ENSEMBLE - Finistère : Compte-Rendu Réunion 11 décembre 2013

Compte-rendu de la réunion du

Mouvement Ensemble du Finistère

du mercredi 11 Décembre 2013

 

 

Ce sont 21 Camarades venus de tout le département qui ont participé à cette première réunion du Mouvement « Ensemble » sur le Finistère. Cette réunion s'est déroulée dans un excellent climat, amical et convivial. Elle a réuni des adhérents de nos cinq organisations en Finistère (l'ACU, la FASE, la GA , la GU et les Alternatifs) mais aussi de militantes et militants non adhérents de nos organisations mais intéressés par notre mouvement et son processus de construction.

 

André (GA), Louis (ACU), Philippe (Alternatifs) et Jean (FASE) nous ont fait un compte-rendu des assises nationales des 23 et 24 Novembre 2013 : Une participation très nombreuse d'environ 400 personnes, d'une moyenne d'âge assez élevée avec une faiblesse de la représentation féminine et des jeunes. Une vraie qualité des interventions et de l'écoute dans une très bonne ambiance. Présence de délégations d'autres partis (PC, PG, NPA) et associations, de syndicalistes, le Rassemblement a permis de franchir un cap politique et organisationnel. Les deux journées se sont déroulées sous forme de séances plénières et de travail en ateliers.

 

La priorité du mouvement est donnée

  1. à la recherche du consensus en recherchant le processus pour construire les décisions ensemble.

  2. à la construction de collectif locaux à la base, autonomes.

 

L'une des grandes question est « comment faire de la politique autrement ? Sûrement faut-il ne pas reproduire le fonctionnement pyramidal des partis classiques et favoriser le travail en réseau en s'appuyant sur les gens qui voudront faire « Ensemble » avec nous.

 

Cette nouvelle pratique doit également trouver une application dans notre fonctionnement avec une équipe d'animation nationale réduite et une coordination nationale largement représentative des collectifs locaux.

 

Le mouvement se donne une année pour se construire sur la base de la confiance que l’on sent déjà exister entre nous. Reste à poursuivre un vrai travail d’élaboration collectif sur les questions de programme. Un congrès de fondation pourrait se tenir dans un an fin 2014.

 

Autre question : comment nous tourner vers l'extérieur et trouver une complémentarité avec les autres forces du FDG même si avec Ensemble nous entrons dans une nouvelle phase de construction.

 

Il y a eu peu d’impacts médiatiques de nos Assises malheureusement et il nous faudra en développer la visibilité au niveau local.

 

 

1) Éléments de discussion

 

Sur les 5 composantes du regroupement « Ensemble »

3 issues de courants du NPA : GA, une partie de GU, C&A

Le FASE elle-même une fédération dont l'ACU représentée en Finistère

Les Alternatifs et des animateurs du mouvement social et altermondialiste.

 

Ce rassemblement s'opère à l'intérieur du FDG sur la base d'une orientation alternative opposée à la politique d'austérité. Les points de convergences (politique, choix économiques et écologiques alternatives, pratiques politiques, parité, initiatives militantes et citoyennes, autonomie des collectifs territoriaux, démocratie et consensus...) constituent une base importante et solide. Nous devons construire ensemble et collectivement notre mouvement

 

Ce regroupement « Ensemble » est important car il constitue un acte politique essentiel, pour faire évoluer le FDG des débuts (un cartel électoral de 3 courants au départ) vers un mouvement politique citoyen et alternatif. Tous les textes issus des assises ont été diffusés, mais ils sont également sur le site internet national du mouvement.

 

La situation interne du FDG au niveau national et départemental (ou régional) est compliquée et complexe. Nous constatons actuellement un phénomène de recul après les campagnes électorales 2012 présidentielles et législatives et une incapacité à capitaliser électoralement pour le FDG nos interventions pourtant régulières dans la situation politique, sociale, économique.

 

La réalité du FDG pour beaucoup de gens, il est encore trop souvent identifiable à ses deux principales composantes.

 

D’un côté le PCF apparaît comme une force organisée qui a encore une vraie capacité logistique, mais repliée sur elle-même ayant comme priorité la survie politique et financière de son appareil et de ses dirigeants professionnalisés. Cette situation est incarnée en Bretagne par un courant « huiste » très fort, très suiviste par rapport au PS et très conservateur (cf. le vote du pacte d’avenir au Conseil Régional).

