Etat espagnol. Après la démission de Sanchez...

Consummatum est. Depuis mercredi dernier [28 septembre 2016], avec le coup de sifflet de Felipe Gonzalez et la démission du secteur [17 membres] lié à Susana Diaz [dirigeante du PSOE et de l’exécutif en Andalousie] du Comité exécutif fédéral, une offensive a commencé sur tous les plans, avec le groupe médiatique en tête, contre le secrétaire général du PSOE: Pedro Sanchez. Il était difficile de penser que l’équipe dirigée par Pedro Sanchez puisse résister à la pression subie au cours de la réunion du Comité fédéral du samedi 1er octobre. En effet, à la fin, il a dû jeter l’éponge [démissionner], après un vote à main levée – 132 voix contre 107 – sur sa proposition de tenir un Congrès extraordinaire [chiffres donnés par El Pais du 2 octobre 2016, en p. 21].

Le moment le plus critique dans ce conflit au sein du PSOE se termine ainsi, provisoirement. Mais reste en débat la position à adopter par le groupe parlementaire avant le vote attendu sur l’investiture de Mariano Rajoy, en tant que Premier ministre, avant la date limite du 31 octobre. Nous connaissons l’intention de l’élite gagnante [6 sur 7 des leaders des régions autonomes s’opposèrent à Sanchez]. Toutefois, elle ne s’est pas encore prononcée très clairement [sur l’abstention afin de valider l’investiture de Mariano Rajoy] par peur du rejet qui peut s’exprimer dans une partie importante de la base militante. La décision finale va-t-elle être soumise à un référendum ? Y aura-t-il une pression de secteurs militants du PSOE en faveur de cette consultation ?

Du mercredi à la journée du samedi 1er octobre, comme apogée, nous avons vu se dérouler une « guerre fratricide ». Au cours de laquelle – en laissant de côté le rôle de Felipe Gonzalez [qui déclara qu’il se sentait «trahi et trompé» par Sanchez, car celui-ci lui aurait affirmé, cet été, que le PSOE allait s’abstenir lors du second tour du vote pour l’élection de Mariano Rajoy comme président] – les anecdotes honteuses n’ont pas manqué. Comme le fait de s’arroger la « seule autorité » par la présidente du Bureau du Comité fédéral, Veronica Pérez. Ainsi que le recours par les uns et les autres à des méthodes anti-démocratiques de résolution des conflits. Tout cela, ne l’oublions pas, pour un débat tactique, mais, à coup sûr, ayant une portée bien plus ample. Car tout cela a trait à la façon de traiter avec le régime de crise. L’aider à la résoudre en permettant au PP (Parti populaire) de Rajoy de gouverner ? Ou, à l’opposé, en essayant de former un « gouvernement alternatif » qui serait en mesure d’attirer dans le giron de la « gouvernance » Unidos Podemos et même un secteur de l’indépendantisme catalan ?

Aujourd’hui, il est devenu clair que, malgré le soutien apporté – lors du Comité fédéral précédent – à Sanchez par des présidents des gouvernements autonomes (à l’exception des îles Baléares) afin d’essayer la formule du « gouvernement alternatif », ils/elles n’espéraient qu’un échec rapide, de sorte à pouvoir entamer des négociations avec le PP en vue d’une abstention possible, et cela avant l’investiture de Rajoy. Ce fut donc « d’entrée, un Non Rajoy », une façon de faire qui rappelle le slogan utilisé par Felipe Gonzalez à propos de l’OTAN, avant de se convertir en un fervent atlantiste [de 1982 jusqu’au « Décalogue sur la politique de paix et de sécurité » d’octobre 1984]. A ces éléments s’est ajoutée la crainte d’une troisième élection générale, après avoir saisi le déclin électoral du PSOE confirmé par les résultats des élections en Galice et dans le Pays Basque. Et cela bien qu’aucun argument de poids n’ait été mis en avant pour attribuer la responsabilité de ces échecs au seul Pedro Sanchez.

