Meeting "La parole aux luttes"

Un mouvement social profond existe dans le pays. En partant des universités et du service public ferroviaire, il se construit face à une double offensive néolibérale contre les statuts des salariés et contre les services publics.

Avec ses ordonnances, Macron veut casser une société publique performante, créée historiquement pour faire face à la défaillance des entreprises privées. La dégradation de la qualité du service et l’augmentation des prix ne sont pas dues au statut des cheminots, mais à l’insuffisance des investissements, aux baisses d’effectifs, et à diverses réformes. La dette a été créée de toutes pièces par l’irrationalité des investissements et le découpage de la SNCF. Les exemples de l’Allemagne, la Grande-Bretagne mais aussi du fret en France montrent que la privatisation et l’ouverture à la concurrence renforceraient la dégradation du service. Le train est un enjeu écologique, d’aménagement du territoire, de communication, il ne peut être soumis aux intérêts privés.

Macron attaque de même tous les services publics en remettant en cause le statut des fonctionnaires par CAP22, en supprimant 120 000 postes, en privatisant.
Dans les universités, les étudiant-e-s se battent pour la défense du service public, contre la sélection sociale, pour leurs qualifications.

Macron veut maintenant l’assurance chômage et les retraites. Il faut l’arrêter, et le mouvement social qui se construit aujourd’hui, 50 ans après Mai 68, avec les grèves, les manifestations des 22 mars, 19 avril, 1er Mai, 3 mai, 5 mai et celles à venir, en est capable.

Nous voulons apporter tout notre soutien à ces mobilisations, à celle des cheminot-e-s en particulier, qui ont été à maintes reprises un symbole de la résistance du mouvement social. Nous voulons aider à la convergence contre Macron pour mettre un coup d’arrêt à sa politique et ouvrir la possibilité d’alternatives, d’un autre monde.

Pour ces raisons, nous appelons à un grand rassemblement lundi 30 avril sur la Place de la République, pour donner une tribune aux mobilisations qui se construisent et montrer que, tous unis contre Macron, nous pouvons gagner.

LA PAROLE AUX LUTTES

LUNDI 30 AVRIL - 18H - RÉPUBLIQUE

Avec les cheminotEs, pour les services publics, faisons face à Macron avec les porte-parole des organisations politiques et des animateurs/trices des mobilisations sociales actuelles

Article