 

De l’autre le PG qui s’appuie sur l’impact médiatique de JLM pour réaliser ce qui semble être son objectif principal : s’affirmer comme la formation d'avenir du FDG, en assurer le leadership pour provoquer d’autres alliances à gauche et inverser le rapport de force face au PS.

 

Ces 2 forces ont comme vision essentielle le champ électoral et aussi parfois un effet repoussoir tant en externe qu'en interne à cause de leurs querelles au sein du FDG en particulier depuis la préparation des municipales 2014. Problème supplémentaire le fait que JL Mélenchon est considéré par les médias comme l’unique porte-parole du FDG alors qu'il ne l'est pas (difficulté à faire la différence entre PG et FDG...). Ce qui devient un véritable problème quand ses prises de positions tournent aux dérapages conscients qui mettent le FDG et les militants en difficulté sur le terrain (propos sur les salariés bretons).

 

Le FDG traverse donc une crise liée à la fois à celle du PCF mais aussi à la tentation du PG d’un repli identitaire sur lui-même. Des crispations qui renvoient à des débats reposant sur des rapports de force et l'affrontement idéologique en interne au FDG, qui heurtent de plein fouet la recherche de pratiques politiques nouvelles et toutes démarches consensuelles.

 

A ce titre l'absence de tous représentants du PCF ou du PG (tant le représentant officiel des organisations départementales que des membres des collectifs locaux lors de la dernière réunion de coordination 29 du FDG pose question.

 

Face à cette situation, il faut une force d'ouverture, rassembleuse d'énergies. Un regroupement conçu pour s'organiser en complémentarité des autres forces du FDG et non en opposition à elles. L'objectif étant de donner de la cohérence à la stratégie et aux ambitions du FDG. Une force pour clarifier les débats et attirer les sympathisants du FDG et les citoyens qui restent à la porte. Ce que nous voulons c’est donc construire « Ensemble » pour peser positivement dans les débats du FDG et le redynamiser.

La situation dans Gauche Unitaire sera également à suivre de très près tant elle est symptomatique des difficultés et des crises actuelles qui se font jour à la fois sur les questions de fond, mais aussi sur celles de la pratique en fonction du rôle que chacun prétend jouer dans le cadre des recompositions à l’œuvre dans la gauche.

 

À propos des militants FDG non encartés, Ils sont non adhérents à l'une des composantes du FDG mais souvent porteurs de vraies questions. Comment impliquer les citoyens dans un projet alternatif ? Comment faire de la politique autrement ? Comment faire autrement pour se rassembler sur le terrain, dans les luttes, autour des luttes pour que les gens viennent s'inscrire dans notre démarche et la fassent évoluer ? La Bretagne vit les situations critiques d’une crise profonde, comment intervenir sur les contenus et quelles réponses élaborer pour que les gens justement puissent s'investir dans le FDG au lieu de l’ignorer ?

 

Les non adhérents sont une force et un atout pour le FDG mais aussi pour « Ensemble » et nous devons leur démontrer ses potentialités et son intérêt. À ce titre un état des lieux doit être réalisé pour étudier les forces et faiblesse de nos collectifs FDG locaux mais aussi les raisons de l'inexistence de collectifs locaux sur certains territoires et non des moindres.

 

Améliorer nos pratiques. Il s’agit d’être inventif et de nous engager toujours plus sur la voie de la démocratie, de la participation, de la recherche du consensus. Il s’agit aussi de nous organiser pour être réellement sur le terrain des luttes (politiques, syndicales, associatives, populaires). La force « d’Ensemble » comme celle du FDG ce n'est pas seulement de rassembler quelques organisations c'est aussi ce que nous en feront avec les citoyens à la base. Il faut donc travailler sur les contenus mais aussi aux modalités de notre intervention. Les évènements récents survenus en Finistère (licenciements agro-alimentaires, crise du système agricole productiviste, écotaxe, situation industrielle catastrophique, chômage, précarité, crise morale et écologique) nous le rappellent quotidiennement.

