Municipales Nancy, premier tour.

L'enjeu de ces élections était la possibilité, pour la première fois depuis 30 ans, à l'occasion du passage de relais à une autre génération, de mettre fin à la domination de la droite sur la ville.

Plus diversifiée que dans le scrutin de 2008, la droite se présentait sous 4 appellations : une liste UMP-UDI, une liste dite "sans étiquette" réunissant des opposants au personnel de l'ancienne majorité (dont "Debout la République"), une liste issue de "La manif pour tous", et - pour la première fois depuis une vingtaine d'années, une liste FN.

A gauche, le PCF, comme EELV (à une courte majorité) avaient décidé de rallier la liste du PS, conduite par le vice-président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, déjà fortement mis en cause par plusieurs mobilisations dans le domaine social.

Le Front de Gauche a présenté une liste "A Nancy, osons la gauche", rassemblant autour d'un programme élaboré depuis un an, toutes les composantes à l'exception du PCF : PG, GU, Ensemble, mais aussi des communistes unitaires, des représentants de la minorité d'EELV, le mouvement "décroissant" EPOC, des syndicalistes (CGT, FSU, Solidaires), des féministes, des socialistes dissidents. Elle était conduite par Bora Yilmaz, militant de la GU. Le NPA a refusé toute discussion avec le FdG, LO a tenu à concourir seule.

La campagne du Front de Gauche a été dynamique, unitaire, soudée autour de ses propositions. Nous avons diffusé ses documents dans tous les quartiers et sur les deux marchés, organisé 5 réunions publiques, en mettant l'accent sur le refus de l'austérité, la gratuité des transports et des premiers mètres cubes d'eau, la nécessité de mettre fin au règne de la droite.

Le résultat a été honorable, mais pas à la hauteur des attentes et de la mobilisation : 5,44%, soit 1580 voix (450 voix de moins que la liste LCR-FASE de 2008). Il semble qu'a notamment joué la pression du "vote utile" pour se débarrasser de l'équipe de droite. En effet, la campagne du PS, dans laquelle tant PCF qu'EELV sont restés pratiquement invisibles, a essentiellement été orientée vers le "centre". En fin de course, le PS & Co a réussi à obtenir 10377 voix, soit 2700 de plus qu'en 2008 (alors que le nombre des inscrits est en baisse de 3800 électeurs), et 35,76%, un pourcentage  insuffisant pour envisager sérieusement de faire basculer le rapport de forces : l'UMP-UDI obtenait 40,4% (une certaine stabilité obtenue par un effort de mobilisation perceptible), la liste "sans étiquette" 6,1%, la liste "Manif pour tous" 4%, le FN 6,9%. A gauche, LO a obtenu 1,2%, soit moitié moins qu'en 2008.

Dans cette situation défavorable, éloignée de ce que les sondages prédisaient pour la liste PS, celle-ci a tenté de jouer sur les deux tableaux une fois les résultats connus, en proposant, à droite, une place éligible à la liste "sans étiquette" et, à gauche, une place pour le camarade tête de liste du "Front de Gauche". Une proposition bien sûr inacceptable pour le Front de gauche et ses alliés. La liste "sans étiquette", divisée, a refusé - finalement, leur figure de proue s'est ralliée publiquement à la droite.

Quant à la liste "A nancy, osons la gauche", toutes ses composantes unies, elle a alors proposé au PS, pour susciter un sursaut à gauche,

1° de mener de son côté une campagne sur ses propres positions contre la droite

2°  une représentation correspondant aux suffrages du premier tour, et au minimum deux places éligibles. C'était la  condition (légale) pour que les élus issus de notre liste puissent former un groupe au conseil municipal, s'exprimer en toute autonomie, disposer de moyens matériels indépendants, mener une politique en droite ligne de celle défendue au premier tour.

Avec sa condescendance habituelle, le PS a repoussé cette proposition ... voulant sans doute avant toute autre chose éviter toute confrontation avec la gauche de gauche, que ce soit dans la majorité .... ou l'opposition! Il portera toute la responsabilité d'un succès de la droite.

Une partie des composantes appellera à battre la droite ... sans illusions.

Ensemble 54

Article