A partir de maintenant s’ouvre une nouvelle étape dans ce parti, suite à l’un des moments les plus critiques de son histoire, comparable à ceux qui se sont produits à la fin de 1935 ou à celui traversé en 1979 [le Bad Godesberg du PSOE sous la direction de Felipe Gonzalez].

Certes, ces deux épisodes « historiques » s’articulaient sur des lignes de clivage différentes des actuelles et dans des contextes divers. Cependant, ce qui est devenu clair avec ce conflit est que la crise de la version espagnole d’une social-démocratie européenne – elle aussi à la dérive – la conduit à une perte irréversible de sa centralité, de son rôle clé dans le régime. En résumé, sa capacité à être un gouvernement d’alternance. Maintenant, le bipartisme est enfin terminé et nous entrons dans une nouvelle phase de recomposition du système des partis dans laquelle Unidos Podemos et les « convergences » [apparues dans des grandes villes et des régions] doivent jouer un rôle clé en vue de la construction d’une responsabilisation, d’une autonomisation (empowerment) populaire. Et, espérons-le, avec des secteurs du PSOE qui parient de même sur une telle option au même titre qu’une opposition ferme au PP et au bloc de pouvoir qui le soutient.

La résistance de la fraction plus institutionnalisée du PSOE – résistance qui n’est pas étrangère à des intérêts matériels et institutionnels – a acquis ses positions avant le nouveau cycle ouvert depuis 15M 2011 [mouvement des Indignés] et la montée électorale de Podemos. Dès lors, au-delà du soutien obtenu dans plusieurs Communautés autonomes pour pouvoir gouverner, ce courant semble prêt à continuer à dicter le comportement du PSOE. Il s’est engagé à continuer à chercher plus à droite qu’à gauche, tout d’abord en réévaluant Ciudadanos comme une « force de changement », puis en craignant de s’opposer au PP sur des questions clés telles que les politiques de la troïka (UE, FMI, BCE). Une telle attitude s’est manifestée face à l’exigence d’un référendum par un courant catalan majoritaire. Sa fidélité à un nationalisme espagnol exclusif et une lecture fondamentaliste de la Constitution les ont encore plus affaiblis en Catalogne et dans le Pays Basque. Il en découle un PSOE qui se réduit à un parti du « Sud », sur la base de ses bastions en Andalousie et en Estrémadure.

Il ne peut plus jouer le rôle de parti de l’alternance gouvernementale, sans alliance à gauche ou à droite et avec une base électorale en déclin, à la fois socialement (avec un rétrécissement de la « classe moyenne ») et avec sa capacité réduite à attirer de nouvelles générations comme ceux et celles qui reconnaissent déjà, ouvertement, la réalité plurinationale au sein de cet Etat. Dès lors, le PSOE connaît une nouvelle mutation. S’il y a longtemps qu’il était un parti éloigné de ce qui constitua les traits de l’identité originale de la social-démocratie, il est maintenant un parti sans projet alternatif face à la droite néolibérale. A cela s’ajoute la tâche pendante de se reconstruire à partir d’une opposition subalterne au PP. Et sous la houlette d’une coalition dominante et d’un leadership qui devraient être en mesure de cicatriser les plaies ouvertes tout au long de cette semaine fiévreuse, où la « guerre » a atteint des extrêmes inédits.

Jaime Pastor. Article publié sur le site Viento Sur le 1er octobre 2016 ; traduction A l’Encontre.

 

Crise du PSOE. Entre résignation et nostalgie de l’«hégémonie perdue»

Dans toute l’Europe, malgré les changements pleins d’espoirs comme la victoire de Jeremy Corbin dans le Parti travailliste britannique, la crise de la social-démocratie, étroitement liée à celle de l’Union européenne, se révèle difficilement réversible. La crise qui touche sa composante espagnole, le Parti socialiste ouvrier espagnol, révèle des particularités qui se manifestent déjà par des risques croissants de fracture interne [qui se sont exacerbés ces derniers jours], en plein changement d’époque et de cycle que nous sommes en train de vivre.

