Le Foll battu sur ses terres....

Le rejet de la loi EL Kohmri se traduit dans les urnes...

Le canton "Le Mans 7" vient donc de revoter, suite annulation vote de 2015, et, à l'issue du 2ème tour, c'est le binôme FDG/EELV qui l'emporte de 17 voix sur la suppléante de Le Foll à l'Assemblée.

Petit rappel : le canton LM7 regroupe essentiellement la ville d'Allonnes (banlieue très pauvre) tenue depuis des lustres par un maire communiste, aujourd'hui Gilles Leproust (PCF), qui n'a gardé sa mairie que de 42 voix face à la droite en 2014. Puis, des communes très petites, rurales et enfin, depuis le charcutage socialiste de 2015, une petite partie du Mans très "socialiste". Le quartier du porte parole du gouvernement !

Gilles Leproust était en 2015 le conseiller général sortant sur la partie Allonnes et rural. Sur la nouvelle configuration s'affrontaient donc quatre binomes : PS (Tolmont députée suppléante de Le Foll et un socialiste élu à Allonnes), LR (Favennec celui qui a talloné Gilles Leproust à Allonnes lors des municipales), FDG et EELV (Leproust et Debost élue verte au Mans sur la liste Boulard) et FN (Menu, un illustre inconnu). Les résultats de 2015 furent les suivants :

Au premier tour : abstention : 51,6 % LR : 25,46 % PS : 25,02 % FN : 25 % et FDG/EELV : 24,53 %, deux voix seulement qualifiaient le PS pour le 2ème tour ! Il gagne alors le 2ème tour et est élu avec 52,64 %.

Bilan, un recul significatif, y compris sur Allonnes pour nos candiat-e-s.

Mais le FN décide de déposer un recours (machines électroniques au Mans) et l'élection est annulée.On retrouve donc les mêmes en juin 2016.

Sauf que tout a changé !

Le contexte d'abord, avec la mobilisation contre la politique gouvernementale. Cela se traduit par le succès d'un meeting le 22 mai avec Filoche, Garrido et Autain. Alors que Tolmont, la candidate députée assume son vote pour la déchéance de nationalité et pour la loi travail.

Ensuite, une mobilisation exceptionnelle du FDG (surtout du PCF), de EELV, de Nouvelle Donne et la signature de tout le FDG, y compris le Parti Pirate.

Le résultat du 1er tour est une première divine surprise. Nous arrivons en tête. Bien entendu, avec une très faible participation 25,73 %. Mais nous sommes devant le PS de 73 voix. La droite est battue et le FN s'effondre.

Le PS ne s'effondre pas. Notamment sur la partie mancelle où il devance le FDG/EELV de 82 voix. Ce sont les 318 voix en notre faveur sur Allonnes qui viennent compenser toutes les autres communes.

Le score sur Allonnes est bon et témoigne de la mobilisation intense – porte à porte – sur cette commune du PCF. Reste que les résultats pour Allonnes sont quand même inquiétants :

PS : 393 / LR : 573 / FN : 503 / FDG-EELV : 711

Le PS décide évidemment de se maintenir et tente d'utiliser ses ressorts habituels. J.C.Boulard, sénateur-maire-président métropole, Karamanlis députée et même le porte parole du gouvernement Le Foll font du porte à porte. Une lettre des élu-e-s du Mans est envoyée, alors même qu'une partie d'entre eux/elles soutiennent notre liste.

C'est peu dire que la soirée de dimanche fut tendue. Alors que nous réduisons l'écart avec le PS sur Le Mans et dans toutes les petites communes, ce qui prouve que le rejet du gouvernement l'a emporté sur tout le reste, à Allonnes la droite (opposition municipale oblige) vote pour la candidate PS contre le maire PCF et a failli nous faire perdre l'élection.

Mais nous gagnons de 17 voix et c'est un formidable camouflet au gouvernement et à ses suppôts.

C'est aussi, même si cela reste compliqué on va le voir, la preuve que l'alliance FDG/EELV peut faire gagner. Il y a longtemps que tous ensemble réunis avec Nouvelle Donne, nous n'avions pas gouté à la victoire contre ce gouvernement et ce parti.

Comment demain, les élu-e-s EELV, les ex communistes qui se sont vendus à Boulard aux dernières municipales, gèreront-ils/elles leurs contradictions ? C'est bien de battre Le Foll and Co le dimanche mais comment voter avec lui le jeudi au conseil municipal ou communautaire ?

Tout reste à faire, mais cette victoire pose bien différemment les termes du débat pour tout le monde.

Jean-Michel Drevon

 

 

 

Article