Primaires : une autre voie est nécessaire pour une alternative à gauche

L’émergence d’un mouvement social des salarié(e)s et de la jeunesse, soutenu par une majorité de la population, contre la loi El Khomri est une très bonne nouvelle. Cela devrait contribuer à remettre à l’endroit certaines idées à gauche. Contrairement à ce que fait le gouvernement, quand on est de gauche, on défend les salarié-es et un code du travail qui les protège !

Le bras de fer engagé par cette mobilisation démontre qu’il existe deux orientations à gauche qui ne sont pas conciliables, entre l’adaptation aux exigences du Medef et de la Finance et la défense des besoins humains.

Il n’est pas possible de se rassembler pour construire un projet commun avec celles et ceux qui défendent le projet de loi El Khomri ou la dérive sécuritaire et liberticide que le gouvernement met en oeuvre. Dans le cadre des réunions proposées par les initiateurs de l’appel pour une primaire à gauche publiée dans Libération - auxquelles participent le PS, le PCF, Nouvelle Donne, EELV, Caroline de Haas et les initiateurs de « l’autre primaire », Ensemble! étant observateur - le débat doit se clarifier.

Dans ce cadre, le Parti Socialiste a proposé une démarche pour une primaire de toute la gauche qui, non seulement évacue à priori tout bilan de la politique gouvernementale désastreuse mise en œuvre par François Hollande et Manuel Valls, mais se refuse à faire la moindre proposition claire pour sortir de la crise, du chômage, de l’Europe libérale. Cette démarche, qui évacue l’idée de l’élaboration d’une plate-forme commune, d’un socle d’entrée pour les candidat(e)s, qui laisse en réalité ouvert le soutien à une candidature Hollande, est une impasse. Elle ne peut créer que de la confusion au moment où l’aspiration à une alternative à gauche se fait entendre avec force. Ne pas tirer les leçons du quinquennat de François Hollande, c’est renforcer la démoralisation à gauche.

Le mouvement Ensemble ne sera pas partie prenante d’une démarche qui ne se situerait pas en opposition à la politique du gouvernement. Il faut engager un rassemblement qui n’évacue pas les questions essentielles de contenu politique et de rupture avec le néolibéralisme et la politique sécuritaire néoconservatrice du gouvernement. Il est nécessaire de trouver les moyens de rassembler les forces de gauche et écologistes qui s’opposent à la loi El Khomri et qui sont aujourd’hui dispersées. Il faut aboutir lors des élections de 2017 à des candidatures communes de large rassemblement, pluralistes et collectives, de celles et ceux qui contestent la politique du gouvernement et veulent engager une voie nouvelle en rupture avec le néolibéralisme, et enrayer la menace de droite et d’extrême-droite. Les organisations et les militant(e)s du Front de Gauche doivent s'impliquer pleinement dans ce large rassemblement et retrouver une démarche commune. La proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon doit être mise au pot commun d’une construction commune et ne doit pas rester isolée dans une démarche unilatérale.

Ensemble! s’adresse, dans la continuité de ses efforts avec le Front de gauche, à toutes les forces et courants politiques qui recherchent une alternative : Europe Écologie, Nouvelle Donne,  les socialistes qui cherchent une alternative à la politique du gouvernement,  les organisations et les mouvements issus de l’immigration, les forces de la gauche radicale. C’est aussi à partir des actions et des propositions des acteurs des mouvements sociaux, qui sont porteurs de solution politique, que peut se construire un rassemblement. C’est aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

Déclaration d'Ensemble!, le 15 mars 2016.

Article