La bouderie du Parti de Gauche

 

Cela pourrait sembler anecdotique : le Parti de Gauche a décidé de « suspendre » sa participation au Parti de la Gauche Européenne. Anecdotique parce que le PGE est – hélas – une structure assez confidentielle dans le paysage politique. Pourtant ce choix, qui survient en pleine crise du Front de Gauche n'est pas anodin.

A l'origine de cette décision dommageable, le choix du congrès du PGE de reconduire Pierre Laurent à sa présidence. Le PG a bataillé contre cette élection au motif que Pierre Laurent a soutenu, à Paris et dans certaines autres villes, le choix de listes communes du PCF et du PS pour les élections municipales. Il ne peut s'agir de minimiser la faute politique que constitue un tel choix, et un tel soutien. On remarquera toutefois que le même Pierre Laurent a soutenu, dans d'autres villes, le choix inverse de listes du Front de Gauche, et que des listes d'unions avec le PS ont été constituées ici et là par le PCF sans que Pierre Laurent n'y intervienne. Ce qui est personnalisé comme une opposition à Pierre Laurent est donc en fait une opposition à la stratégie à géométrie variable du PCF pour les élections municipales ; et c'est à juste titre que le PG s'oppose à cette stratégie. Mais si le choix du FdG consistait à ne s'allier qu'avec des formations d'accord sur tout, son rabougrissement et son échec seraient assurés. Il est vrai comme le dit le PG que le FdG est d'abord une stratégie, mais il est aussi un rassemblement dans lequel les stratégies peuvent être variées. Autrement dit, pour chacune de ses composantes, le FdG est une stratégie, mais la stratégie du FdG lui-même ne peut être que la résultante des stratégies de ses composantes : la constitution d'une stratégie commune et unique, assurément nécessaire, est un processus qui n'est pas achevé, loin s'en faut. En l'occurrence, la stratégie du PCF doit être critiquée, et c'est à juste titre que le PG a refusé dans les villes concernées de s'y plier. Mais cela ne fait pas du PCF pris dans son ensemble un ennemi du genre humain avec lequel aucune collaboration ne serait possible. L'Union est un combat, pas une lutte à mort.

Lors du meeting de lancement de la campagne municipale à Paris, Jean-Luc Mélenchon s'était plu à énumérer les villes où il avait tenu meeting avec des dirigeant-e-s du PCF pour les municipales. Par là même, il reconnaissait le PCF comme son allié dans le Front de Gauche. La question serait donc simplement celle de la personne de Pierre Laurent. Or, il n'appartient à personne d'autres que les membres du PCF de déterminer quel-le-s sont leurs dirigeant-e-s et représentant-es.

À l'échelle de l'Europe, l'enjeu des élections municipales de Paris est certainement médiocre. La reconduction à la tête du PGE du secrétaire national du PCF ne peut s'expliquer par le choix que ferait le Parti de la Gauche Européenne d'approuver les alliances avec le social-libéralisme, mais plus simplement par le prestige, justifié ou non, du plus important parti communiste de la région. Rien donc qui justifie que le PG y « suspende » son activité.

Or, cette « suspension » intervient alors que le Front de Gauche traverse une crise qui met en péril son existence même. Et elle est en elle-même un indice de cette crise. On dit que Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent ne se sont pas salués depuis la Fête de l'Humanité en septembre dernier. C'est un peu peu. Sans doute, si le FdG avait su dépasser sa structure de simple « cartel » à visée essentiellement électorale, ces tensions auraient pu être évitées. Et sans doute il n'est pas trop tard pour agir en ce sens. Plus que jamais, la question de la démocratie interne du Front de Gauche et des adhésions directes est posée.

Quant au parti de la Gauche Européenne, quel que soit son caractère embryonnaire, il constitue le seul regroupement européen de forces de la gauche radicale. Il se propose de mener à l'échelle européenne la prochaine campagne des élections européennes, avec Alexis Tsipras – le dirigeant grec de Syriza – comme chef de file. Le bouder comme le fait le PG constitue sans doute une manifestation dommageable d'infantilisme de gauche.

Blog
Auteur: 
Laurent Lévy