Le défi que l’actuel secrétaire général du PSOE, Pedro Sanchez, a lancé aux directions de certaines des fédérations socialistes les plus importantes, et particulièrement à la très puissante fédération de l’Andalousie [dirigée par Susana Diaz], en les mettant en demeure de devoir concourir lors de primaires pour l’élection du secrétaire général le prochain 23 octobre et lors d’un congrès la première semaine de décembre, constitue sans aucun doute un fait inédit dans l’histoire de ce parti.

Il reste à voir si le Comité fédéral qui se réunit ce samedi 1er octobre 2016 approuve ou désapprouve cette proposition. Si la proposition de Pedro Sanchez est mise en minorité, la pression pour qu’il démissionne sera pour lui difficilement supportable.

Un précédent discutable

L’importance de cette division interne est hors de doute. Mais la référence que Pedro Sanchez a tenté de présenter comme un précédent, à savoir le congrès que Felipe Gonzalez a convoqué en 1979 à propos de l’abandon formel du marxisme, escamote que cela eut alors une signification bien différente: ratifier symboliquement la volonté de s’homologuer à la social-démocratie européenne d’alors pour s’offrir comme une force disposée à stabiliser le régime espagnol de la Réforme politique en pleine « Transition » [la période formellement post 1978].

C’est ainsi que la menace de démission de Felipe Gonzalez, et le Congrès extraordinaire qui a suivi, ont réussi à mettre fin au « gauchisme », verbal plus que pratique, qui survivait au sein du PSOE, représenté principalement par la figure de Luis Gómez Llorente. Ce fut là la fonction qu’assuma la direction du PSOE après la démission de Adolfo Suarez et le coup d’Etat du 23 février de 1981 [avec sa figure visible dans le Parlement: le lieutenant-colonel Antonio Tejero] au moyen de la victoire électorale du PSOE en 1982 pour passer ensuite à se convertir à l’« atlantisme » et devenir l’élève modèle du néolibéralisme qui montait alors en Europe.

Par contre, ce qui est en jeu aujourd’hui derrière le débat à propos de la nécessité de choisir entre l’abstention pour permettre à Mariano Rajoy d’être investi ou la tentative de former un « gouvernement alternatif » (qui selon les désirs de Pedro Sanchez devrait inclure l’appui de Ciudadanos), ce n’est pas de savoir si le PSOE opte pour un « projet autonome de gauche » ou être « subalterne aux pouvoirs économiques et au PP » comme Pedro Sanchez l’a déclaré récemment. Quelqu’un peut-il croire qu’en voulant compter avec l’appui de Ciudadanos et avec Jordi Sevilla [ ministre des Administrations publiques de 2004 à 2007, il rejoindra le « secteur privé » plus tard] comme possible ministre de l’économie, ces pouvoirs économiques ou les politiques d’austérité de l’UE se verraient menacés ? Il ne semble pas. En réalité, le défi qui se présente au PSOE réside dans la redéfinition de son propre espace au milieu d’une crise de régime, aussi bien face à un PP renforcé après les élections en Galice de dimanche passé [le 25 septembre, le PP obtient 47,53 % des suffrages, En Marea : 19,07 % et dépasse le PSdG qui recueille le 17,8 %] que face à la menace d’un futur « dépassement » (sorpasso) par Podemos après le récent « sorpassiño » de Galice et « sorpassoak » au Pays Basque [37,65 % pour le PNV ; 21,23 % pour EHBildu ;14,85 % pour Podemos ; 11,94 % pour le PSOE et 10,16 pour le PP]. C’est ce dernier résultat, au Pays Basque, qui semble l’obséder. C’est pourquoi Pedro Sanchez argumente que le choix de l’abstention faciliterait ce dépassement dans un futur proche, alors que l’essai d’un gouvernement alternatif le freinerait et permettrait au PSOE d’apparaître comme la principale force de « la gauche ».

