Face au piège identitaire, la question sociale et démocratique

Face aux surenchères sécuritaires et xénophobes du gouvernement, du Parti socialiste et de la droite, l’urgence est de relancer la question sociale et démocratique afin d’ouvrir le champ d’une alternative.

Rappel des épisodes précédents. Le premier semestre a été marqué par la puissante mobilisation contre la loi El Khomri1. Journées de grève et manifestations unitaires se sont succédé à un rythme inédit depuis longtemps. Le mouvement a été largement et durablement soutenu par l’opinion publique. Des formes dures de conflictualité sociale ont fait irruption : blocages d’établissements scolaires et de raffineries, occupations… L’unité syndicale a montré des convergences nouvelles, et dans la durée. Cette période revigorante pour ceux qui ne se résignent pas à la dilapidation des droits sociaux a aussi été marquée par la naissance, à côté de la mobilisation syndicale, d’un OVNI politique : le mouvement Nuits Debout.

Pendant des mois, à Paris puis dans des dizaines de communes, des milliers de citoyens se sont appropriés des places publiques pour débattre, inventant de nouvelles pratiques d’échanges tout en abordant mille sujets de transformation de l’ordre social. La dynamique a duré beaucoup plus longtemps que ses initiateurs ne l’avaient d’abord envisagé, et si elle s’est interrompue durant les deux mois de trêve estivale, un redémarrage s’amorce depuis quelques jours. Au total, la question sociale a occupé, ces mois-ci, une place de choix dans le paysage politique et médiatique, démentant une nouvelle fois les pronostics des pessimistes professionnels.

Chaos de la guerre, terrorisme

Le premier semestre a été aussi marqué, cette fois au plan mondial, par le conflit en Syrie et ses répercutions. C’est un imbroglio qui se complexifie de mois en mois, où de multiples enjeux géopolitiques s’entrecroisent, sur fond d’alliances incertaines, contradictoires et évolutives. Ce sont pour nous les images du chaos des bombardements de civils et, face au drame et aux grandes puissances qui dominent le jeu diplomatique, l’impuissance évidente de l’ONU. C’est l’enfoncement de la Turquie dans la politique mortifère du pseudo-sultan Erdogan : complicité avec l’État islamique et Damas pour tenter d’écraser les Kurdes. C’est le drame insupportable des migrants, et une Union européenne incapable d’organiser une réponse solidaire, à savoir une politique combinant une recherche active de la paix, la mise hors d’état de nuire des organisations terroristes, l’accueil et l’accompagnement des réfugiés. Au lieu de cela, la plus grande part des pays de l’Union construisent des murs de barbelés, à quelques rares exceptions près (dont celle, notable, de l’Allemagne) : les nations qui disent être solidaires - comme la France - se complaisent à faire semblant. Les mêmes qui s’étaient engagés à guerroyer contre la finance font aujourd’hui la guerre aux réfugiés.

Ainsi, ce chaos guerrier et humanitaire ne peut qu’aboutir à de nouveaux drames. On sous-estime beaucoup, ici, le ressenti de nombreux citoyens face aux images de l’insupportable calvaire des Syriens, et les raisonnements irrationnels ou simplistes qui en découlent : si les grands de ce monde laissent commettre tant de massacres, et en sont en fait les complices, ne faut-il pas que le conflit soit importé dans les pays riches ? n’est-ce pas justice que les peuples des pays riches payent aussi le prix des drames que leurs gouvernants cautionnent ailleurs ? C’est ainsi que les logiques mortifères prolifèrent dans les têtes…

Et voilà que la période des congés débute par la reprise des crimes terroristes, après un faux répit (en fait, tout au long du premier semestre, des attaques ont été tentées ou déjouées). Le 13 juin, c’est l’assassinat à l’arme blanche d’un commandant de police et sa compagne à Magnanville. Le 14 juillet, c’est le massacre de Nice : 86 morts et 484 blessés. Le 26 juillet, le père Hammel est égorgé alors qu’il donne une messe dans l’église de Saint-Etienne-du Rouvray. À chaque fois, il y a un faux débat sur la qualification de terrorisme, et la rhétorique de la surenchère occupe tout l’espace, non tellement parce qu’elle serait convaincante mais parce que le système médiatique dominant fait corps avec les simplismes déraisonnables. Peu importe aux politiques que Daesh cherche précisément à générer une ambiance de peur, politiques et grands médias la confortent pour l’instrumentaliser. Ainsi, une ambiance lourde s’installe : la violence semble possible à tout moment, partout, visant n’importe qui, et face à elle, en miroir inversé, nous avons non pas une puissance publique rassurante à même de nous protéger, mais des États en difficulté et l’impuissante surenchère répressive.

