Elections européennes : Un appel de militant.es d’Ensemble !

Elections européennes : Un appel de militant.es d’Ensemble ! à voter à gauche et à surmonter les divisions de notre camp

Les élections au parlement européen du 26 mai seront sans doute marquées par une abstention massive, signe, entre autres, d’une désaffection croissante à l’égard de l’Union Européenne.

Ce sera aussi une nouvelle preuve d’une crise politique durable à l’échelle mondiale, illustrée par l’élection de Trump, de Salvini, de Bolsonaro, la crise du brexit, la montée de l’extrême droite en Europe de la Finlande jusqu’en Espagne … mais aussi par les soulèvements en Algérie et au Soudan, l’éruption du mouvement des Gilets Jaunes en France, les mobilisations pour l’égalité hommes/femmes, contre le changement climatique et contre le racisme, les succès possibles de Corbyn ou de Sanders.

Commençons par deux points essentiels à nos yeux. Des millions d’extra-communautaires sont installée.es durablement dans l’UE, mais ne pourront pas participer à ces élections. Nous défendons le droit de vote pour tous ceux et toutes celles qui y vivent. La liberté de circulation et d’installation ne s’appliquent qu’à l’intérieur de la Forteresse Europe : nous disons « Ouvrons les frontières ! »

Selon les dernières estimations, LREM (Macron) et le RN (Le Pen) partageront un peu moins que la moitié des voix exprimées, Les Républicains et d’autres listes de droite autour de 20 pour cent. Le score des Verts est difficile à estimer, mais pour l’instant leur liste ne semble pas beaucoup bénéficier de la prise de conscience des effets du changement climatique, de la pollution, des menaces pour la santé. Le PS et ses alliés sont au plus bas.

Et dans ce contexte, où en est la gauche radicale ? Par ses divisions et sa logique partidaire, son échec est cuisant. Elle a échoué à donner une voix à la colère qui monte dans le pays. Elle n’a pas su répondre de façon claire à la montée du nationalisme, des idéologies de la haine, du rejet des migrant.es fuyant la misère, les guerres et les catastrophes écologiques. Elle a été incapable de démontrer qu’il existe une alternative à l’Europe libérale, aux traités de libre-échange, à l’austérité, aux privatisations des biens communs, alors que les résistances existent.

Parmi les diverses listes de gauche, celle de la FI, qu’une partie de nos camarades a choisi d’intégrer, reste en tête. Mais elle a perdu en pourcentage plus que la moitié de son score aux présidentielles. Nous avons des critiques à l’égard de ce mouvement - de sa direction surtout. Mais toutes ces listes portent une part de responsabilité dans la débâcle, alors que les orientations qu’elles défendent, si elles divergent sur des points parfois importants, se ressemblent sur beaucoup d’autres. Malheureusement, les responsables de la gauche de transformation sociale ont choisi de se compter et voir qui pourra revendiquer l'hégémonie aux prochaines municipales.

Membres ou sympathisant.es d’Ensemble!, Mouvement pour une Alternative de Gauche Ecologiste et Solidaire, nous refusons cette logique. Nous ne pensons pas que cette élection puisse changer cet état de fait. Mais nous ne sommes pas indifférent.es aux conséquences pour les classes populaires, et pour le mouvement social, d’une victoire écrasante, démoralisante des forces du système et de la réaction.

Dans cette situation difficile, des camarades appellent à voter « sans illusions » pour la liste, conduite par Manon Aubry, sans taire leurs critiques à l’égard de la FI.

La tentation existe aussi, en réaction au sectarisme des uns et des autres, de s’abstenir ou de voter blanc. Pour certain.es, l’abstention se justifie par la remise en question, présente par exemple chez les Gilets Jaunes, de la démocratie représentative. De nombreux-ses militant.es pensent qu’il faut privilégier le soutien aux luttes et la construction d’alternatives et de nouvelles formes de démocratie aux dépends de la politique électorale.
La gauche est à reconstruire, en s’inspirant du bouillonnement d’initiatives et d’idées qui secoue la société de fond en comble. Nous ne militons pas pour un simple arrangement au sommet. Nous préconisons une alliance de combat qui dépasse le cadre électoral – un « tous ensemble » de forces politiques, syndicales, associatives, de ceux et celles qui agissent dans la rue et sur les ronds-points, sur les lieux de travail, dans les quartiers populaires.

Mais nous ne pensons pas qu’il faille rester muet à l’occasion d’une élection aux enjeux nationaux et européens. Prôner l’abstention reviendrait à offrir une prime aux listes de droite et d’extrême droite. Nous ne devons pas leur faire ce cadeau.

Les crises politiques et sociales aiguisent l’exigence d’une rupture avec les politiques imposées au sein de l’UE. Le choix n’est pas entre un vote prétendument « progressiste » pour Macron et un vote nationaliste et xénophobe. Il est possible et nécessaire de proposer des perspectives, en France et en Europe, pour une transformation sociale, démocratique, écologique, féministe, antiraciste, antimilitariste (rupture avec l’OTAN, désarmement …). Mais cela nous oblige à surmonter querelles et divisions pour défendre la perspective de rupture avec les traités européens sur des bases internationalistes, et écarter l’impasse d’une sortie ‘brutale’ et unilatérale de l’UE. 

Lors de ces élections, il n’en sera rien et nous paierons le prix politique de cet échec. Néanmoins, nous devons tout faire pour en limiter les effets, pour ne pas compromettre l’avenir en rajoutant la division à la division. Nous appelons donc lors de ces élections à voter, sans accompagner cet appel d’un choix privilégié, en faveur d’une des listes à la gauche du PS. A chacune et chacun d’opter pour la liste qui, à son avis, porte le mieux – ou le moins mal – les réponses nécessaires.

Le 25 avril 2019

SIGNATAIRES

Jacques Bidet (92)
Florence Braud (95)
Daniella Chaillet (25)
Brigitte Chalvet (22)
Rosine Charlut (11)
Florence Ciaravola (06)
Collette Corfmat (75)
Georges Dussert (65)
Colin Falconer (93)
Irène Favier (38)
Jacques Fontaine (01)
Gilles Lemée (69)
Jean-Paul Leroux (05)
Horiya Mekrelouf (13)
André Rosevègue (33)
Henri Saint-Jean (07)

Article