Les élections locales ont donné au Bloco « des responsabilités accrues »

Catarina Martins réagit aux résultats électoraux connus, qui confirment la croissance du Bloco en termes de nombre de voix et de mandats électoraux locaux.

Peu avant minuit, ce dimanche, alors qu’on attendait encore les résultats définitifs, Catarina Martins a fait le premier bilan des résultats du Bloco de Esquerda aux élections locales, en concluant qu’elles ont donné des « responsabilités accrues » dans les organes de pouvoirs locaux.
« Le Bloco a grandi lors de ces élections, tant en nombre de voix qu’en nombre d’élus et élues. Nous avons plus de mandats dans les Assemblées de Freguesias1, nous en avons plus dans les Assemblées municipales et nous avons des élus dans des Conseils Municipaux où auparavant nous n’en avions pas », a souligné la coordinatrice du Bloco, en donnant des exemples de conseils où le Bloco n’avait jamais présenté de candidature, comme à Carregal do Sal, Mesão Frio ou Alijó, où des représentants ont été élus cette fois-ci.
« C’est un motif de fierté pour nous que d’avoir des élus et des élues pour la première fois dans tant de zones rurales de notre pays », s’est félicitée la coordinatrice du Bloco, tout en reconnaissant « nous avons beaucoup à apprendre dans le travail d’élu local, et beaucoup à faire ».
Catarina Martins a aussi mis en relief le résultat à Lisbonne, où le Bloco reconduit un conseiller. « L’élection de Ricardo Robles est la preuve que le Bloco peut faire élire quelqu’un qui travaille chaque jour au nom de sa ville et de son peuple. C’est la garantie d’un conseiller à temps plein dans le Conseil Municipal de Lisbonne ».
La coordinatrice du Bloco a aussi mentionné les objectifs de campagne du Bloco qui n’ont pas été atteints. « Au Bloco nous parlons de ce qui marche et de ce qui ne marche pas, et c’est ce qu’il faut faire », a-t-elle souligné, en ajoutant que le Bloco « n’a remporté aucune municipalité, nous n’avons pas récupéré Salvaterra de Magos ni gagné Torres Novas ». Le deuxième objectif était « d’en finir avec les majorités absolues ». À l’issue de ces élections tout indique qu’il y aura plus de majorités absolues », a regretté Cristina.
Interrogée par les journalistes sur sa lecture nationale de ces élections, Catarina a rappelé que « pour le Bloco il importait que la droite subisse un revers dans ces élections locales et  cet objectif a été atteint », surtout du fait de la chute du PSD.
Quant à l’effet que ce résultat peut avoir sur le rapport de forces entre les partis formant l’actuelle majorité parlementaire, Catarina a répondu que le Bloco « poursuivra son engagement de travailler jour après jour afin que soit mis en oeuvre l’accord pour stopper l’appauvrissement que nous avons conclu en novembre 2015 ».
« Ce à quoi nous sommes décidés se trouve dès maintenant au cœur des négociations du Budget de l’État pour garantir que nous allons réduire les impôts de ceux qui vivent de leur travail, pour garantir que nous sommes capables d’aller plus loin et de répondre aux retraités, pour garantir que les services publics seront renforcés et pour garantir que le salaire minimum monte de nouveau en janvier 2018 », a-t-elle conclu.

Article