Prendre en compte ces verrous de la pensée, c’est avancer vers la nécessaire coordination pour faire poids, relancer une dynamique en Ile-de-France, voire nationale, pour agir ensemble. La forme reste à définir.

Troisièmement : dans une perspective de renforcement et d'élargissement, poser à cet effet, les premiers jalons en vue d'un rendez-vous (un forum antiraciste à la bourse du travail) rassemblant les associations, les collectifs, les citoyen-e-s solidaires pour des actions cordonnées en Ile-de-France et nationales dans le cadre d'un front uni rassemblant les forces populaires anti-racistes.

La commission Égalité des droits d'Ensemble !

Ce texte est disponible sous forme de tract PDF prêt à imprimer à :
 

 

Article