Micro Macron

Provocateur patenté du gouvernement dont les médias s’amourachent, agent de la confusion politique ambiante, Emmanuel Macron est à peu près aussi moderne que l’Ancien régime. Le problème, c’est qu’il gouverne.

Emmanuel Macron est une star montante. La pointe avancée de cette gauche nécrosée qui gouverne en brisant nos droits et liquidant nos rêves. Le Monde, journal parfumé à l’idéologie dominante s’il en est, vient de lui consacrer un grand portrait saluant l’audace et la fraîcheur de ce jeune homme en politique. Un portrait élogieux après tant d’autres, les grands médias semblant en extase devant ce jeune banquier devenu ministre.

Macron, voyez-vous, c’est celui qui bouscule les tabous, se débarrasse des dogmes, peut déclarer sans ambages qu’il n’a « pas envie d’être député » (se soumettre au suffrage direct, à quoi bon ?). Une sorte de rebelle qui n’a pas peur de montrer ses boutons de manchettes rutilantes, de déclamer son amour de l’argent, d’assumer un sens de l’orientation qui place la gauche à droite. Si les héritiers de Jaurès s’étranglent, les adeptes de l’ordre existant applaudissent des deux mains. Le quotidien Les Échos n’a-t-il pas relayé, avec une joie non dissimulée, la hausse de popularité du ministre – qui vient de gagner six points dans un sondage Odoxa après avoir remis en cause le statut des fonctionnaires ? Le brouillage des repères et la politique spectacle nous conduisent droit vers ce fiasco.

La République monarchique lui va bien

La liste des lignes jaunes idéologiques franchies par Emmanuel Macron finira sans doute dans un palmarès, celui de la gauche agonisante. Il y eut d’abord cette assertion aux allures de bon sens : « Le travail du dimanche, c’est plus de liberté et la liberté, c’est une valeur de gauche » (RTL, 11 décembre 2014). Qu’Emmanuel Macron confonde ici liberté et libéralisme économique n’est pas très étonnant pour celui qui fut surnommé par ses collègues "le Mozart de la finance". Il y eut ensuite un moment de cristallisation forte, celui où Emmanuel Macron a révélé la vacuité de son idéal de société : « Il faut que des jeunes aient envie d’être milliardaires »(Les Échos, 7 janvier 2015). Adieu l’horizon d’émancipation humaine ! Le rêve de Macron n’est pas l’épanouissement individuel mais l’enrichissement personnel. La liberté a été troquée contre une Rolex (lire aussi "Macron, portrait du liquidateur.

Il y eut encore l’inversion normative de haut vol : « Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierai de me battre d’abord » (BFM-TV, 18 février 2015). Comment mieux relayer ce fond de l’air qui vise à culpabiliser les chômeurs, ces "assistés", responsables de leur sort ? Il y eut enfin la perle des perles, celle qui permet d’être sûr de chez sûr qu’Emmanuel Macron est un homme du passé : « Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort » (Le Point, 8 juillet 2015). Qu’on se le dise donc, la République monarchique lui va bien.

À l’occasion, évidemment, François Hollande et Manuel Valls font mine de toussoter devant les déclarations successives du ministre de l’Économie et de l’inviter à être prudents dans son verbe. Même Jean-Christophe Cambadelis, secrétaire national du PS, déclare sans rire « ne pas vouloir polémiquer avec un ministre d’ouverture » (sic). Macron déblaye et ça passe ! Le ministre est confirmé dans ses fonctions. Preuve s’il en est que ses propos ne sont pas dérangeants, mais font partie d’une stratégie. Les sympathisants et militants de gauche atteints de macronite aigüe, cette indigestion sévère devant tant de contrepieds avec les fondamentaux de leur famille politique, en seront pour leurs frais.

Tirer la gauche vers le néant

Des mots aux actes, il n’y a qu’un pas. Les lois pour lesquelles Macron s’est battu et que le gouvernement a fait adopter s’inscrivent dans la droite lignée de l’idéologie distillée au gré de ces petites phrases, qui ne sont pas des sorties de route mais des marqueurs de conscience, parfaitement assumés. C’est ainsi que les dimanches sont concrètement bradés dans la loi. C’est ainsi que 41 milliards d’euros sont offerts aux grandes entreprises sans aucune contrepartie en terme d’emplois : 20 milliards avec le fameux CICE, 11 milliards avec le Pacte de responsabilité, 10 milliards avec la baisse des cotisations patronales. De grandes marques comme Leclerc ou Auchan ont empoché respectivement 200 et 100 millions d’euros quand la courbe du chômage ne s’est même pas inversée. Dans la loi Macron, il y a encore cet assouplissement de l’ANI qui vise à faciliter plus encore les licenciements collectifs (lire aussi "La loi Macron, ou comment revenir au contrat de travail du XIXe siècle"). Nous y sommes !

Macron est un agent concret de l’orientation voulue par Hollande et Valls, enkystée dans le moule néolibéral, l’austérité, la règle d’or. Une sorte d’arrière-garde dogmatique qui tire la gauche vers le néant. Comme nous l’avons vu avec la remise en cause du statut des fonctionnaires, le jeune ministre ouvre des portes mentales qui permettront au gouvernement d’affirmer demain qu’il ne va pas si loin, espérant ainsi rassurer à gauche tout en gouvernant à droite.

Ce qui sidère, c’est l’interprétation qui est donnée par les grands médias du personnage. Avec Emmanuel Macron, nous aurions la subversion et le nec plus ultra d’une gauche ancrée dans son temps. Comme si la gauche de demain, c’était la droite d’aujourd’hui. Quelle subversion… En réalité, avec ce micro Macron, c’est Versailles tous les jours pour le Medef.

Clémentine Autain. Publié sur le site de Regards.

http://www.regards.fr/je-vois-rouge-par-clementine/article/micro-macron

Article