Instrumentation de la peur

Du côté politique, après Nice, au lieu de réactions dignes et courageuses, nous avons dû subir les vaines polémiques politiciennes sur l’insuffisance ou non de la présence policière et sur la possibilité ou non de faire face efficacement à la menace. Il faut croire que les centaines de caméras de surveillance de Monsieur Estrosi ne suffisent pas, alors pourquoi pas des milliers. Notons cependant que douze jours après Nice, lors de l’assassinat du père Hammel, les réactions furent différentes grâce en particulier à celle de l’Église catholique. On souligna que Saint-Etienne-du-Rouvray est une commune où, de longue date, les chrétiens et les musulmans vivent en harmonie et le maire communiste de la ville, Hubert Wulfranc, souligna : « Nous nous assignons ensemble le devoir de fraternité ». La parole des représentants catholiques fut remarquable, coupant momentanément l’herbe sous les pieds des islamophobes et des partisans de toutes les surenchères sécuritaires.

Cependant, alors que la question sociale était entre parenthèses, du fait des congés, la droite, le gouvernement et une partie du PS ont déployé leur zèle sécuritaire. Voilà de quoi masquer leurs incapacités à agir face au monde tel qu’il va… mal. Voilà de quoi les dédouaner de décennies de politiques internationales irresponsables. Manuel Valls, par exemple, mit sur le tapis la question du financement de la construction des mosquées en France, sans interroger les contrats commerciaux mirobolants signés par le gouvernement avec l’Arabie saoudite et le Qatar, c’est-à-dire avec les deux États qui portent aujourd’hui les conceptions de l’Islam les plus rétrogrades et qui ont soutenu (faut-il parler au passé ?), directement ou indirectement, Daesh. Et les candidats à la primaire de droite de surenchérir entre eux : la France est le pays où l’on propose d’ouvrir des Guantànamo, le pays des droits de l’homme où des hommes politiques de premier plan envisage l’incarcération de personnes sur des soupçons... Voilà qu’une large et composite majorité des dirigeants politiques assument explicitement la nécessité d’un recul de l’État de droit, tout en prétendant hypocritement s’y référer (Alain Juppé par exemple). Prenons date, car ces tournants que nous vivons risquent d’avoir des conséquences majeures sur l’avenir du pays.

Dernier acte des congés, si l’on peut dire, ou premier acte de la rentrée, la polémique misérable sur le burkini. On aurait voulu maintenir le curseur de la vie politique du côté sécuritaire, ou empêcher que la rentrée fût marquée par un retour de la question sociale, qu’on ne s’y serait pas pris autrement. La présence de quelques femmes en maillot intégral sur des plages allait devenir le prétexte à des arrêtés d’interdiction de maires (souvent de droite, parfois PS), puis à une nouvelle surenchère de l’État et des chefs de l’opposition (pas tous). Pendant ce temps, les enquêtes d’opinion montrent que près de deux tiers des citoyens indiquent être davantage préoccupés par les questions économiques et sociales que par les questions d’identités et de sécurité.

Question identitaire, xénophobie, islamophobie

Le fait est tout simple : beaucoup d’élus de droite et du PS sont convaincus, comme Manuel Valls selon Le Monde, que l’élection présidentielle se jouera sur les questions de l’identité. Ou plutôt, ils le souhaitent ardemment. Le calcul est limpide : tous sont en échec sur le terrain économique et social ; ils sont incapables de proposer des projets politiques susceptibles de fédérer ; ils sont démunis face au terrorisme ; ils sont entièrement pris dans l’étau de l’austérité et du néolibéralisme, qu’ils ont choisi ; ils n’ont rien à proposer pour l’avenir de l’Union européenne, à partir du moment où ils refusent obstinément de remettre en cause les dogmes libéraux. Pour eux, jouer une musique capable de « réunir les Français », c’est jouer une musique de peur, de xénophobie, parce que c’est elle qui aurait la force nécessaire pour ferrer le poisson-électeur. Et c’est mobiliser le mythe d’une société qui n’existe pas : une société française composée de Blancs, catholiques, hétérosexuels, de familles comptant deux enfants, un poisson rouge, un chat ou un chien. Évidemment, pendant ce temps, Marine Le Pen peut se frotter les mains d’avoir gagné idéologiquement - elle peut même parler de «  l’apaisement par l’autorité  » (histoire de récupérer aussi ceux qui, tout de même, ne se retrouvent pas dans l’actuelle chienlit sécuritaire) -, avant, espère-t-elle, de gagner électoralement.

