JLM, la France, le Vel d'Hiv et la République

Je viens de lire avec une grande attention, une fois n’est pas coutume, le billet du 17 juillet de JLM sur son blog.

Ce billet est en 2 parties.

La première porte sur les ordonnances du gouvernement pour modifier en profondeur le code du travail. La verve et le talent de JLM s’y expriment avec pédagogie et convictions. Comme à son habitude, quand il aborde ces sujets sous l’angle de la confrontation capital travail, JLM va à l’essentiel et se situe sur une ligne de classe, celle du monde du travail !  

Bien entendu, sur cette partie il y aurait matière à débattre, à compléter ou contredire sur tel ou tel point, les propos de JLM. Mais le débat contradictoire, parfois virulent, est un héritage du mouvement ouvrier, de sa diversité et de son histoire. Cette discussion est nécessaire, avec la volonté de progresser collectivement sur ces questions. Mais comme je l’ai dit, JLM se situe incontestablement sur le terrain de la lutte des classes en ce qui concerne la loi Macron du code du travail. Face à l’agression sociale que constituent ces ordonnances, l’urgence est de faire Front Commun !

Mais ce qui suscite ma réaction, c’est la deuxième partie de son billet, et plus particulièrement la fin du billet, dans laquelle il réagit à la déclaration de Macron sur la responsabilité de La France dans la rafle du Vel d’Hiv.

JLM reprend la position traditionnelle (de De Gaulle à Mitterand) que Vichy ce n’était pas la France. Il complète cette position par l’affirmation que « dire que la France, en tant que peuple, en tant que nation est responsable de ce crime c’est admettre une définition essentialiste de notre pays totalement inacceptable. La France n’est rien d’autre que sa République. »

Si La France n’est que sa République, on pourrait convenir qu’en 1942, au moment de la rafle du Vel d’Hiv, la République étant abolit par la révolution nationale du Maréchal, la France n’est pas ce gouvernement.

Mais sur le temps long historique, cette assertion nous amène à considérer que la France disparu et réapparu entre 1792 et l’avènement de la 3ème république dans les années 1870.

Plus sérieusement et plus proche de 1942, est ce la France, ou pas, qui organise en 1940, avant les pleins pouvoirs donnés à Pétain, qui organise une autre rafle, toujours au Vel d’Hiv ?

Le 15 Mais 1940, le très républicain gouvernement de Paul Reynaud organise l’arrestation de 5000 femmes. « Avis à la population, les femmes célibataires et mariées sans enfant rejoindront le Vélodrome d'Hiver » Voilà l’ordre adressé aux forces de l’ordre par le gouvernement de la République française. L'injonction s'adresse aux immigrées d'origine allemande, juives, communistes, opposantes, toutes celles qui s'étaient réfugiées à Paris, fuyant leur pays sous la botte nazie depuis le milieu des années trente.

Certes, il n’y a pas d’enfants, certes elles ne sont pas toutes juives, mais 5 000 femmes sont entassées au Vel d’hiv puis transportées (déportées ?) au camp d’internement de Gurs dans les Pyrénées Atlantiques.

A l’entrée de ce que fut ce camps, il est rappelé ceci : « ici furent interné 23 000 combattants républicains espagnols, 7000 volontaires des brigades internationales, 120 patriotes et résistants français, 12860 juifs immigrés en Mai Juin 1940, 6500 juifs allemands du pays de Bade, 12000 juifs arrêtés sur le sol de France par Vichy. 1939 1944 Souvenez vous ! »

Si, ici, il est fait une distinction entre mai/juin 1940 et Vichy, il est tout de même difficile de percevoir une différence de nature entre les deux périodes. En tout cas la performance du Gouvernement Républicain est à souligner !

Tous, ou presque, finirent dans les camps de concentrations ou d’exterminations, Rouge ou Juif ou les deux !

En suivant le raisonnement induit par l’argumentation de JLM, on peut se demander, quand la France, qui n’est que sa République, a-t-elle cessé d’être ? En tout état de cause avant la suppression de la République !  

En fait, il suffit de reprendre le fil de la lutte acharnée contre le fascisme et le nazisme, pour voir que de la déclaration du patronat français en 1935 « plutôt Hitler que le Front Populaire » à la collaboration Active de l’Etat français à la mise en œuvre de la solution finale, il y a une continuité et une lente adaptation aux plus terribles circonstances de la lutte.

Pétain, ce n’est pas la disparition de la France et de sa République, c’est aussi l’exacerbation de la lutte contre le péril rouge dont le fascisme a été la forme la plus virulente. Dire cela ce n’est nié la spécificité raciste et antisémite du régime nazi.

Mais le patronat allemand n’a pas été le seul à profiter ou à s’adapter à la politique du régime nazi. Les Maitres de forge en France se sont coulés par lâcheté ou cynisme, à moins que cela ne soit par intérêt, dans la collaboration. Combien ont-ils été déchus de leurs prérogatives, de leur rang social, lorsqu’en 45 la France dans République fut revenue ???

Bien entendu la lutte contre le nazisme ne peut se résumé par l’unique lutte des classes. Mais force est de constater que la lutte de classe n’avait pas disparue dans la lutte contre le nazisme.

Bien entendu, La France ne peut être niée, elle existe comme langue, comme pays, comme histoire, comme Etat. Mais c’est une réalité mouvante, changeant au gré de l’évolution historique et des rapports de force.

Que dire de la République qui tout au long de son histoire incarna à la fois l’espoir d’émancipation de la Révolution, la fameuse « sociale » rêvée par les révolutionnaires du 19ème siècle, et l’autoritarisme de l'Etat. Et nous ne parlerons pas de la République coloniale, de ses massacres et de ses guerres.

On objectera qu’il nous faut prendre en compte que les valeurs de la République, que les conquêtes sociales, La liberté, l’Egalité….

Mais ces valeurs, ces conquêtes ne sont que le résultat des luttes sociales. La République ne se rempli d’un contenu social et émancipateur que sous la poussée de la lutte des classes. Le reste du temps, la République s’incarne dans les politiques concrètes de l’Etat et elle réprime le salariat révolutionnaire, elle soumet par la violence les peuples à coloniser et elle enferme au Vel d’Hiv, les opposants, les réfugiés, les indésirables, les Rouges et les Juifs …..

Blog
Auteur: 
Alex72