 

 

2) « Ensemble» doit rassembler les militants unitaires du FDG

 

La question de la jeunesse. Il y a un réel rejet de la politique par de nombreux jeunes qui doit nous interroger. L'écart générationnel n’est pas dans l’engagement mais plutôt dans la forme qu’il doit prendre. Il est certain que si nous voulons renouveler les générations militantes, nous devrons être présents en permanence sur autre chose que le champ électoral.

 

La question des Européennes. Par rapport à la situation en Bretagne, la question des candidatures et de la tête de liste risque de se poser réellement. Le PG et le PC ne sortiront pas grandis des évènements bretons, la question de proposer une tête de liste « Ensemble » pourrait être posée.

 

Coordination FDG 29. Avoir une vision claire des points de force et de faiblesse de la coordination FDG 29 et continuer malgré le peu d’enthousiasme de certains à la faire exister. Ce que le FDG ne peut prendre en charge par défaut de consensus "Ensemble" doit le faire et s'investir quand nous le jugeons indispensable (ex ND des Landes).

 

Ensemble 29. Doit être un espace d’informations et de formation politique utile aux militants pour réagir à l’actualité politique mais aussi pour enrichir l’aspect théorique de notre engagement. Pour cela il est important de travailler avec le mouvement associatif. Nous devons acquérir une visibilité et une expression à la fois externe (presse, associations, syndicats...) et interne (Ensemble 29, FDG).

 

La question de l'adhésion directe au mouvement « Ensemble » se pose pour des camarades qui ne viennent d’aucune composante initiale. Quel lien avoir entre la dimension « Ensemble 29 » et la réalité des collectifs locaux FDG organisés en association et lieu de vie du FDG (double adhésion : à « Ensemble » via une composante ou directe, adhésion à l'association FDG locale ) ?

 

 

3) Sur les évènements récents en Finistère et en Bretagne

Licenciements agro-alimentaires (Doux, Gad, Tilly, Marine-Harvest...)

crise agricole, mouvement des bonnets rouges, Pacte d'Avenir pour la Bretagne…

 

Dès le départ, la situation est compliquée et un peu déroutante pour le mouvement ouvrier classique qui n’est pas à l’initiative de la mobilisation. Comment on se positionne par rapport à des gens qui ne sont pas de notre bord mais qui agissent (dans toutes les directions...) et se mobilisent entraînant derrière eux des salariés, des chômeurs, des petits producteurs qui vivent une situation tragique ? Force est de constater que le mouvement ouvrier a perdu la main depuis longtemps à cause notamment de la faiblesse des syndicats souvent divisés par des orientations et des positions opposées

 

Nous sommes restés coincés dans le jeu des organisations syndicales telles qu'elles sont et telles qu'elles cherchent à sauver les meubles face à des crises de plus en plus violentes. Une partie de la CGT est allé manifestement chercher la CFDT qui a elle-même de grosses responsabilités dans ce qui se passe aujourd'hui dans l'agro-alimentaire avec l’idée qu'elle développe qu'il n'y a pas d'avenir possible hors du capitalisme et qui accompagne les licenciements et les réorganisations industrielles d'ampleur. C’est ainsi qu’elle a accepté la fermeture du site Gad de Lampaul au profit du maintien de celui de Josselin. Une grande partie de la CGT a aussi l’illusion que le pacte d'Avenir permettra de mener des expériences de reclassements en matière d’emploi. En fait le mouvement syndical est en crise dans ce secteur depuis 20/30 ans.

 

Dans cette situation, le FDG a manqué de visibilité et de crédibilité et le mouvement « Ensemble » et ses différentes composantes ont eu du mal à s'affirmer. Le manque de consensus sur les choix stratégiques dans la période des évènements et son manque de clarté n’ont pas permis au FDG de proposer une analyse qui débouche sur des positions claires, des propositions d’action et d’offrir des perspectives.

 

Beaucoup de Camarades reviennent sur les évènements récents, il se dégage beaucoup de perplexité sur ce qui s'est passé et d’interrogations sur l'attitude du FDG, des différents syndicats (CGT, FO, CFDT, Solidaires…) Mais aussi sur le rôle joué par les organisations politiques (NPA, UDB, Mouvement régionaliste breton...) et sur la nature sociale et politique du mouvement des bonnets rouges.