L’instrumentalisation sécuritaire vient du sommet de la République et des principaux partis. On l’a vu avec les postures politiques après la décision du Conseil d’État de suspendre l’arrêté pris par la municipalité de Villeneuve Loubet. Le Premier sinistre a affirmé que la décision du Conseil d’État « n’épuise pas le sujet » et plusieurs candidats de droite à l’élection présidentielle ont estimé qu’il faudrait donc voter une loi, quitte, si nécessaire, à modifier la Constitution (modifier la loi pour quelques maillots de bain, il faut être Sarkozy pour l’envisager). Résultats de cette séquence : le racisme anti-arabe s’exprime de plus en plus ouvertement et l’Islam devient la catégorie-repoussoir dont les croyants doivent être surveillés (aujourd’hui boucs émissaires, persécutés demain ?). Bien sûr, il y a des réactions, et il n’est pas dit que l’opinion s’aligne globalement sur les positions xénophobes… mais force est de constater que des positions de plus en plus radicales s’affirment de plus en plus ouvertement dans la parole d’État (et de ses prétendants).

Comme l’écrit le sociologue Bouamama, « C’est par en haut que l’islamophobie contemporaine s’est développée en France à coup de débats et de lois successives désignant les musulmans ou les supposés tels comme problème et comme danger. L’hystérisation du débat est le fait des médias et d’une partie conséquente de la classe politique et non d’une brusque et soudaine épidémie d’islamophobie  »2. Une telle situation est rendue possible par le fait qu’« il existe dans la société française un héritage culturel islamophobe hérité de l’histoire coloniale française et qui n’a jamais été déconstruit et combattu sérieusement ».

Dans le genre ignominieux, voici la phrase de Jean-Pierre Chevènement, tout juste nommé président de la Fondation pour l'islam de France : « Il y a à Saint-Denis par exemple 135 nationalités et il y en a une qui a quasiment disparu ». Le sauvageon radical-républicain n’aura même pas le courage d’assumer (ou de reconnaitre un dérapage) : il prétextera, en toute hypocrisie, « je parlais évidemment de la classe ouvrière française »… nationalité que nous ne connaissions pas   Au total, on peut craindre, avec Bouamama, que « ce qui s’est passé cet été n’est rien d’autre que l’effritement de digues idéologiques et politiques à la fascisation. Si l’arrêt du Conseil d’État invalidant les arrêtés est une bonne nouvelle, il n’est pas le remède à la maladie de la société française que révèlent les symptômes de cet été ».

Imposer la question sociale

La gauche d’alternative, une partie du PS et peu de dirigeants de droite ont pris des positions fermement opposées à la stigmatisation des musulmans et à la surenchère répressive. Le PCF, par exemple, s’est fortement exprimé, par la voix de son porte-parole, Olivier Dartigolle : « Est-ce qu’il y a en France un problème de burkini ? Non. Le Premier ministre va sur un terrain glissant. (…) Il ne faut pas faire le jeu des terroristes. C’est un climat pourri, l’air est vicié ». Et de dénoncer l’objectif de Valls : éviter un débat sur le fiasco du quinquennat. Les associations comme le MRAP ou la LDH sont évidemment montées au créneau, de même que des personnalités. Mais, jusqu’à présent, l’absence de manifestations permettant de faire émerger une expression citoyenne laisse les protestations dans un champ essentiellement symbolique.

La question n’est pas de nier la question sécuritaire. À ce propos, si la gauche apparait toujours en difficulté, ce n’est pas parce qu’elle serait mal à l’aise avec la répression du terrorisme, mais du fait de la difficulté à affronter les discours sécuritaires et xénophobes : ceux-là ne s’embarrassent pas de raison et d’analyse, ils font appel aux réactions primaires, usant sans vergogne de la peur ; or, nous devons pour notre part parler des causes, essayer de comprendre, déconstruire les fantasmes et construire des raisonnements. C’est pourquoi, face à l’actualité immédiate, la gauche d’alternative est appelée à creuser son propre sillon, portant une autre logique.

