Monsieur Valls, vous auriez mieux fait de vous taire !

Ensemble !, pleinement solidaire de sa porte parole, Clémentine Autain, tient à répondre aux mensonges de monsieur Valls, encore Premier ministre.

Vous faites comme votre ami Le Guen : vous lancez des accusations fausses dans le seul but de faire oublier le rejet que vous subissez avec votre politique de destruction des droits du travail. La question n’est pas celle des rapports avec Tariq Ramadan. Il s’agit juste d’un dérivatif grossier tendant à remplacer le débat sur les questions sociales par un discours sécuritaire.

Allons, parlez-nous plutôt de vos intimidations et votre utilisation des moyens policiers contre les manifestant-es : ils traduisent votre absence de respect de la démocratie, votre autoritarisme. Cela ne produit que le rejet que vous méritez, pour vos choix sociaux et pour toute votre politique. Votre gouvernement a dû reculer devant trois jours de grève des routiers, parce que toute la population comprend qu’il faut rejeter les décisions patronales que vous voulez imposer avec votre 49-3.

Mais, puisque vous avez accusé Clémentine Autain de favoriser « les violences et la radicalisation », répondez donc à quelques questions. Qui renforce le wahhabisme saoudien et qatari ? Qui arme les dictateurs du Moyen Orient ? Qui entretient d’excellentes relations avec l’Arabie saoudite ? Qui participe à dresser des murs contre l’accès des réfugié-es en Europe, entraînant un renforcement des préjugés xénophobes ? Qui protège les exonérations exorbitantes des capitalistes qataris? Qui soutient le gouvernement israélien, qu’un ministre pourtant de droite vient de quitter pour cause d’intégration de l’extrême droite raciste patentée ?

Qui ? C'est votre gouvernement, monsieur Valls.

Nous agissons pour que la mobilisation vous contraigne à abandonner cette « loi Travail », pour combattre vos politiques xénophobes, racistes et sécuritaires, et pour que se regroupent les forces pour une politique alternative.

L'équipe d'animation nationale (EAN) d'Ensemble!, le 23 mai.

 

Article