A Pontoise ( 95 ), unité large à gauche de la gauche .

Pontoise, ville de plus de 30000 habitants, est gérée par une liste de droite UMP/centristes (député-maire : Philippe Houillon) et fait partie de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, avec à sa tête le social-libéral Dominique Lefèbvre (PS, hollandiste bon teint).

Face donc au maire UMP et à la liste PS EELV, une liste unitaire " Pontoise à gauche vraiment ", pour une véritable politique de gauche, antilibérale, solidaire, sociale et écologique, sera présente pour offrir une alternative à gauche.

Elle rassemble des militant(e)s et citoyens voulant que se mette en place cette orientation, seule façon de battre la droite et l' extrême droite, défendant une rupture de gauche contre la gestion libérale des services publics,entièrement offerts aux groupes privés sur l'agglomération (Véolia et Vinci principalement, bénéficiant de délégations de services publics). Un travail approfondi a permis de montrer qu'un retour à gestion publique se ferait au bénéfice des citoyens (coût amoindri), contrecarrant en cela la politique prônée par les édiles locaux.

Pour cela, a été décidé de défendre des perspectives et orientations politiques indépendantes du social-libéralisme, en ayant des élu(e)s qui représenteraient ces choix.

La liste réunit des militant(e)s, des citoyens engagés dans le secteur associatif local, du Front de gauche (avec toutes les composantes présentes à Pontoise), du NPA, des militants syndicaux. 

Ce qui n’a pas été le cas à Cergy, la commune voisine et préfecture du département, où le PC et le PG ont quitté le même processus unitaire qui était à l’oeuvre, pour des raisons de places sur la liste, masquant en fait un désaccord plus profond sur les rapport à entretenir avec la mairie sortante PS. 

La démarche sur l’ensemble de l’agglomération n’a donc pu être menée jusqu’au bout. Néanmoins, nous avons pu préserver, à Pontoise, la dynamique unitaire qui avait cours, au départ. Nous avons également pu continuer dans un cadre unitaire large en élaborant collectivement et ainsi aboutir ensemble, sans remettre en cause la démarche initiale...Déjà, un succès !

Cette campagne est aussi la suite des liens existants sur le terrain local, dans les lutes sociales et les mobilisations passées, liens déja concrétisés en 2008, aux municipales précédentes, avec une liste CUAL/LCR qui avait rassemblé plus de 6% des votants, avec une élue municipale. C'est Solveig Hurard qui sera tête de liste de notre campagne collective.

Nous nous engageons dans une perspective de gestion démocratique et transparente. Les habitants doivent pouvoir peser sur les choix et n' être pas seulement informés.

Pour cela, nous proposons la mise en place de conseils de quartier et des scrutins locaux ouverts à tous, dont les résidents étrangers.

Nous ne nous cantonnons pas à l'échéance électorale à venir et sommes résolus à inscrire cette démarche unitaire dans la durée... et les luttes sociales à venir, pour une politique alternative à la politique libérale, portée par une vraie gauche, autour de ce projet de rupture. 

Jean Pierre Soret

Article