Le PSOE se trouve par conséquent devant un débat qui continue de se placer dans la logique de concurrence entre partis. Devant ses difficultés, Pedro Sanchez aspire à récupérer l’initiative et continuer d’être la « gauche de gouvernement » face au PP de Rajoy. Mais il veut aussi faire pression sur Podemos pour qu’il devienne son subalterne ; c’est-à-dire se convertir en une Izquierda Unida bis.

Le problème, c’est que le « gouvernement alternatif » qu’il propose entre ouvertement en collision non seulement avec le tabou des indépendantistes catalans, dans le cas probable où l’appui deCiudadanos échouerait, mais surtout avec la méfiance et l’incertitude que cette alternative engendre face aux « valeurs », aujourd’hui en hausse, de la stabilité et de la gouvernabilité, comme nous venons de voir en Galice et au Pays Basque. Quelque chose que Susana Díaz, la présidente du gouvernement andalou, et les « barons » socialistes des régions autonomes exploitent au maximum pour, au nom de leurs intérêts respectifs, accepter l’abstention devant le PP et Rajoy comme un « moindre mal ».

Mais tout cela ne doit pas nous amener à nous tromper. Reconnaissons que Pedro Sanchez a su résister plus longtemps qu’on aurait pu le penser à la pression des pouvoirs économiques et du groupe de médias PRISA pour qu’il assume sa « responsabilité d’Etat » et « l’intérêt de l’Espagne » en laissant gouverner le PP. Mais ce que ses propositions mettent en question, ce n’est pas le régime, mais plutôt le rôle que le PSOE devrait jouer pour contribuer à clore la crise de régime. Contribuer à cette tâche sous l’hégémonie du PP en le hissant au gouvernement pour 4 ans (étant donné que face aux difficultés d’une motion de censure constructive, il sera difficilement renversé avant) et en assumant le rôle d’opposition au parlement, cela sous la pression de UnidosPodemos ? Ou se présenter comme candidat à impulser une variante de moindre austérité et en même temps de dialogue avec une majorité souverainiste catalane, en ouvrant donc ainsi la boîte de la réforme constitutionnelle ?

Le problème, c’est que, même si elle est modérée, mettre sur pied la proposition de Pedro Sanchez non seulement impliquerait de pénétrer sur un terrain glissant pour le régime, mais, en plus et surtout dans le court terme, elle se heurte à un refus interne très profond de la part d’une partie des « notables » du PSOE. Une formation politique, ne l’oublions pas, dans laquelle la culture politique et les intérêts qui continuent d’y prévaloir – avec tout le poids institutionnel qu’il y a derrière – se sont forgés tout au long de décennies d’ « alternance », d’imbrication avec le bloc du pouvoir, avec les scandales de corruption qui s’en sont suivis et les « portes tournantes » [pantouflage] entre les charges politiques et les conseils d’administration de grandes entreprises, et d’identification avec un nationalisme espagnol excluant. C’est l’exemple de tout cela que fournit actuellement le procès des « cartes de crédit noires » de Bankia [carte de la banque utilisée pour des dépenses personnelles somptuaires par les détenteurs] dont la liste des accusés, issus de tous les partis et des syndicats, est un véritable portrait du régime.

C’est pourquoi, il n’est pas surprenant de voir la bataille de tant de ces « notables » du PSOE contre la proposition de consultation de la base militante qui, elle, est plus préoccupée par le futur de leur parti que par cette coalition d’intérêts.

Du « socialisme du sud » au social-libéralisme austéritaire

Comment a-t-on pu en arriver à cette situation, celle d’un PSOE qui bien qu’il reste encore loin de la « pasokisation » [allusion aux résultats électoraux du PASOK grec] a connu un rétrécissement et un vieillissement progressifs de sa base électorale parallèles à sa dérive social-libérale et à sa conversion en force minoritaire dans des régions clés comme la Catalogne et le Pays Basque ?

