Ensemble! Saint-Denis : pas de vote pour Le Pen. Pas de répit pour Macron.

Le 1er tour de l’élection présidentielle montre le formidable succès de la campagne de la gauche de combat incarnée par Jean-Luc Mélenchon. La déception de louper le 2e tour de si peu ne doit pas faire oublier l’essentiel : pour la première fois depuis des décennies notre camp social s’est massivement retrouvé dans une campagne et dans un vote qui le rassemble et le renforce. À nous tou-te-s qui avons été de ce magnifique mouvement revient désormais la responsabilité de rester unies et de rassembler encore davantage pour les batailles à venir.

Ce 1er tour est aussi la sanction d’un Parti Socialiste, qui en dépit des efforts de ses militants les plus respectables, était définitivement, sous ce quinquennat, devenu synonyme de trahison des aspirations populaires.

Ce 1er tour, c’est encore l’affaiblissement d’une droite gangrenée par la corruption.

Ce 1er tour, c’est également le hold-up réussit de justesse de l’arriviste Macron. Ce candidat des patrons, des exploiteurs, des pollueurs s’inscrit dans la lignée des politiques libérales d’injustice sociale que nous subissons depuis trop longtemps.

Ce 1er tour, c’est enfin la candidate d’un parti fasciste, c’est à dire à la fois encore plus raciste et encore plus brutalement anti-social, qui arrive au second tour.

Combattre le racisme par tous les moyens

Cette situation d’un choix entre deux ennemis déclarés du peuple ne peut susciter que de la colère. Mais il faut prendre ses responsabilités et utiliser tous les moyens pour bloquer en premier le pire de ces deux ennemis. Et le pire c’est Le Pen. Particulièrement et indiscutablement ici, à Saint-Denis.

Utiliser le vote Macron pour faire barrage à Le Pen, ce n’est pas croire que Macron devient un allié, ce n’est pas une adhésion, c’est juste une nécessité vitale.

Comme disait Malcolm X : le racisme se combat par tous les moyens nécessaires.

Mais il ne doit pas y avoir de trêve dans notre combat contre Macron et son projet de soumission à la loi de ceux qui, chaque jour, font passer nos vies après leurs profits.

Nous, salarié-es, chômeurs-euse étudiant-es, il nous prend pour cibles. C’est certain, Macron va poursuivre ses attaques déjà commencé en tant que ministre de Hollande. Alors Macron, c’est tout aussi certain, dès le 8 mai, tu nous trouveras sur ton chemin.

Durant cette campagne et dans la suite du combat contre la loi Travail de 2016, une force populaire s’est levée. Cette force ne doit sous-estimer aucun de ses adversaires. Elle ne doit pas non plus se sous-estimer elle-même. Elle doit être confiante dans ses propres capacités à combattre à la fois les politiciens corrompus, les patrons qui en veulent toujours plus quitte à polluer notre vie autant que notre environnement, et tous les racistes.

Cette confiance, cette force doit s’organiser, se renforcer et s’imposer dans la rue et dans les urnes. En élisant le plus possible de députés debout et insoumis dès juin par le rassemblement le plus large possible dès le 1er tour. Par la construction unitaire d’un front permanent, social et politique de résistance radicale à la dictature de la finance.

Avec la force du peuple tout reste possible ! En commun, nous sommes l’avenir !

Blog
Auteur: 
Colin de Saint-Denis