GU tendance "Exclu-e-s"

Quelle angoisse ! J’apprends lundi 25 nov. 13 22h19 que je suis exclu de Gauche Unitaire, alors que je n’ai même pas eu le temps d’adhérer à « e-mages »[[ENSEMBLE Mouvement pour une Alternative de Gauche Ecologique et Solidaire]] ! Une nuit entière dans le vide organisationnel. Ce qui au passage invalide l'argument de la "double appartenance" sauf à juger sur les intentions !

Certes j’ai connu cela, ne plus appartenir à une organisation politique, lorsque j’ai quitté, après  30 ans d’activités (en juin 2007), la LCR pour cause de cassage des collectifs antis libéraux. Je ne reniais rien de ce qui fut une passionnante et riche expérience militante. D’autres l’ont dit mieux que moi[[Jacques Lerichomme : http://blogs.mediapart.fr/blog/jacques/261113/j-ai-ete-exclu-hier-soir-d... ]]. J’ai alors erré dans l’espace intersidéral, comme Georges dans Gravity. Mais c’était un choix en connaissance de cause et faute de pouvoir faire autrement. Pas de station russe ou chinoise en déshérence ! Vers qui me tourner !

J’ai adhéré, sans carte et sans hésiter une seconde, à la naissance du Front de Gauche. A  l’époque, il fallait passer par une organisation. Là non plus pas d’hésitation ce serait GU. J’y retrouvais une partie de mes camarades. Et puis, on me rassura GU n’était qu’une « auberge espagnole » (rien de péjoratif à cela), « ni PC, ni PG », une structure transitoire appelée à se dépasser très vite.

Cela m’allait très bien. Je n’avais nulle envie de re-construire un groupuscule avec l’objectif de passer de 150 à 200. Je n’ai jamais, mes camarades de Lyon me l’ont à juste titre assez reproché, eu envie de « construire » GU. Dès le départ, et aujourd’hui encore, je n’ai eu comme seule boussole que la construction, le développement, l’affirmation du Front de Gauche comme une force politique, digne de ce nom, capable d’impulser le programme politique dont nous avons besoin. Pas vraiment de tout repos, mais la campagne présidentielle m’a confirmé dans ce choix.

Comme les décisions de CA, de GA, de la FASE, des Alternatifs de rejoindre le FdG confirmaient que la dynamique, même poussive, était en marche.

J’ai toujours milité pour des adhésions directes, pour que le FdG devienne, vite, autre chose qu’un cartel électoral qui fonctionne mal en plus. J’ai donc signé et appelé – on « Appel » beaucoup depuis quelques années ! Parfois faute de mieux ! – avec toutes celles et ceux qui comme moi avait cette conviction au ventre, au cœur et à l’esprit.

C’est ainsi que j’ai signé l’appel dit de Médiapart « {{Ce monde n'a aucun sens, inventons-en un autre! »[[Le 14 avril 2012 par Christophe Aguiton, Clémentine Autain, Jean-Jacques Boislaroussie, Jean-Michel Drevon, Jacqueline Fraysse, Razmig Keucheyan, Stéphane Lavignotte et Myriam Martin.

]]. }}Provoquant avec mes ami-e-s de GU (celles et ceux excluent avec moi hier !) quelques crispations sur les rythmes, les formulations, pas l’objectif.

Démarche qui vient, grâce à la détermination des organisations membres (y compris la majorité minoritaire de GU) et des individualité-e-s  engagé-e-s, d’aboutir à la création d’« ENSEMBLE » ce dernier WE. Qui l’eut cru il y a seulement un an ?

Une minorité-majoritaire de GU, autour de quelques camarades dirigeant-e-s ont depuis longtemps – le livre de Christian Piquet interpellant ses camarades du PS ne date pas de cette année – évolué vers une orientation politique qui n’est pas la mienne. Même sur le terrain de la démocratie interne plusieurs alertes m’avaient confirmé dans la nécessité d’un dépassement rapide de nos micros organisations.

Les désaccords politiques avec une direction ne sont pas un problème. Simplement je ne m’y reconnais pas du tout. Ils et elles sont minoritaires, comme le vote démocratique des adhérent-e-s de GU l’a démontré sur le texte « municipales ». C’est notre orientation qui a été clairement majoritaire. Seulement voilà, celles et ceux qui comme moi, privilégiaient la dynamique à l’appareil se sont laissés avoir (ils/elles ne peuvent d’ailleurs ne s’en prendre qu’à eux/elles). La pseudo unanimité du congrès (mais qui aurait fait une tendance dans une organisation de 300 membres ?) cachait nous le savions, pour certain-e-s, d’autres l’ont découvert, de réelles divergences. Trop tard, nos bureaucrates aux petits pieds avaient fait ce qu’il fallait pour se prémunir d’une majorité.

C’est pitoyable et grave, pour l’image que cela donne. Pour tous ceux, toutes celles qui ont avec conviction et opiniâtreté construit Gauche Unitaire depuis sa création et dont je suis totalement solidaire.

Au Mans, 6 élu-e-s communistes sur 7 ont décidé de rejoindre la liste PS, malgré le vote large des communistes pour une liste Front de Gauche en rupture avec l’austérité et les politiques néo-libérales. Et bien le PCF n’envisage pas de les exclure, car « sauf crime, chez nous on n’exclut plus ! ».

Alors quel crime avons-nous commis ? Nous ne le saurons pas puisque nous n’étions même pas présent-e-s au jugement. Exclu par contumace !

Quel abominable « exemple » pour tous les militant-e-s du Front de Gauche. Pour celles et ceux qui, encore, regarde du coté des politiques.

Et maintenant ?

Je viens à l’instant d’adhérer à « ENSEMBLE »[[http://www.ensemble-fdg.org/ ]]. Quelle efficacité ce mouvement du WEB2 !

Je sais que nous avons des différences, des divergences, des débats difficiles à faire avancer et cela, comme le disait Jeannette et Pierre Z dimanche, dans un contexte où le mouvement social ne nous aide pas vraiment. Chacun-e l’a dit, posé sur la table et c’est bien ainsi.

Comme pour le FdG j’espère que notre nouveau mouvement, tout en gardant ses caractéristiques, dépasse très vite les petites organisations existantes. Ce qui ne signifie pas dissoudre les réels courants d’idées, culturels, les pratiques qui nous sont propres. Marxiste révolutionnaire (et non pas troskyste !) j’étais à la LCR, M.R. je reste dans notre mouvement. D’autres ont une histoire plus « communiste », d’autres plus « Rouge et Vert ». Nul doute que ces courants d’idée là perdureront plus longtemps que les organisations censées les porter. Ce n’est à mon sens non seulement pas un problème mais une richesse. J'ai appris, en 10 ans de co-direction de la FSU, que dès lors que l'on s'en donne les moyens, les contradictions sont le moteur de l’invention, de l'intelligence collective.

Je ne renie rien de mon histoire, de mes erreurs comme de nos succès, j’entends continuer à défendre mes convictions, quitte à les voir évoluer, avec les militant-e-s de GU (tendance exclu-e-s), mais sûrement, aussi, avec d’autres, nous serons un des éléments de cette diversité que fédère {{« e-mages »}}. Je vais rester sur la joie de ce WE.

Jean-Michel Drevon 72

Blog
Auteur: 
JMDrevon