Pour essayer de comprendre cette involution, il faut se souvenir que la crise du PSOE vient de loin. Si dans la social-démocratie européenne cette crise commence avec la fin des « trente glorieuses » de l’Etat providence et les débuts de l’onde longue néolibérale au milieu des années 1970 du siècle passé, en Espagne cela s’est déroulé plus tard à cause de l’identification symbolique, face à une droite d’origine franquiste, avec la conquête des libertés et des droits sociaux et, avec eux, le « rêve européen » allant de pair avec l’ascension d’une « nouvelle classe moyenne » qui va se convertir en sa base sociale de référence.

C’est ainsi que le « felipisme » [Felipe Gonzales, président de 1982 à 1996] a réussi à cacher les déficits dès le départ de la mythifiée « Transition » et le coût croissant qu’a eu l’insertion comme « périphérie » dans l’Eurozone. Mais ce furent la crise financière et systémique qui a éclaté en 2008 et le tournant vers l’austérité de Rodriguez Zapatero en mai 2010 qui ont marqué un changement d’époque à l’échelle européenne et de l’Etat espagnol et, avec cela, un processus d’érosion croissante de la base sociale du PSOE dans la mesure où dès le mouvement du 15M de 2011 et plus tard les élections européennes de 2014, des nouveaux acteurs sociaux et politiques ont fait irruption, avec Podemos en premier plan jusqu’au point d’apparaître comme une force qui aurait pu gagner les dernières élections générales et former le gouvernement.

Cette hypothèse a été freinée, mais le défi que pour la première fois dans l’histoire représentent Podemos et les « confluences » [convergences de forces dans des régions autonomes] à la très vieille hégémonie socialiste reste présent. Le PSOE ne peut déjà plus seulement regarder à sa droite, mais doit désormais tenir en compte ce débordement par la gauche. La question, c’est qu’il doit concourir avec ce concurrent à gauche au milieu d’un changement d’époque historique dans lequel sa triple crise d’identité, de projet – qui ne peut déjà plus être l’Etat « national » de bien être en déclin – et de direction ne semble pour le moment pas voir la lumière au bout du tunnel.

Pedro Sanchez aspirait à réussir à freiner ce processus, mais il fut démontré très vite que ses efforts pour récupérer une position centrale dans la préservation du régime et son auto-réforme, ainsi que pour neutraliser le malaise anti-austérité et anti-recentralisation du royaume, se heurtent à de fortes résistances, non seulement en dehors mais aussi au sein de son parti.

Devant ce panorama, du point de vue de Podemos il n’est pas possible d’être indifférents à l’issue de ce conflit. Derrière ceux qui dans le PSOE s’opposent aujourd’hui à Pedro Sanchez se situent les grands pouvoirs économiques et médiatiques [voir pour exemple l’éditorial, sous forme d’injonction, du quotidien El Pais du 30 septembre 2016, intitulé « Restaurer l’unité » du PSOE]. Ceci dit, il n’incombe pas à Podemos de s’offrir comme appui à un leader du PSOE qui, en réalité, continue de ne pas rompre ses attaches avec ce régime et avec les diktats qui proviennent de l’UE.

Il reste encore un autre chemin face à l’hypothèse de troisièmes élections : la proposition d’un accord d’investiture, avec une série de conditions basées sur un programme d’urgence sociale et démocratique, élaboré par de nombreuses personnes et divers courants dans et autour de UnidosPodemos, en préservant en même temps l’indépendance politique de UnidosPodemos depuis le parlement et, surtout, en partant de la volonté de contribuer à récupérer le rôle central de ceux et celles d’en bas. Peut-être, après le débat et la possible approbation au sein des formations qui composent UnidosPodemos, cela serait une voie de sortie à laquelle pourrait également répondre favorablement une majorité des militants du PSOE.

Jaime Pastor, professeur de science politique de l’Université nationale à Distance/ UNED, et éditeur deVientoSur. Publié dans Viento Sur, le 27 septembre 2016 ; traduction A l’Encontre.

 

Article