A Lille, l'ultra-droite tient fermement sa « citadelle »

Début septembre, l'organisation fasciste Génération Identitaire annonçait l'ouverture d'un local en plein centre de Lille. Située rue des Arts, « La Citadelle » est un club privé, bar et également salle de boxe. Après 3 mois d'ouverture, on peut le dire : pour les militant.e.s, les personnes racisées, les LGBT+ et les femmes fréquentant ce quartier, cette « Citadelle » est bien offensive. Le 12 novembre, des étudiant.e.s communistes étaient agressé.e.s : coups et insultes racistes, xénophobes, sexistes, LGBTphobes... bientôt la routine ? Il faut dire que les militant.e.s GI ne sont pas à leurs coups d'essais : certains ont d'ailleurs été condamnés pour des violences xénophobes.

Le 19 novembre, une 2ème manifestation pour la fermeture de la Citadelle rassemblait 600 personnes dans le froid à l'initiative de la LDH et avec un large soutien syndical (CGT, FSU, Solidaires, SUD Étudiant-e-s, UNEF, UNL), politique (PCF, EELV, NPA, Ensemble!...) et associatif. Malgré cette large mobilisation et une pétition qui a recueilli près de 70.000 signatures, les autorités ne bougent pas.

Combien faudra-t-il d'agressions et d'insultes ? Combien faudra-t-il d'interpellations, de pétitions et de manifestations pour qu'enfin, les autorités prennent la mesure du danger de l'implantation de groupuscules fascistes dans leur ville ? Combien de temps les autorités laisserons déambuler dans la peur les LGBT+, les personnes racisées, les femmes, les militant.e.s antifascistes et syndicalistes... ?

Au lieu de protéger la Citadelle par des cordons de CRS, il est temps que le pouvoir prenne ses « responsabilités »... à moins que ce gouvernement et la municipalité ne soient naturellement irresponsables ou profitent de ce climat de craintes et de montée de l'extrême-droite.
En attendant, continuons le combat et à bas la Citadelle !

Tristan (E! Lille)

Article