La Marche mondiale des femmes à Nantes...

C'est par un week-end ensoleillé quoique venté que la Marche mondiale des femmes s'est installée à Nantes, place de la petite Hollande. Au menu le samedi : installation d'un village avec les stands des associations qui le souhaitaient. Associations féministes (collectifs de la marche de plusieurs régions, dont nos camarades de Drôme/Ardèche, avec une fanfare), les plus connues comme le Planning Familial, Le Nid, Femmes Solidaires, Espace Simone de Beauvoir, mais aussi groupes de quartiers, MRAP, LDH, syndicats et j'en oublie. Toute la journée les débats se sont poursuivis sous la tente centrale, caravanières, contre les violences, sur migrations et mondialisation, travail et autonomie financière. J'ai présenté les loi Macron et sur le dialogue social en axant sur les attaques aux droits des femmes qu'elles accentuent.

La commission féministe d'Ensemble!44 s'est partagée entre le stand du comité de vigilance féministe, qu'elle animait  grâce à son quizz sur la MMF (à retrouver sur note site local http://ensemble44-fdg.org ) qui a eu un franc succès (mais d'autres documents étaient présentés, sur la sexualité et l'égalité) et le stand intersyndical CGT, FSU et Solidaires, dont vous pouvez admirer la magnifique banderole. Un tract  intersyndical avait été rédigé également.

En fin d'après midi, la manifestation s'est ébranlée, avec un renfort de poids, celui d'un important groupe de kurdes, femmes et hommes, protestant contre le récent attentat et pour l'égalité. Cette manifestation revendicative et colorée a sillonné les rues de Nantes. Elle a ensuite rejoint la salle de l'Egalité pour une soirée festive: diaporama commenté par des manifestantes ayant été présentes au départ de la Marche en Turquie, paroles de migrantes, chants et animations.

Le dimanche matin, poursuite des débats avec des intervenantes très intéressantes sur la montée des extrémismes religieux et des extrêmes droites, puis sur justice climatique et souveraineté alimentaire, avec une journaliste brésilienne remarquable. Et la journée s'est clôturée par un pique-nique.

Qu'on se le dise, pour une mobilisation nationale, qui n'a lieu que tous les 5 ans, la participation (600 personnes à la manifestation) n'était pas à la hauteur des attaques contre le mouvement ouvrier et la situation des femmes dans le monde. La commission féminisme locale d'Ensemble tirera le bilan de notre faible engagement, et la commission nationale qui tient une réunion ce dimanche 21 juin essaiera d'y apporter des explications.

Aline Chitelman

 

Article