Venons-en aux scrutins de 2017, qui surdéterminent déjà l’agenda politique. Disons en premier lieu, en forme de lapalissade, que si la question sécuritaire occupe tout l’espace, il sera particulièrement difficile d’imposer un véritable débat public sur les politiques économiques, sociales, éducatives, culturelles et écologiques. La relance du mouvement contre la loi El Khomri, et, surtout, l’affirmation dans l’espace publique du besoin d’une alternative sociale, écologique et démocratique sont décisives, permettant de rompre le consensus PS-Droite-FN sur l’essentiel des politiques. Inversement, parvenir à imposer la question sociale au cœur des débats des prochains mois ouvrirait un espace politique considérable. On a d’ailleurs vu que le Front national a été quasi contraint au silence pendant le mouvement du premier semestre. La poursuite des luttes sectorielles, notamment écologiques, et leurs convergences, sont de puissants enjeux, de même que l’ouverture de nouveaux fronts de mobilisation, qui peuvent contribuer à déterminer le champ politique, c’est-à-dire les terrains d’affrontement avec les adversaires de l’émancipation.

Affronter la surenchère sécuritaire

En deuxième lieu, il faut avoir le courage d’affronter la surenchère sécuritaire. Si l’on pense qu’en ces temps de menace terroriste renforcée, elle risque de tout importer, alors il faut articuler un discours sur ces sujets. C’est l’exigence d’une politique étrangère différente : au service de la paix, rompant avec les surenchères guerrières, contestant les contrats commerciaux avec les pays qui financent Daesh (sujets sur lesquels nous pouvons être en position de force) ou encore défendant l’accueil des réfugiés. C’est aussi assumer l’ouverture d’un débat sur la laïcité, pour y défendre une laïcité ouverte, respectueuse de toutes les croyances et de leurs expressions, tout en s’opposant à tous les racismes et à l’islamophobie. C’est la nécessité de moyens renforcés pour la prévention et l’éducation, pour une police de proximité et pour le renseignement, pour une justice de qualité… toutes priorités qui sont aujourd’hui, en réalité, complètement minorées (le gouvernement multiplie des effets d’annonces alors que ses politiques de restriction restent les mêmes). Soulignons que ces exigences contredisent de front la logique de diminution des services publics : nous avons là un champ sensible dans l’opinion publique, mais que nous laissons sous-investi. Raccorder les enjeux sociétaux et la question sociale au sens large est une manière d’ouvrir de nouveaux horizons (en prolongeant la critique radicale de l’austérité, qui mérite elle-même de revenir sur le devant de la scène).

En troisième lieu, la question de la transformation des institutions et de la refondation de la démocratie est aussi un champ où la gauche d’alternative peut maintenant être en position de force. En effet, la critique de la démocratie représentative et du régime des partis trouve un puissant écho dans la société ; l’exigence du dépassement des formes actuelles de la démocratie, pour donner davantage de pouvoir à la société rencontre des aspirations profondes à maîtriser sa vie ; l’exigence d’une VIe République incarne déjà l’exigence d’une nouvelle ère démocratique, sur un registre positif.

Au total, là où jusqu’à présent le curseur de la vie politique oscille entre la question sociale et la question sécuritaire (avec son corollaire la diabolisation de l’Islam), marier la question sociale et la question démocratique pourrait ouvrir des horizons nouveaux en contribuant à faire germer, dans la rue et dans les urnes, des aspirations déjà présentes. Encore faudrait-il que les forces et les citoyens disponibles pour cela se retrouvent en confiance dans des espaces politiques communs.

Gilles Alfonsi. Publié sur le site de Cerises.

1. Lire, sur l’analyse du mouvement la contribution de Jean-Claude Mamet, ici :
syndicollectif.fr/premieres-reflexions-bilan-sur-le-mouvement-contre-la-loi-travail/

2. Lire "Leçons et conséquences d’un été révélateur : la construction progressive des conditions d’un pogrome".
bouamamas.wordpress.com/2016/08/31/lecons-et-consequences-dun-ete-revelateur-la-construction-progressive-des-conditions-dun-pogrome/#more-306

Article