Pour Benoît Hamon, les problèmes, c’est maintenant

Le vainqueur de la primaire socialiste n’aura pas le temps de savourer, car sa victoire risque d’avoir l’effet d’un séisme sur le PS : si le candidat à la présidentielle a le choix entre le recentrage et l’émancipation. Dans tous les cas, la synthèse sera impossible.

Au terme du second tour de la primaire organisée par le Parti socialiste, Benoît Hamon vient de l’emporter largement sur Manuel Valls et disons-le d’emblée, c’est une excellente nouvelle. Cette primaire a certes été poussive dans sa capacité à déplacer un électorat nombreux, elle a même frisé le grand guignol avec l’invraisemblable tripatouillage sur le nombre de votants après le premier tour, mais elle délivre un message clair en offrant de grandes vacances au libéral-autoritaire Manuel Valls.

Il y a un an à peine, le débat politique s’organisait autour de deux propositions qui concentraient tous les renoncements de ce quinquennat : la déchéance de nationalité et la première mouture de la loi Travail. Que Manuel Valls, principal artisan de ces mesures, soit sévèrement battu est donc un signal fort envoyé à tous les sociaux-libéraux de ce pays.

Incertitudes au PS

Reste que la victoire de Benoît Hamon ouvre désormais pour lui une période de difficultés à surmonter face à des choix stratégiques potentiellement contradictoires. Son succès est à la confluence d’un double électorat : un réel vote d’adhésion à l’orientation qu’il a défendue tout au long de sa campagne, mais aussi un vote de rejet de Manuel Valls – sans qu’on puisse dire quel est le poids relatif de chacun de ces suffrages. Si le premier constitue sans doute un socle pour l’ancien ministre de l’Éducation, la direction que prendra le second est d’autant plus incertaine qu’existent deux autres candidatures : celle d’Emmanuel Macron et celle de Jean-Luc Mélenchon.

La première question, immédiate, est de savoir quel va être le comportement des secteurs du Parti socialiste qui, peu ou prou, ont soutenu la politique gouvernementale depuis 2012. Annoncée de longue date, la transhumance d’un certain nombre de responsables socialistes, voire gouvernementaux, vers la candidature Macron devrait prendre de l’ampleur dès ce lundi. Quelle en sera l’ampleur, c’est évidemment toute la question, mais la réalité de ce phénomène ne fait pas de doute et les défections affaibliront mécaniquement le vainqueur de la primaire.

[Lire aussi : "Comment Valls, de Rugy, Pinel et les autres s’apprêtent à trahir les électeurs de la primaire"]

L’entourage de l’ancien ministre l’Economie le sait tellement qu’il a d’ores et déjà déclaré qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde ! Si le fort peu élégant « On ne prendra pas les crevards » a été relativisé, au profit d’un plus diplomatique « Nous n’accueillerons pas systématiquement les dupes de la primaire à l’issue du second tour le 29 janvier prochain », le message venant de la macronie est parfaitement clair.

Se recentrer ou s’affranchir

Mais à supposer que le mouvement vers Macron soit à peu près contenu, il restera un autre problème de taille pour Benoît Hamon, celui de la réalité politique des 400 candidats investis par le Parti socialiste pour les prochaines législatives. Ceux-ci sont à l’image de l’actuel groupe parlementaire et sont, pour l’écrasante majorité d’entre eux, fidèles au président François Hollande, voire à Manuel Valls. Désignés à l’issue d’un vote des militants, ces candidats seront une épée de Damoclès pour le nouveau candidat.

Fort de sa nouvelle légitimité, le candidat nouvellement élu peut-il redistribuer les cartes ? C’est sans doute indispensable s’il veut agréger des alliés, mais cela aggraverait les tensions au sein du PS. En a-t-il la volonté et les moyens ? Deux choix s’offrent donc à Benoît Hamon : rassembler d’abord son propre parti au risque d’un certain recentrage ou s’en émanciper avec le risque de se retrouver bien isolé et sans les moyens financiers indispensables à une campagne présidentielle.

Débat après débat, le candidat a toujours affirmé qu’à l’issue du scrutin, il s’adresserait aux deux autres candidats : Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. L’éventualité d’une synthèse entre les deux n’aura évidemment pas lieu car ces deux électorats ne sont pas compatibles. Les résultats mêmes de la primaire sont là pour le rappeler.

Des propositions compatibles avec le système

La mesure phare de Benoît Hamon sur le revenu universel a déjà suscité bien des commentaires. Si le premier volet consistant à étendre des droits sociaux revalorisés aux 18-25 ans et à mettre en place une allocation d’étude pour les étudiants ne fait guère de débat à gauche, la généralisation à l’ensemble du corps social n’est pas sans poser quelques difficultés.

Notons qu’une telle proposition n’est pas un marqueur entre gauche et droite, mais une différenciation qui traverse tous les camps. Ainsi des expérimentations ont été réalisés au Canada, aux Pays-Bas, et la Finlande a annoncé qu’elle testerait début 2017 un revenu de base universel versé chaque mois à chaque citoyen. En aucun cas, ces politiques ne sont une quelconque remise en cause des standards de la globalisation. L’approche de la Finlande sur le sujet de la dette grecque, parmi les plus dures du continent européen, devrait en convaincre aisément.

En France, des personnalités de droite comme Frédéric Lefebvre prônent une allocation universelle de « 800 à 1.000 euros ou plus » « sans aucune contrepartie et dès la naissance » (lire ici). Même si les montants ou les modalités peuvent varier des personnalités comme Christine Boutin ou Dominique de Villepin ont la même approche.

Une dynamique incertaine

Dès lors, quoiqu’on pense de la proposition du candidat socialiste, la question clef est donc la suivante : s’agit-il d’une proposition qui laisse intacte les mécanismes de la mondialisation et de la dérégulation libérale ou bien s’inscrit-elle dans une stratégie visant à remettre en cause cette dernière ?

Un élément de réponse apparaît avec le positionnement du candidat socialiste sur la question européenne. Au cours du débat de l’entre-deux tours, il a tenu à préciser que sur ce sujet, il avait un désaccord avec Jean-Luc Mélenchon, et n’a pas repris Manuel Valls quand celui-ci a affirmé que les deux candidats avaient une approche commune sur l’Europe. Or c’est bien là le problème. Sans remise en cause des mécanismes qui gouvernent l’économie mondialisée, il y aura peut-être un revenu universel, mais dans sa conception libérale, et il n’y aura ni transition écologique et encore moins émancipation de la société.

Au fond, la question qui synthétise les problèmes de Benoît Hamon peut s’exprimer ainsi, quelle est la fonction politique d’un vote pour lui ? Avec Emmanuel Macron, la fonction est d’offrir une perspective crédible à celles et ceux qui ne veulent pas d’un second tour Fillon-Le Pen. Avec Jean-Luc Mélenchon, il s’agit de sanctionner le gouvernement sur sa gauche, préalable indispensable à une reconstruction d’ampleur de la gauche. Benoît Hamon est pris dans cet étau. Peut-il bénéficier d’une dynamique en sa faveur et bousculer le champ politique à gauche ? Rien n’est moins sûr mais cette présidentielle semble être celle des surprises.

Guillaume Liégard. Publié sur le site de Regards.http://www.regards.fr/web/article/pour-benoit-hamon-les-problemes-c-est-...

Article