À Idleb, ne devenez pas les Ponce Pilate spectateurs du massacre des Syriens

Appel aux dirigeants des grandes puissances démocratiques

Les déclarations de Vladimir Poutine et Hassan Rohani, lors de la rencontre tripartite avec la Turquie vendredi 7 septembre 2018 à Téhéran, considérant que la dernière grande enclave rebelle doit retourner dans le giron du régime syrien et assurant que les combats se poursuivraient tant que les « terroristes » n’auront pas été chassés [ Moscou et Téhéran désignent de fait par ce terme tous les opposants au régime de Bachar Al-Assad, y compris femmes et enfants, en bombardant habitations, hôpitaux et écoles ] laissent présager que le scénario tant redouté d’une catastrophe humanitaire est sur le point se de réaliser.

Les Russes et les Iraniens avancent leurs pions en encerclant la région et, comme pour signifier qu’ils n’ont en aucune façon l’intention de privilégier une solution diplomatique, l’aviation russe frappait la province d’Idleb au moment même de la réunion.

Les déclarations de Washington, Paris et Londres, qui n’envisagent d’intervenir qu’en cas d’usage d’armes chimiques, font figure de permis accordé à Vladimir Poutine et Bachar Al Assad de massacrer les populations à l’aide d’armes conventionnelles, de privation de nourriture et de bombardements de barils de poudre. Cela dit, les États-Unis ont qualifié ces derniers jours comme « inacceptable » toute intervention russo-irano-assadienne – pas seulement chimique – à Idleb. Pour une fois, les Américains, et avec eux les pays européens, vont-ils dépasser leur habituelle pusillanimité sur la Syrie ?

Une offensive sur la région d’Idleb du régime et de son allié russe ne peut que générer des centaines de milliers de réfugiés, qui se trouveront en errance entre la Syrie et la Turquie. Ce vendredi 7 septembre devant le Conseil de sécurité de l’ONU, l'ambassadeur français François Delattre a souligné qu'Idleb représentait une « bombe à retardement humanitaire et migratoire ». Il s'est notamment prononcé contre des « évacuations forcées » contraires au Droit International.

Vladimir Poutine n’a que faire des déclarations outragées et des condamnations suscitées par ses assauts contre les civils. Les dirigeants des grandes puissances démocratiques ne peuvent l’ignorer : seul compte le rapport de force. Mais ce rapport de force est manifestement loin des nécessités ; il n’est aujourd’hui que le reflet de l’affadissement et du manque de courage de nos démocraties face à la barbarie.
S’ils laissent commettre demain à Idleb l’éradication des rebelles modérés et de leurs familles, que diront les dirigeants des grandes puissances démocratiques aux Syriens qui, par colère, dépit et désespoir, risquent de se détourner des valeurs du Printemps syrien 2011 pour s’engager vers le fanatisme et l’obscurantisme ?
Contact : collectif.PSLD@gmail.com

ORGANISATIONS : COLLECTIF POUR UNE SYRIE LIBRE ET DEMOCRATIQUE (CPSLD) ; SYRIENS CHRETIENS POUR LA PAIX (SCP) ; MÉMORIAL 98 ; ENSEMBLE ! ; EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS (EELV) ;

PREMIERS SIGNATAIRES : Dr. Samira MOBAIED, Pdte des Syriens Chrétiens pour la Paix (SCP) en France ; Aïcha ARNAOUT, poète ; Farouk MARDAM BEY, Éditeur ; Sophie CLUZAN, Archéologue, Conservateur du patrimoine ; René NATOWICZ, Professeur ; Jacques GAILLOT, Évêque émérite de Partenia ; André GRIMALDI, Professeur émérite au CHU Pitié - Salpêtrière ; Éric FAVEY, Pdt de la Ligue de l’Enseignement ; Françoise DIEHLMANN, ex Conseillère régionale d’Île de France ; Isabelle HAUSSER, Écrivaine ; Quentin GUILLEMAIN, Pdt de Cosmopolitan Project Foundation ; Michel KILO, Pdt du Forum Démocratique Syrien ; Irène GOLDSTEIN, Collectif des Amis d’ALEP ; Raphaël PITTI, Médecin Humanitaire, Conseiller municipal de METZ ; Dominique CAMBIANICA, Pdte du COMSYR ; Albert HERSZKOWICZ, Médecin, Pdt de MEMORIAL 98 ; Catherine COQUIO, Universitaire, Paris 7 ; Nathalie SAYAC, Universitaire ; Joëlle BURNOUF, Professeure émérite d’Archéologie Médiévale à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Marie PELTIER, Historienne ; Alain POLICAR, Agrégé de sciences sociales, Chercheur au CEVIPOF ; Gérard ASCHIERI, syndicaliste ; Michelle LAUTON, MCF honoraire (Paris-Sud) ; Christian TERRAS, GOLIAS ; Michel MORZIÈRE, Militant des Droits humains ; Marie-Geneviève GUESDON, Conservateur de bibliothèque ; Gérard LAUTON, Universitaire ; Hélène ROUDIER DE LARA, Professeur agrégée de Philosophie ; Bernard J. HENRY, blogueur ; Haetham AL ASWAD, Étudiant ; Annie SARTRE-FAURIAT, Professeur des universités émérite ; Christian GILAIN, Professeur des universités émérite ; Philippe DE LARA, Philosophe, MCF en Science politique à l'université Paris 2 ; Béatrice SOULÉ, Productrice, Réalisatrice ; Philippe BÜTTGEN, professeur de Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Emmanuel WALLON, professeur de Sociologie politique à l'université Paris Nanterre ; Jacques BOUTAULT, Maire du 2e Arrdt et Conseiller de PARIS ; Yannick JADOT, Député européen ; Annie LAHMER, Conseillère régionale d’Île de France...

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-dirigeants-%C3%A0-idleb-ne-devenez-pas-les-ponce-pilate-spectateurs-du-massacre-des-syriens?recruiter=32146799&utm_source=share_petition&utm_medium=twitter&utm_campaign=share_petition

 

 

Article