Jusqu’au bout du suspense…

Cette fois, nous y sommes. Les urnes dénoueront dimanche l’incroyable imbroglio d’une longue année pré-électorale. Dans l’instant, on ne sait qu’une chose : rien ne sera plus comme avant.

Il y eut dans le passé des élections présidentielles que l’on pensait décisives, dès le début, et qui l’ont été : ce fut le cas en 1981. Il y en eut d’autres qui furent des surprises totales, comme celle de 2002. Celle de 2017, elle, semblait jouée par avance. La gauche était enlisée par un quinquennat désastreux. On attendait une percée spectaculaire du Front national et, tout naturellement, une victoire de la droite. On se préparait même, bon gré mal gré, à un remake caricatural de 2012. Nicolas Sarkozy avait repris en main l’UMP et le PS cherchait à mettre en selle, au nom du vote utile, un des ténors de l’exécutif, si possible François Hollande, à défaut Manuel Valls. Dans les deux camps, des primaires étaient organisées, pour donner le plus de légitimité possible aux candidatures censées être les plus efficaces contre une Marine Le Pen sûre de parvenir au second tour.

Le PS dans la nasse
Nous n’avons rien eu de cela. La droite était pourtant à l’offensive et Alain Juppé caracolait en tête de tous les sondages, au point de séduire une partie de la gauche à la recherche d’un moindre mal. Or les électeurs de la primaire des droites ont préféré une droite bien à droite : Sarkozy trop discrédité, l’inattendu François Fillon a été choisi, plus proche de la droite radicalisée qui avait occupé la rue avec la Manif pour tous.

La même hécatombe a eu lieu du côté socialiste, terrassant tous les favoris, les uns après les autres. François Hollande jeta le premier l’éponge en décembre, écrasé par la batterie désastreuse des sondages d’opinion. Et, comme à droite, les électeurs de la primaire socialiste ont écarté le centrisme social-libéral de Manuel Valls et préféré même, au vibrionnant et médiatique Arnaud Montebourg, la figure plus sérieuse et plus classique d’un Benoît Hamon.

Au début de 2017, l’option centriste a du plomb dans l’aile, à gauche comme à droite. En apparence seulement… En novembre 2016, Emmanuel Macron sort du bois, récuse la "Belle alliance populaire" du PS et décide de présenter sa candidature, sous les couleurs de son mouvement En marche !. Très vite, il profite des difficultés de la droite parlementaire, plombée par les déboires judicaires de son candidat. Le centre-droit ayant été écarté, le centre-gauche a la voie libre, jusqu’à obtenir le ralliement de François Bayrou.

Le PS est pris dans la nasse. Il a sur sa droite un Macron entreprenant, qui propose d’aller jusqu’au bout de la logique du quinquennat et de se dégager des emprises partisanes. Et il a sur sa gauche Jean-Luc Mélenchon, qui réclame une rupture, qui se présente lui-même en dehors des partis et qui, à la différence de son ancien allié communiste, refuse absolument le jeu de la primaire, qu’il juge mortel pour la gauche.

La "primaire citoyenne" du PS ne connaît pas le succès escompté, mais, dans un premier temps, elle nourrit l’idée que le candidat retenu, Benoît Hamon, est désormais le pivot d’une gauche malade. Cette impression fugace n’a pas longtemps résisté au principe de réalité. Le "frondeur" Hamon a été ministre de Manuel Valls et, de plus, il ne rassemble pas son propre camp, qui lui fait bien vite défaut. Dès lors, comment pourrait-il rassembler la gauche ?

Mélenchon, le peuple et la gauche
C’est alors que, à son grand dam, s’impose le phénomène Mélenchon. Quand se pointe le printemps, la situation politique se complexifie. Marine Le Pen est moins conquérante que ne le suggéraient les mois précédents (la percée FN aux régionales). Le candidat de la droite est empêtré dans ses affaires. Or la politique française, même en crise, a ses règles : on passe difficilement de la droite à la gauche et réciproquement ; ce qui importe est de savoir quel est le camp le mieux ou le moins mal mobilisé. La droite en panne, la gauche peut se sentir revigorée.

Mélenchon saisit l’occasion. Il s’est engagé très tôt dans le marathon électoral. Il a refusé les compromis boiteux, au risque d’apparaître solitaire. Comme Macron, il est à l’écart de structures partisanes très discréditées. Il en est à sa deuxième campagne électorale. Et il a son talent d’orateur, de pédagogue et de débatteur. Il sait innover dans les formes, user de la technologie et des réseaux sociaux. Il sait imposer un récit, marier le cœur et la raison. Officiellement, il ne veut pas rassembler la gauche, mais le peuple. Mais le 18 mars, place de la République, autour du thème dynamique de la refonte républicaine, il convoque dans un discours flamboyant tous les repères, les symboles, les lieux, le panthéon de la gauche française.

En quelques semaines, il renverse le courant, engage une remontée spectaculaire et inédite dans les sondages, rattrape Fillon et apparaît désormais comme un postulant crédible au second tour. Surclassant le malheureux Hamon, il s’impose en quelques semaines comme le vote utile à gauche, et d’une gauche qui peut l’emporter, à rebours de toute attente, contre tous les meccanos électoraux.

Pourra-t-il aller jusqu’au bout ? Les intentions de vote, plus qu’un espace de sympathie, annoncent-elles un vote effectif ? Nul, bien sûr, ne peut à ce jour répondre à cette question. Aucune hypothèse ne peut donc être écartée ; tout est possible. D’ores et déjà, deux certitudes peuvent toutefois être retenues, au cœur d’une politique en crise. Sauf improbable miracle, c’en est fini du PS mitterrandien d’Épinay. Un cycle de quarante-six ans s’achève, qui aura permis au socialisme de dominer la scène de la gauche française. Cette gauche, ce faisant, est sommée de se refonder, de la cave au grenier.

Par ailleurs, quoi qu’il arrive, la gauche de gauche aura marqué la présidentielle de 2017. Jean-Luc Mélenchon a son style, sa manière, ses mots et une certaine façon d’exprimer sa cohérence. On l’a souvent dit ici même : on aime ou on n’aime pas. Il reste que, avec ténacité et passion, le leader de la France insoumise a réussi ce que nul n’avait su faire auparavant : il a redonné à la gauche sa fierté et sa fibre populaire. En cela, si nul ne peut dire l’avenir, chacun peut au moins convenir que rien ne sera plus comme avant.

Roger Martelli. Publié sur le site de Regards.

http://www.regards.fr/qui-veut-la-peau-de-roger-martelli/article/jusqu-a...

Article