Départementales : un rassemblement inédit à Aulnay sous Bois !

Malgré les oukases de la direction EELV de Seine Saint Denis, les militants écologistes d'Aulnay sous Bois n'ont pas fléchi. Il faut dire qu'ils sont maintenant habitués aux ordres de leur direction qui, aux dernières municipales les avaient enjoint de rejoindre le PS au deuxième tour puisqu'ils refusaient l'alliance au premier. Ce fut finalement contre l'avis de l'unanimité des militants EELV, et malgré la tentative d'infiltration de militants PRG dans leur groupe, qu'Emmanuelle Cosse et Stéphane Gatignon étaient venus soutenir le maire sortant PS qui prit, malgré ce renfort, une claque électorale (38 % au 2° tour).

Pour les départementales, contre la décision renouvelée de se joindre au PS prise par leur direction, la section EELV a rejoint le Front de Gauche pour constituer la candidature « Reprenons l'initiative, face à l'austérité, justice et écologie pour tous ».

C'est un pas de plus dans un rassemblement de militants ancrés sur le terrain que nous concrétisons avec cette campagne. Le PCF, traditionnellement allié au PS ces dernières années, a changé son fusil d'épaule et, avec le soutien d'Ensemble et du PG, a pris l'initiative de ce rassemblement.

Au final, c'est un ticket PCF-EELV-Ensemble, accompagnée d'une militante du mouvement associatif de la ville.

C'est avec enthousiasme que plusieurs dizaines de militants parcourent cette ville populaire et métissée pour offrir une alternative à la droite et aux politiques libérales du PS dans le pays et dans le département. L'arrogance de la droite sarkozyste aux commandes nous galvanise !

Offensive et très visible, la campagne que nous menons ensemble se centre sur quelques points : les conséquences de l'austérité, la défense des services publics, de l'action sociale et la nécessaire mobilisation populaire.

L'austérité est un obstacle fondamental à toute politique écologiste et sociale. Une des conséquences pour le département est que la majorité socialiste ne jure plus que par les Partenariats Publics Privés pour la construction des collèges. Les grandes entreprises du bâtiment les remercient tandis que c'est la privatisation rampante des collèges qui est à l’œuvre avec toutes les conséquences sociales de l'externalisation des services d'entretien que les salariés subissent. L'austérité, c'est une politique qui bénéficie, encore, aux grands groupes !

Notre travail commun met en avant qu'une politique de rupture avec les politiques néolibérales est nécessaire, non seulement pour freiner l'offensive de la droite et des capitalistes, mais surtout pour engager les débats nécessaires pour former une nouvelle politique de transition écologique et sociale qui bénéficient avant tout aux salariés et chômeurs de ce pays. Cela engage des réflexions sur le rôle des pouvoirs publics pour imposer des bâtiments toujours mieux isolés, pour développer de nouveaux plans de déplacements réduisant les émissions de carbone, pour s'opposer au transit de convois nucléaires sur les voies du RER de la ville, pour développer les circuits courts, s'opposer aux grands projets inutiles comme Europa City qui veut s'installer sur les terres agricoles voisines de la ville...

La lutte contre l'austérité, c'est aussi remobiliser les salariés pour reconquérir leurs droits, s'opposer aux tentatives de Macron de faire travailler toujours plus pour moins de salaires, soutenir les fonctionnaires qui défendent la qualité du service public et leur salaire, aider l'ensemble de la population à obtenir ses droits sociaux, familiaux, philosophiques et religieux ... C'est intégrer une logique féministe à nos propositions, en regardant particulièrement les services publics qui permettraient aux femmes de se libérer des taches domestiques et familiales qui pèsent majoritairement sur leurs épaules. C'est pourquoi nous avons intégré à nos propositions la création d'un service public de la petite enfance et de l'animation.

Pour le Front de Gauche de la ville, c'est une nouvelle période qui s'ouvre. Alors que nos relations avaient été refroidies par les choix de la municipale (le PCF préférant s'allier à un Maire sortant largement discrédité), c'est maintenant une dynamique à gauche, à l'image de ce qui se déroule à Grenoble, que nous incarnons.

Bien qu'il y ait peu de doutes que nous emportions le morceau cette fois-ci, nous contribuons à relancer l'idée même qu'une politique de transformation sociale est nécessaire et qu'elle doit passer par une politique d'alternative à celle du Parti Socialiste. Nous regarderons attentivement l'écart entre notre résultat et celui des appareils qui soutiennent le PS.

Dans un contexte morose pour notre camp social, la candidature Reprenons l'initiative est d'ores et déjà un point d'appui pour la mobilisation de la gauche de transformation.

Sébastien Ville

Dernière minute : le rassemblement s'est élargi avec le soutien du Comité 93 Nord Est de Nouvelle Donne ! 

 

 

Article