Départementales dans le Gers...

Le Front de g’Auch présente deux candidatures sur les cantons de la commune d'Auch.

Comme son nom l’indique, l’alternative Front de g’Auch ne pouvait concerner, pour les élections départementales, que les cantons situés sur la capitale gersoise.

Ce qui n’empêche pas les deux binômes (sur Auch 1 et Auch 3) de s’inscrire sur une ligne générale portée par le parti et décrite par Joëlle Reynaud : « L’objectif est de ne pas laisser les gens désespérés par la politique d’austérité, se laisser tenter par un vote par dépit. » Le regard de celle qui, comme elle l’avait annoncé, confiera prochainement ses mandats de conseillère municipale et communautaire à son suppléant, n’est pas difficile à suivre. En opposition à la droite, les candidatures du Front de g’Auch veulent également s’imposer comme l’alternative à gauche d’un PS jugé trop libéral : « Nous ne serons pas, comme le Parti communiste, une réserve de votes pour la majorité actuelle », soutient Joëlle Reynaud. Laquelle se lance sur le canton Auch 1 au côté de Jean-Michel Espinasse, professeur des écoles et animateur en occitan (1). Sur le canton Auch 3, c’est son frère, Philippe Espinasse (chargé d’études à la direction départementale des territoires) et Monique Planté (retraitée) qui se lancent (2).

Le Front de g’Auch ne présente pas de candidat sur le canton Auch 2, un « pacte de bienveillance » ayant été établi avec EELV, et son binôme Le Goanvic-Spadafora.

F. J. Article paru dans Sud Ouest le 21 février.

(1) Suppléants : Sophie Buys et Damien Domenech. (2) Suppléants : Caroline Fage et Jean-Manuel Fulana."

 

Article