La résistance palestinienne perd l’une de ses jeunes figures

Basil al-Araj est né dans le village de Walaja, en Cisjordanie, en 1985. Écrivain et jeune intellectuel palestinien, il était connu pour son travail de collecte de l'histoire orale palestinienne, bien qu'il ait étudié les sciences pharmaceutiques en Égypte. Actif au sein de la résistance palestinienne, il sensibilisait la jeunesse à l'histoire de son peuple et de sa lutte. Il se transformait volontier en guide pour celles et ceux qui souhaitaient comprendre sur le terrain comment la politique coloniale d'Israël s'opère. Il reste également dans les mémoires pour son activisme contre le Mur qui déposséda sa famille d'une large partie de leur terre, mais aussi pour sa dénonciation sans concession de la coopération sécuritaire entre l'Autorite Palestinienne et Israël. En avril 2016, il avait été arrêté avec un groupe de jeunes par l'Autorité Palestinienne pour possession d'arme illegale. Torturé et soumis à de mauvais traitements, il engagea une grève de la faim de 9 jours et bénéficia d'une mobilisation populaire palestinienne. Libéré en septembre 2016, Israël émit un ordre d'arrestation à son encontre. Basil trouva refuge dans une maison à Ramallah. C'est là qu'il a été abattu le 6 mars, à 2h du matin, après avoir résisté pendant près de deux heures. Du Hamas au Front Populaire de Libération de la Palestine, la résistance palestinienne a condamné cette exécution extrajudiciaire. Au delà de l'hommage rendu par une si modeste publication, nous pouvons poursuivre le combat de Basil en s'engageant activement dans la campagne BDS, qu'il soutenait.

Thomas 

 

Article