 

Sur la question des « Bonnets Rouges » : Ne pas oublier que les animateurs de ce mouvement ont une réelle cohérence économique et politique qui peut être défendue aussi bien par des régionalistes de gauche que par les représentants du Medef et de la Fnsea au nom des spécificités socio-économiques, historiques, géographiques de la crise en Bretagne.

 

Il y a de réels problèmes spécifiquement bretons comme l’application de l'écotaxe, les algues vertes, la régionalisation avec des enjeux économiques, politiques et écologiques important pour la région. L’analyse est à faire des mutations sociologiques qui se sont produites après l'exode rural dans les années 60.

 

Là où les gens sont et pas ailleurs. Il n'en demeure pas moins que l'expérience nous amène à une conclusion essentielle : il faut être là où sont les gens, il faut aller vers eux, être avec eux, trouver des dénominateurs communs malgré les contradictions. Le débat et la discussion sont loin d'être terminés…

4) En perspectives

 

Nous proposons la rédaction d’un appel « Ensemble 29 » Avec une fonction interne en direction des militants de nos organisations et plus largement des militants, sympathisants FDG susceptibles d’être intéressés par le mouvement « Ensemble ». Avec une fonction externe par communiqué de presse et une conférence de presse pour rendre l’appel public. Avant la fin de l’année, nous tâchons de finaliser le texte pour le lancer en interne, recueillir environ 50 signatures avant de le rendre public en janvier 2014.

 

Structuration – Organisation – Finances. Il nous faut un minimum d'organisation et de structuration, nous estimons le nombre d'adhérents de nos cinq organisations à environ une quarantaine avec un nombre de sympathisants d'environ 250 sur le plan départemental mais ces deux chiffres pourraient évoluer très vite en positif si nous créons un courant de sympathie et de dynamisme.

 

En plus de l’élaboration d'une nouvelle liste de diffusion internet, dans un premier temps, nous réunissons « Ensemble 29 » au niveau départemental avec une réunion mensuelle d’informations, de débats, d’échanges d'expériences et de formation. Nous proposons une réunion mensuelle au plan départemental le 4ème mercredi de chaque mois. Au niveau local, les militants apprécient la situation et prennent les décisions qui leur semblent nécessaires en étant créatifs. Pas de cadre directif , nous conservons une totale souplesse.

 

Nous veillons à ne pas mettre en concurrence la construction « d'Ensemble » et celle du FDG, mais nous essayons que la construction de notre regroupement ait un effet dynamique sur l'élargissement du FDG. Cela dit, il y a des choses qu'on ne retrouve ni au FDG ni dans l'Humain d'Abord, ni au PCF ni au PG, ce sera donc à nous de porter nos propres positions et propositions tout en faisant attention de ne pas fonctionner comme les partis actuels en sortant du seul schéma électoraliste pour développer une pratique politique durable sur un programme anticapitaliste.

 

Nous nous appuyons sur les collectifs FDG existants : les adhérents « Ensemble » doivent les investir et y prendre leur place. Nous devons être à la création de nouveaux collectifs locaux sous forme associative ouvert aux citoyens et sympathisants non adhérents de nos organisations.

 

Finances et moyens. Il nous faut aussi nous donner des moyens pour nous doter des outils nécessaires à notre fonctionnement : tracts, site internet etc... Dans un premier temps, ce sont les composantes qui financeront le mouvement, le Collectif national fera des propositions sur la question des cotisations, finances, budgets...

 

Idées et Débats à poursuivre. Il nous faut être à la fois ambitieux et modestes. Nous sommes engagés dans un processus long et nous avons devant nous une année d'expérimentation pour aller au congrès de fondation en fin 2014. La question demeure de la nature du mouvement politique que nous voulons construire aujourd'hui alors qu' Ensemble est la plus récente force politique apparaissant dans le cadre du processus de décomposition-recomposition politique durable à la gauche du PS.

 

 

Prochaine réunion : le mercredi 22 Janvier 2014 de 19h00 à 22h30

 

À l’ordre du jour un débat de fond : Sur le rapport de force entre les classes dans la situation politique actuelle. Mais aussi les questions d'actualités en France et en Finistère, les questions d'organisation (adhésions, renforcement), la structuration (communication, propagande, finances) et

bien sûr le point sur l'appel « Ensemble 29 ».

 

 

 

Blog
Auteur: 
Dom-PenArBed-29