Encore quelques mots à propos de la 3ème Université d’été d’Ensemble !

Entretien imaginaire où tout est vrai… Pour rappel : c'est du 27 au 30 août, à Guidel dans le Morbihan, au Club Belambra, "Les Portes de l'Océan"....

Ce sera encore l’été, temps du repos et des vacances, un sursis avant la nouvelle plongée dans le travail et les soucis quotidiens. Alors pourquoi participer à l’Université d’été ?

Parce que ce moment est aussi invitation à s’armer intellectuellement, à rattraper quelques retards et compenser quelques frustrations.

Ainsi beaucoup d’ouvrages importants ont été publiés ces derniers mois. Par exemple le livre de Michèle Riot-Sarcey Le Procès de la liberté, qui a donné lieu à la séance inaugurale des Rencontres de Pétrarque, celui de François Morin, L’Hydre mondiale, que la revue Le Débat qualifie de « livre important, qui n’a pas reçu l’attention qu’il mérite », celui de Bernard Ravenel qui retrace l’histoire du PSU, ceux de Jade Lindgaard, d’Aurélie Trouvé et de Michel Buisson, indispensables par rapport aux enjeux écologiques actuels. Ou encore Coopératives contre capitalisme, que vient de publier Benoît Borrits…

Et bien, à l’Université d’été, je vais pouvoir écouter les interventions de ces auteurs et discuter avec elles et eux.

As-tu repéré d’autres auteurs desquels il y aura à apprendre ?

Beaucoup ! Isabelle Garo, auteure de plusieurs ouvrages consacrés à Marx, Alain Joxe ou Claude Serfati auteurs de livres consacrés aux questions militaires et d’armement, Nicolas Béniès qui vient de publier un livre sur la crise du capitalisme, Et encore Denis Paillard qui a édité le livre qui permet d’accéder à plusieurs textes passionnants de Moshe Lewin, Pierre Cours-Salies qui vient de republier un livre important de Pierre Naville, Ziad Majed spécialiste de la Syrie, Michel Warschawski grand connaisseur d’Israël et de la Palestine, Marie-Christine Vergiat auteure d’un livre sur la question des migrants… Et j’en oublie.

D’accord, puisque cela s’appelle « université » on admet que les livres c’est important, et que rencontrer des auteurs c’est séduisant. Mais on ne va pas prétendre qu’on peut faire entrer dans les livres toutes nos préoccupations contemporaines !

Évidemment ! D’ailleurs un thème important porte sur la révolution numérique… En fait d’université, c’est un moment et un lieu où trouvent place bien des échanges sur des sujets brûlants, sur lesquels s’informer et se former, échanger collectivement et librement.

Par exemple : où en est et où va le capitalisme ? Quelle compréhension et quelles leçons de la mobilisation contre la loi travail ? Quel avenir pour le salariat ? Que se passe-t-il au Moyen-Orient ? Quelles conséquences du Brexit et où va l’Union européenne ? On parlera de l’écologie, du social, du féminisme, de l’antiracisme, du combat contre l’extrême-droite, de l’internationalisme… Bref, du « programme » pour un changement radical de société. Et cela à la veille d’échéances importantes semble-t-il.

La question de vérité : l’Université se déroule en Bretagne. Obstacle ou atout ?

Atout, bien sûr ! Tout le monde sait que c’est une région magnifique. On sera au bord de l’Océan !

Et comme, y compris en été, on reste militant et intéressé par la politique, que de questions à envisager sérieusement ! Nous sommes près de Notre-Dame-des-Landes, inutile de préciser qu’on discutera précisément du sujet. Et de tout ce qui se passe en Bretagne : les questions de l’agriculture, de la pêche, de l’industrie d’armement… Sans oublier ce qui se crée sur le plan culturel : éditions, musique, théâtre…

La culture aura place dans cette université ?

Les soirées seront de dimension artistique : littérature, théâtre, cinéma musique… Et aussi au cœur de bien des ateliers. Sans oublier les conférences gesticulées.
Mais on ne va pas tout dire. Place à la découverte et aux surprises !

Fichier attachéTaille
PDF icon 16-04-07-v6_plaquette_udt_web.pdf372.6 Ko
Article