Dégradation politique au Venezuela, recul des droits démocratiques.

Solidarité avec Marea Socialista !

Le Venezuela est confronté à une grave crise économique depuis plusieurs mois. Elle est le fruit de la conjonction de trois grands facteurs : la baisse vertigineuse des pris du pétrole, l'organisation par les capitalistes et les grandes entreprises commerciales vénézuéliennes de la pénurie, et de la grave incapacité politique de l'équipe actuellement à la présidence.

Dans ce contexte, nous tenons à assurer notre solidarité à nos camarades de Marea Socialiste qui font l'objet d'attaques injustifiées et injustifiables de la part des appareils policiers de l’État vénézuélien.

Le vendredi 10 juin, le siège national de Marea Socailista a été perquisitionné par la police criminelle (CICPC).Cela fait suite à l’expulsion il y a plusieurs mois de ses membres du PSUV, puis du refus du juge électoral de reconnaître Marea Socialista comme un parti à part entière, au prétexte qu'il ne serait pas socialiste !

Depuis la mort de Chavez, les forces sociales les plus hostiles au processus de changement au Venezuela semblent avoir pris le dessus sur les aspirations populaires qui ont permis le développement du processus bolivarien. Cela n'est pas irréversible, mais nécessite que notre solidarité envers le Venezuela soit le plus clair dans notre défense des droits démocratiques et de la constitution.

Nous reproduisons ci-dessous des extraits de la déclaration de Marea Socialiste,en date du 10 juin.

« Comme nous l'avions dit dans des éditoriaux,des articles, des tribunes,des interviews et des réunions et par tous les moyens à notre disposition, la déclaration de l'état d'exception est un nouveau coup contre la démocratie et c'est dans ce contexte qu'est venue cette opération. Comme l'est aussi le décret pour « l'arc minier » qui est un écocide et un acte contre la souveraineté et offre des ressources aux transnationales, en plus de limiter illégalement les droits sociaux, syndicaux, économiques et politiques dans la zone spéciale qu'il délimite.

Les citoyens sont traités de façon irrespectueuse comme le montrent : la façon dont le peuple est obligé de faire la queue pour obtenir les éléments minimaux pour survivre, le rationnement arbitraire et la suspension des services publics de base, la militarisation quotidienne des villes, les obstacles,les manœuvres contre la possibilité d’utiliser un des droits politiques les plus avancés de notre constitution (le référendum révocatoire)…

Face a cette attaque, Marea Socialista déclare qu'en tant que militants du projet bolivarien manipulé et abîmé par l'actuelle direction du PSUV et le gouvernement, nous poursuivrons notre lutte. En dénonçant la corruption et l'impunité, en mettant à jour le caractère antipopulaire des mesures que prend le gouvernement et en luttant pour reconstruire le projet national démoli par trois années d'inefficacité et de cynisme.

Nous continuerons de lutter pour défendre nos idées, nos droits et ceux de la population dans son ensemble,ainsi qu'en défense de la Constitution.

Nous continuerons de faire vivre notre siège et, comme nous l'avons fait jusque là, nous ne reculerons pas devant les menaces, pressions et répressions dont nous sommes l’objet.

Nous répétons que ces direction du PSUV et de la MUD ne nous représentent pas et nous continuerons de construire une nouvelle référence politique. »

Article