Paris 11: exigence d'unité

Nous ne pensions pas qu’il faudrait rajouter des chaises. Une quarantaine de personnes ont répondu à l’invitation d’Ensemble Paris 11ème en ce 15 mai pour débattre des leçons de la séquence présidentielle et des enjeux des semaines à venir pour notre camp.
On reconnaissait dans le public beaucoup de militantes et militants du collectif unitaire citoyen de soutien à la candidature JLM que nous avions contribué à former dès le mois de janvier. Mais aussi des responsables et des membres du PCF, du PG, de FI, de la Coopérative de l’écologie sociale, de même que des militant.e.s de la CGT, de la LDH, du SNUIPP ou du Collectif National Droits des Femmes, présents à titre personnel.
Car nous voulions non seulement débattre, mais agir ensemble. Comment avoir tous appelé à voter JLM à la présidentielle et se retrouver dispersé-e-s aux législatives malgré l’accord sur l’essentiel d’un même programme ? Et ce souci unitaire n’était manifestement pas réservé aux militant-e-s d’Ensemble, puisque la plupart des intervenant.e.s – sans aller jusqu’à mettre en demeure les organisations de s’accorder – se disaient disponibles pour ce faire. Et dans le pot convivial qui a suivi, cette pression unitaire s’est confirmée, informelle certes, mais insistante. L’idée d’un appel est mis en route, vite. Car, si le temps nous est compté d’ici la date limite de dépôt des candidatures, vendredi, il restera encore possible à défaut d’en retirer, si un accord intervient, avant le premier tour.
Si cette unité peut se faire ici ou là, notamment dans la 10 ème circonscription des Français de l’étranger donné comme exemple, pourquoi ne le pourrait-elle pas partout ?

Blog
Auteur: 
Robi Morder