MALGRE LE CRIF, TOUS ENSEMBLE CONTRE L'ANTISEMITISME

Le crime commis contre Mireille Knoll, qui avait échappé aux assassins nazis en 1942, appelle une riposte massive. La marche blanche organisée ce 28 mars à Paris va dans ce sens. Notre mouvement, ENSEMBLE, y a appelé, ainsi que France Insoumise. C'est un progrès que la gauche radicale participe à des mobilisations de ce type. 

Mais la direction du CRIF n'en veut pas. Elle vient de déclarer Jean-Luc Mélenchon et France Insoumise indésirables à la marche, tout comme le Front National et Marine Le Pen. Cette prise de position est inadmissible et grave. Tout d'abord, elle réduit le soutien apporté à la lutte contre l'antisémitisme au nom de divergences par rapport à la question isrraélo-palestinienne. On a le droit de soutenir le peuple palestinien et d'être hostile à l'antisémitisme, n'en déplaise au CRIF.

Mais le positionnement du CRIF a une deuxième conséquence : il réduit aussi l'isolement nécessaire du FN, qui n'est plus seul à être rejeté par ceux qui se disent représentants de la communauté juive. Mettre sur le même plan l'extrême droite et la gauche radicale est politiquement faux et moralement scandaleux. Les héritiers des nazis et ceux de Missak Manouchian sont mis sur le même plan par ces dirigeants du CRIF. Ils tentent ainsi d'effectuer une rupture historique en remettant en cause la tradition politique des Juifs de ce pays depuis la Seconde Guerre mondiale, tradition qui mettait l'extrême droite à part et lui réservait une haine justifiée. Ces dirigeants du CRIF n'ont plus rien à voir avec l'histoire des Juifs, ils ne peuvent prétendre les représenter.

Alors, que faire ? Dire au CRIF que nous n'acceptons pas sa décision. Etre dans la rue pour dire notre rejet de ce crime et notre engagement ferme à barrer la route à l'antisémitisme comme à tous les racismes.

 

Robert HIRSCH

Blog
Auteur: 
Robert HIRSCH