Mobiliser pour l'éducation au Brésil

Le mercredi 15 mai prochains tous les Brésiliens et Brésiliennes liés à l’éducation publique, à la recherche, à la science, arrêtent tout pour sortir dans les rues pour protester contre les propositions du gouvernement Bolsonaro.

Le ministre de l’Éducation Abraham Weintrab provoque la colère, incitant les préjugés et prônant l’extinction des disciplines importantes pour la connaissance humaine comme la philosophie et la sociologie, en annonçant la coupe budgétaire de 30 % des universités publiques. Ceci ajouté à la réforme du lycée – finir avec toutes les disciplines qui se nourrissent de créativité, la recherche, l’échange de la connaissance, la diversité, la pensée critique. Dans les écoles, les élèves sont invités à dénoncer les maîtres ou maîtresses qui osent donner leur avis sur l’ouverture vers un sujet considéré comme interdit – droits des LGBT, des noirs, etc.

Au Brésil, ils sont 2,2 millions enseignants, 80 % des femmes qui ont leurs droits menacés. La proposition du gouvernement de la réforme des retraites nuit les travailleurs de l’éducation partout au pays, en particulier les femmes. Pour obtenir une retraite complète (moyenne des cotisations payées), le temps nécessaire est de 40 ans pour les enseignants et les enseignantes. Avec cela, les femmes devront contribuer obligatoirement 10 ans de plus pour profiter pleinement. La modification de la règle de calcul réduit les acquis. Aujourd'hui, 20 % de plus petites contributions sont exemptées. La nouvelle règle définit que les 100 % des contributions seront prises en compte.

Le parcours des enseignantes et enseignants est très difficile étant donné les conditions précaires dans les écoles, les salaires extrêmement bas, le métier méprisé par la plupart des maires où des gouverneurs qui évitent d’investir dans l’éducation.

Écoles, lycées, universités, organes de recherche tout s’arrêtent au Brésil mercredi. Ce mouvement se mobilise contre le démantèlement de l’éducation et de la retraite et se met en grève.

En France, étudiantes et étudiants veulent exprimer leur solidarité avec les travailleurs de l’éducation au Brésil dans un rassemblement le mercredi 15 à 13 heures devant l’entrée principale de la Cité universitaire, RER Cité universitaire

Collectif Mario Pedrosa

Article